sam. Avr 13th, 2024

La Notre Dame de l’Espérance habillée en femme hébraïque est le protagoniste de l’œuvre que l’artiste sévillane José Miguel Pereñíguez a fait annoncer la semaine de Pâques 2023 de la Confrérie de la MacarenaL’auteur s’est inspiré d’une photographie de la Dolorosa datant du milieu du XXe siècle pour réaliser un portrait prémonitoire et déployer son style particulier, sobre, simple et méticuleux, afin que « le visage de l’Esperanza parle de lui-même ». L’œuvre est un dessin réalisé au fusain et aux crayons fusains, à la cire et au pastel sur du carton gris recyclé. Elle mesure 65 x 45 centimètres, sans le cadre.

L’élément le plus marquant de l’affiche est le portrait de la Vierge habillée en femme hébraïque, que l’on peut dater du milieu du siècle dernier. Situé dans le coin supérieur droit de la composition, « un sens dynamique de l’espace est créé à l’aide de ressources graphiques simples », précise Pereñíguez. « Ainsi, un plan gris foncé coupé en biais prolonge l’arrière-plan à gauche derrière l’image, de sorte que l’espace restant joue le rôle d’un corps ou d’une figure. Ensuite, nous avons une bande qui fonctionne comme un nuancier, affichant les valeurs de base (noir et blanc) et les couleurs représentatives des nazaréens de la confrérie : le violet et le vert », a expliqué l’auteur lors de la cérémonie de présentation, à laquelle assistait le frère aîné de la corporation, José Antonio Fernández Cabrero.



« En tant que couleur associée à l’espoir, le vert occupe une place plus importante. L’affiche n’est pas étiquetée. Il est entendu que le visage et le reste des éléments qui le composent parlent d’eux-mêmes. Seule l’année a été indiquée, avec l’utilisation de deux caractères différents qui relient le présent et le passé », a ajouté M. Pereñíguez.

Biographie de l’auteur

L’auteur de l’affiche (Séville, 1977) est diplômé des Beaux-Arts de l’Université de Séville. Peintre de formation, il s’est consacré au dessin et, actuellement, à la sculpture. L’œuvre de Pereñíguez raconte une histoire culturelle très personnelle, recréée dans l’intimité de l’atelier au moyen de petits modèles : objets, maquettes ou images assemblées. Ses œuvres sont donc une « manière de reconstruire des repères », des vestiges de tous les temps et de tous les lieux, « en spéculant sur leur signification, leur origine ou leur validité ».

« Il s’agit de révéler la manière dont ces repères sont représentés et, parfois, de réunir sur un même plan des phénomènes particulièrement éloignés, dont ils soulignent les similitudes et les analogies », indique l’artiste.

José Miguel Pereñíguez a participé aux principales foires d’art contemporain nationales et internationales : ARCO, Arte Santander, Drawing Room, Estampa, Foro Sur, Artissima Torino, Art Brussels, Untitled Miami et Pinta London.

Œuvres de plusieurs musées

Ses œuvres sont présentes dans des musées nationaux et internationaux. Ses œuvres se trouvent au Centro Andaluz de Arte Contemporáneo de Séville, à la Real Maestranza de Caballería de Séville, au Museo de Arte Contemporáneo Español de Valladolid, au Museo de Lissone en Italie, au Centro de Arte Rafael Botí de Cordoue et au CAC de Malaga, ainsi que dans des collections telles que celles du ministère espagnol de la Culture, de la Fondation Coca-Cola España, de la Fondation Cajasol, de la Collection Pilar Citoler et des Conseils provinciaux de Séville et de Huelva, entre autres.

Lire aussi:  L'église de Santa Marina et ses relations avec les confréries de Séville

Il a notamment reçu le Premio Lissone 2010 d’Arte Contemporanea (Lissone, Italie. 2010), le Premio III Concurso Arte Joven de la Consejería de Obras Públicas de la Junta de Andalucía (2007) et le Beca Premio Velázquez de Artes Plásticas del Ministerio de Cultura (2007).

Sa facette de concepteur visuel

Il a également collaboré en tant que concepteur visuel à certains des spectacles du bailaor Andrés Marín présentés à la Bienal de Flamenco de Sevilla, à la Flamenco Biënnale Nederland, au Festival Internacional de Danza de Itálica et au Festival TAC Valladolid, ainsi qu’à d’autres manifestations nationales.

Il est également un excellent illustrateur de magazines, parmi lesquels il convient de mentionner le magazine historique Revista de Occidente de la Fondation Ortega y Gasset.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *