lun. Juin 24th, 2024

L’essentiel pour comprendre l’une des plus grandes opérations d’urgence de l’histoire bancaire européenne : la fusion entre la première et la deuxième banque suisse.

Le sauvetage du Crédit Suisse par Ubs annoncé dimanche est une opération d’urgence. l’un des plus importants sauvetages du système bancaire dans l’histoire de l’Europe .

  • L’opération a été coordonnée par le Conseil fédéral  qui gouverne la Suisse, la Banque nationale suisse et l’autorité de surveillance Finma : il a été jugé nécessaire de d’empêcher la Crise du Crédit Suisse contamine le reste du système financier Suisse, qui représente environ 10 % de la valeur ajoutée de l’économie suisse.

  • Ubsqui est la plus grande banque de Suisse, va fusionner avec la deuxième banque du pays, Credit Suissepar le biais d’un échange d’actions Une action d’Ubs contre 22,48 actions de Credit Suisse. Ce type de transaction donne à l’action Credit Suisse une valeur de 76 centimes suisses, l’ensemble de l’acquisition valant environ 3 milliards de francs suisses. La dévaluation est importante : vendredi, les actions du Credit Suisse ont clôturé à CHF 1.86.

  • Le sauvetage implique des pertes importantes  pour les investisseurs. Les actionnaires du Crédit Suisse voient leur investissement dévalué d’environ 74% depuis le début de l’année. Les détenteurs d’obligations qui ont acheté des obligations subordonnées – les Tier 1 Capital Notes – perdent la totalité de leur investissement : le capital, soit quelque 15,8 milliards de francs suisses, sera réduit à néant. La Saudi Arabian National Bank (Snb), qui était devenue il y a quelques mois le premier actionnaire du Credit Suisse en investissant 1,4 milliard de francs pour contrôler 9,9% des actions, a vu son investissement déprécié à environ 300 millions de francs.

  • Le département des finances du Conseil fédéral suisse a décidé d’adopter un projet de loi sur la fiscalité des entreprises. procédure d’urgence  – appel Notverordnungen allemand – qui permet à la fusion des deux banques de se dérouler sans l’approbation des actionnaires.

  • La transaction bénéficie également d’une substantielle  soutien de l’état . Un fonds de 25 milliards de francs suisses pour soutenir les coûts opérationnels et de restructuration. Une garantie publique de 9 milliards de francs suisses par les autorités suisses au cas où les pertes dépasseraient 5 milliards de francs suisses, qu’Ubs prendrait en charge. La Banque nationale suisse fournira les liquidités nécessaires.

  • De la fusion découle une banque avec plus de cinq mille dollars d’investissements sous gestion avec des actifs financiers de plus de 1 500 milliards de francs suisses, soit près de deux fois le produit intérieur brut de la Suisse.

  • L’Ubs prévoit une tcoût ail de 8 milliards de francs  d’ici 2027c’est pourquoi les syndicats suisses sont très inquiets.

  • Colm Kelleher, président d’Ubs, n’a pas caché qu’il ne s’agissait pas d’une transaction facile : « Ce rachat est intéressant pour les actionnaires d’Ubs, mais soyons francs, en ce qui concerne le Credit Suisse, il s’agit d’une opération qui n’est pas facile à réaliser. est un sauvetage d’urgence . Nous avons structuré une transition qui préservera la valeur laissée dans l’entreprise en limitant notre exposition aux risques ».

Reproduction réservée

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *