jeu. Avr 18th, 2024

Il ne s’agit pas seulement de travail non déclaré ou de travail des enfants. Les activités illégales (trafic de drogue, contrebande de cigarettes et prostitution) représentent plus de 17,4 milliards d’euros. Notre PIB national « absorbe » 157 milliards d’euros supplémentaires, dont 79,7 milliards sont « cachés » par le travail non déclaré, 62,4 milliards par le travail illégal et 15,2 milliards par le poste « Autres » (pourboires, location au noir, etc.). Le total de 174,4 milliards d’euros constitue ce que l’on appelle l’économie non observée, qui est entièrement prise en compte dans notre PIB national. Bien qu’il ne soit pas possible d’en quantifier la taille, il est évident qu’une part importante de ce stock (157 milliards) est également attribuable aux organisations criminelles de type mafieux. Mais en même temps, les contrôles continuent à s’affiner de l’Inspection nationale du travail continuent de s’affiner. Plus d’un milliard d’euros de cotisations et de primes recouvrées à la suite de contrôles dans environ 100 000 entreprises, avec une augmentation de 22 % des contrôles visant à vérifier le respect des règles de santé et de sécurité. . Les lignes de programmation de la surveillance pour 2023 considèrent la construction, l’agriculture, la logistique et le transport comme les principaux secteurs vers lesquels orienter les inspections. « L’objectif prioritaire de la planification », a expliqué le commissaire européen à l’environnement, à la santé et à la politique des consommateurs. Paolo Pennesi,  directeur de l’INL – sera la lutte contre le travail non déclaré, l’externalisation illégale, le « caporalato », les formes pathologiques de travail indépendant et para-subordonné, et la discrimination liée au travail par le biais de plateformes numériques. L’Inl est invité à orienter ses activités de surveillance vers tous les phénomènes illicites ayant une valeur socio-économique particulière, en garantissant la pleine protection des droits du travail. À cette fin, les synergies avec d’autres organismes de contrôle et avec les partenaires sociaux syndicaux seront renforcées, tandis qu’au niveau international, l’engagement de renforcer la coopération avec l’Autorité européenne du travail restera ferme, afin de lutter contre les phénomènes illégaux présentant des aspects transfrontaliers ». De nombreux résultats ont été obtenus en 2022, à commencer par une plus grande capacité d’intervention dans les entreprises présentant un risque accru d’irrégularité (taux d’irrégularité de 72 %, soit une augmentation de trois points de pourcentage par rapport à l’année précédente). Le personnel d’inspection a récupéré, pour la protection des travailleurs concernés, 1 153 324 990 euros de cotisations et primes éludées, soit une augmentation de 3,75 % et un recouvrement de sécurité sociale par entreprise inspectée de 14 034 euros (13 127 en 2021 : une augmentation de près de 7 %). Le nombre d’inspections pour les profils de santé et de sécurité au travail est en hausse (17 035 en 2022 contre 13 924 en 2021), mais aussi le nombre d’infractions contestées (+44%, de 17 643 en 2021 à 25 481 en 2022). Le nombre d’ordonnances de suspension d’activité a également augmenté de façon notable, s’élevant à 8 210 contre 3 971 l’année précédente, dont environ 35 % (2 814) ont été causées par des infractions graves en matière de sécurité. En 2022, le personnel d’inspection a également fait un usage accru des pouvoirs de conciliation monocratique et d’avertissement de constatation (avec des augmentations de 6 % et 13 % par rapport à 2021), en vue de rationaliser les délais et les méthodes procédurales d’intervention pour protéger les revendications des travailleurs. En attendant, Ministère du Travail et des Politiques Sociales et Unicef Italie  ont signé un protocole d’accord visant à promouvoir la culture et la sécurité au travail et à renforcer le système de protection sociale et de soutien actif à la protection des droits des mineurs consacrés par la Convention des Nations Unies sur les droits de l’enfant. D’une durée de trois ans, le protocole engage les parties à mettre en œuvre des propositions de projets conjoints visant à sensibiliser et à former à la sécurité sur le lieu de travail, en déléguant à un comité de coordination qui sera bientôt créé la planification, la programmation et l’organisation générale des plans d’activité sous l’égide de la direction générale de la santé et de la sécurité sur le lieu de travail du ministère. Le ministère sera également appelé à réaliser l’activité de sensibilisation dans le cadre des activités pour les mineurs incluses dans le Programme national d’inclusion 2021-2027. À cette fin, il s’engage à se référer au contenu du protocole dans le cadre des lignes directrices sur les services d’inclusion sociale, d’accompagnement éducatif et d’autonomie des préadolescents et des adolescents qui seront publiées prochainement.

Le poids de l’économie criminelle  

L’économie des organisations mafieuses a un chiffre d’affaires annuel estimé à 40 milliards d’euros, soit plus de 2 % de notre PIB. Ces chiffres sont certainement sous-estimés, puisqu’il n’est pas possible de mesurer également les recettes imputables à l’infiltration de ces organisations criminelles dans l’économie légale. C’est ce qu’affirme leBureau d’études de la Cgia . Si, en paroles, nous sommes tous contre les mafias, ce n’est pas toujours le cas dans les actions concrètes. En fait, il est pour le moins « embarrassant » que depuis 2014, l’Union européenne, par le biais d’une mesure législative spéciale, a mis en place un programme de lutte contre les mafias., permettent à tous les pays membres de comptabiliser certaines activités économiques illégales dans le PIB : comme la prostitution, le trafic de drogue et la contrebande de cigarettes. Grâce à cette possibilité, en 2020 (dernières données disponibles), nous avons « gonflé » notre richesse nationale de 17,4 milliards d’euros (près d’un point de PIB). Il s’agit d’une décision éthiquement inacceptable : d’une part, l’État combat et contrecarre les mafias, d’autre part, il reconnaît à ces organisations criminelles un rôle actif en tant que « détenteurs de la richesse économique ». Au niveau territorial, la présence la plus répandue des organisations économiques criminelles est enregistrée dans le sud de l’Italie, même s’il existe aujourd’hui de nombreuses preuves tout aussi inquiétantes de la présence de ces réalités illégales dans les zones économiquement plus avancées du centre-nord. La littérature spécialisée montre que, historiquement, les territoires où l’économie locale est fortement conditionnée par les dépenses publiques et où le niveau de corruption de l’administration publique est très élevé sont plus vulnérables au pouvoir corrupteur des mafias. Inductivement, il est également possible de reconnaître une zone géographique plus à risque qu’une autre par le constat d’une forte présence de crimes d’espionnage. Dans les territoires où le nombre de signalements aux autorités judiciaires pour extorsion/racket, usure, contrefaçon, travail illégal, gestion illégale des déchets, paris illégaux, jeux d’argent est très élevé, la probabilité d’une présence profonde et généralisée d’une ou plusieurs organisations criminelles de type mafieux est très élevée. D’après le Banque d’Italie , En effet, la pénétration territoriale du crime ne concerne pas seulement le Sud ; malheureusement, les provinces du Centre-Nord de Rome, Latina, Gênes, Imperia et Ravenne présentent également un indice de présence mafieuse très préoccupant. Les provinces de Turin, Novara, Verbano-Cusio-Ossola, Varese, Milan, Lodi, Brescia, Savona, La Spezia, Bologne, Ferrare, Rimini, Pistoia, Prato, Florence, Livourne, Arezzo, Viterbe, Ancône et Macerata sont moins touchées que les précédentes, mais présentent tout de même une forte criticité. Les provinces du Triveneto seraient moins touchées par ce triste phénomène (avec de légers signes de contre-tendance à Venise, Padoue, Trente et, surtout, Trieste). Le Val d’Aoste et l’Ombrie présentent également un niveau de risque très faible. Enfin, dans le sud de l’Italie, selon les chercheurs de Via Nazionale, les seuls territoires totalement « immunisés » contre la présence du phénomène mafieux seraient les provinces de Matera, Chieti, Campobasso et les provinces sardes d’Olbia-Tempio, Sassari et Oristano.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *