mar. Fév 27th, 2024

La Semaine Sainte de Séville en 2023 sera le protagoniste de la nouvelle organisation de certains jours suite à la réorganisation proposée par le Conseil des Confréries. Ces changements ont suscité des controverses de la part de plusieurs confréries concernées. Les Madrugada n’a pas échappé à ces critiques, surtout depuis que l’on a appris que le Gran Poder allait prolonger son itinéraire de retour le long de l’Arenal. Ces derniers mois, on a beaucoup écrit sur les solutions possibles pour une nuit au cours de laquelle les processions pénitentielles ont connu une croissance significative dans le même laps de temps et le même espace physique. On a même parlé de d’une éventuelle scission de la Concordia entre la corporation San Lorenzo et la Macarena (signée en 1903). Il n’a pas manqué non plus de personnes qui ont souligné l’existence d’un lien entre les deux. un changement d’ordre dans les trois dernières confréries (Calvario, Esperanza de Triana et los Gitanos) afin d’améliorer le déroulement de la journée..

A cet égard, en mars 2018, l’historien et archiviste. Joaquín Rodríguez Mateos publié dans Diario de Sevilla une analyse qui souligne que l’ordre actuel de la Madrugada a été créé en 1899 et confirmé par un décret de l’archevêque en 1914à la suite d’une plainte de l’Esperanza de Triana. Le décret stipulait que le calvaire devait occuper la quatrième place dans la procession du jour. Cette décision contrariait les souhaits de la confrérie du vieux faubourg et des Gitanos, qui exigeaient une position plus avancée en fonction de leur ancienneté. La preuve de ce désaccord se trouve dans les lettres de protestation que les deux confréries ont continué à présenter des années plus tard et que les responsables de leurs conseils d’administration notent encore dans le registre de l’église. Cabildo de Toma de Horas. Ces interventions sont désormais un « classique » de la matinée du quatrième dimanche de Carême.



Parmi les plaintes déposées auprès de l’Archevêché, il y a celle déposée par le 15 mars 1971 La Hermandad de los Gitanos et la Esperanza de Triana s’y sont jointes. Le but n’était autre que de faire avancer les deux confréries dans la Madrugada, en fonction de l’ancienneté qu’elles y avaient au moment de la station pénitentielle.

L’Archevêché a répondu en février 1972.

Cette lettre a été analysée par le juriste Manuel Fernández-Armenta Pastorqui est d’accord avec les raisons invoquées par le Lieutenant Procureur de l’Archevêché le 21 février 1972 pour valider la configuration actuelle de la Madrugada. Ces arguments sont repris entre les pages 41 et 44 de la réponse de l’autorité ecclésiastique.

Ils rappellent, comme l’avait déjà souligné Rodríguez Mateos, qu’en 1899 l’ordre processionnel des confréries dans la Madrugada du Vendredi saint a été modifié « irrégulièrement », les confréries Triana et Gitanos passant respectivement à la cinquième et à la sixième place, et la confrérie Calvario à la quatrième place. Ils font également allusion à l’âge de ces confréries. Pour La Esperanza, « elle existait déjà avec une règle approuvée en 1595 », tandis que « celle de Los Gitanos a fait sa première station pénitentielle en 1759 ». Ses départs, cependant, « n’étaient pas continus ». Le Calvaire, qui existerait tel qu’il est aujourd’hui, est totalement différent de celui qui existait au XVIe siècle, sous le nom de Santo Ecce Homo, établi dans la paroisse de San Ildefonso ». […]qui a fait sa dernière station pénitentielle en 1731 et qui a été perdue par la suite », indique la résolution, qui poursuit en affirmant que « l’actuel Calvario a fait sa première station pénitentielle le mercredi saint 1888 ».

Avec toutes ces données, l’archevêché admet que « certainement, la plus ancienne à faire la station pénitentielle aux premières heures du matin du Vendredi saint est celle de Triana, suivie dans l’antiquité par celle de Los Gitanos et la plus moderne dans le défilé processionnel de ce jour est celle de Calvario ».

L’ambiance de la Madrugada

Dans la réponse à la plainte susmentionnée, il est fait référence à la résolution de 1914. Et il faut faire attention à l’argumentation qui y est détaillée et dont on peut tirer une conclusion intéressante. « Ladite résolution serait sans aucun doute fondée, sur de sérieuses raisons non seulement juridiques mais aussi pastorales. pour qui connaît les particularités du peuple sévillan et de sa culture. l’atmosphère qui entoure le défilé processionnel de la Madrugada le matin du vendredi saint.leurs raisons sont facilement compréhensibles ».

En d’autres termes, cette  » atmosphère « , à laquelle le substitut du procureur de l’archevêché fait allusion, devient un facteur déterminant lorsqu’il s’agit de valider l’ordre des confréries un jour clé de la Semaine Sainte. Et il le souligne dans le paragraphe suivant, qui condense la base principale pour qu’il n’y ait pas de modification de la configuration : « Le législateur, qui doit toujours essayer par ses résolutions de réaliser le ‘salus animarum’ de la manière la plus efficace possible, doit avoir devant les yeux non seulement le droit d’une corporation, mais aussi le bien commun du peuple de Dieu. Et ce bien commun exige parfois que le droit particulier soit différé au profit du droit et du bien pastoral du peuple de Dieu ». Et il met en garde contre ce qui se passerait dans le cas contraire. « Car il peut arriver que la défense de droits particuliers, certes légitimes, se fasse au détriment de la paix et de l’harmonie entre les fidèles ».

Lire aussi:  Manifestations et cultes de Carême à Séville aujourd'hui, 15 mars

Après cet exposé des motifs, l’Archevêché conclut en 1972 que « l’ordre actuel de la Madrugada du matin du Vendredi Saint doit rester tel qu’il est et que les plaideurs doivent comprendre que que cette ordonnance est un bien pour tous et qu’ils ne doivent pas se tourner uniquement et exclusivement vers la défense de leurs droitsqui, par ailleurs, ne leur sont pas refusés et sont indubitablement reconnus, mais au bien du peuple de Dieu ».

« Il ne s’agit pas de raisons juridiques ».

Pour Fernández-Armenta, ce sont « des raisons pastorales et de bien commun, et non des raisons juridiques ou d’ancienneté » qui ont prévalu dans les décrets émis sur l’ordre des confréries de la Madrugada. Selon l’avocat, « c’est la raison pour laquelle Esperanza de Triana et Los Gitanos invoquent chaque année, au moment et à l’endroit appropriés, comme le Cabildo de Toma de Horas, leur droit violé, afin qu’il ne devienne pas caduc ».

Il soulève également une question après l’intense débat suscité par la réorganisation de la Semaine Sainte : « Le bien commun de 1972 est-il le même que celui de 2023 ? Surtout pour une journée secouée par plusieurs incidents qui ont forcé la mise en place de diverses mesures de sécurité – parmi elles, la loi sèche– et pour laquelle certains responsables de confréries ont proposé l' »autorégulation » des processions pénitentielles, comme étape préliminaire à l’établissement de l’ordre du jour de l’assemblée générale des confréries. numerus clausus dans les confréries. Dans la Macarena, par exemple, 4 600 bulletins ont déjà été émis pour cette année.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *