lun. Juin 24th, 2024

Ne manquez pas de le faire ces jours-ci, si vous en avez l’occasion, l’exposition organisée par la Fundación Cajasol sur l’œuvre picturale de la confrérie des Dani Franca, est l’auteur de l’affiche de la semaine de Pâques à Séville en 2023. Son concept et conception du paso de palio de l’Estrella reste immuable, insaisissable et fragile au plus profond de nous-mêmes, et lorsque nous sommes face à lui, nous croyons entendre l’écho des toiles de fond, le clic métallique des poteaux, les éclaboussures de cire sur nos poitrines et sur l’asphalte…

C’est l’une des clés de la peinture de Dani : le deformation des lignes, des dessins et des contours pour pour évoquer la transcendance des atmosphères et la lumière, plutôt que la clarté de la vision elle-même. Cette ressource, héritée de l’impressionnisme français, a également été appliquée dans ses œuvres par l’artiste valencien Joaquín Sorolla, emblématique et prolifique peintre espagnol dont la peinture est immergée dans le sensoriel et le sensuel, dans l’idéal et l’imaginaire, dans le paysage et l’enveloppant.



Au cours de l’année 1914un homme nommé Archer Milton Huntington, amoureux des coutumes et de la culture hispano-portugaise, commandé Sorolla de faire une série de toiles pour décorer les salles de la désormais si prestigieuse Société hispanique à New York. Sorolla visita la capitale andalouse au printemps et, impressionné et fasciné par la majesté des pasos de palio, décida d’en représenter deux, des œuvres qui sont heureusement encore conservées aujourd’hui dans la ville qui ne dort jamais et qui nous aident à comprendre non seulement l’intention du peintre, mais aussi les confréries de l’époque.

Dans l’œuvre Les Nazaréenspeut-être les plus connus, Sorolla crée sa propre confrérie, mais le pallium est parfaitement reconnaissable : il s’agit de l’emblème de la Vierge du Rosaire de Montesión (bien qu’il l’intitule Virgen del Valle), avec le dais primitif d’Elisa Ribera, accompagnée de quelques Nazaréens qui semblent provenir de la Carretería en raison des armoiries de Santiago sur leur poitrine. En outre, la scène est accompagnée de figures typiques de l’époque, alors que le char passe dans une rue qui pourrait bien être la Feria ou le Conde de Torrejón.

Mais l’œuvre « sévillane » de Sorolla ne reste pas là. Comme pour la Vierge douloureuse de la Plaza de los Carros, le peintre a prêté une attention particulière au paso de palio de l’église. Virgen del Valle, qu’il a représentée de manière latérale et en brouillant complètement toute ligne ou tout dessin, ce qui nuit au réalisme de l’œuvre et met l’accent, une fois de plus, sur le concept d’une « image » de la Vierge. d’une atmosphère vivante et changeante, fébrile et nostalgique, qui s’éloigne de l’exactitude mais reste ancrée dans la mémoire de chacun d’entre nous.

C’est ainsi que Joaquín Sorolla lui-même la percevrait. Car en fdans et à la fin La semaine de Pâques a un caractère fantastique et idéaliste puissant qui module notre propre mémoire. C’est pourquoi nous l’attendons toujours avec impatience : pour se souvenir d’elle et la revivre telle qu’elle est.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *