jeu. Avr 18th, 2024

Recherche menée au Royaume-Uni par une équipe de chercheurs – y compris l’équipe de chercheurs italiens – sur le thème de la santé et de la sécurité. Ludovico Carrino chercheur à l’université de Trieste et au King’s College de Londres – et publié dans Journal of Policy Analysis and Management a étudié l’impact de l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes sur les activités de soins des personnes fragiles, souvent effectuées par des figures féminines au sein de la famille. L’étude – réalisée à partir de données britanniques – a examiné l’impact de l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes sur leur capacité à aider leurs parents. Les résultats soulignent l’importance de prendre en compte les soins intergénérationnels lors de la réforme des politiques de pension. Les chercheurs ont mis en évidence la façon dont l’augmentation de l’âge de la retraite pour les femmes au Royaume-Uni a a entraîné une diminution du temps passé par les femmes britanniques à s’occuper des personnes âgées. Par exemple, pour les femmes qui ont continué à travailler 30 heures par semaine, le temps passé à s’occuper des personnes âgées a été réduit en moyenne de six heures par semaine. Avec des tarifs de dix euros de l’heure, il faudrait au moins trois mille euros par an pour compenser cette réduction des soins. Certaines femmes sont plus touchées que d’autres. Les femmes qui occupent des emplois exigeants sur le plan physique ou psychosocial et les femmes de la génération dite « sandwich », c’est-à-dire qui ont à la fois un petit-enfant et un parent vivant, subissent la réduction la plus importante. Dans le même temps, les chercheurs ont constaté que les parents âgés subissaient une réduction significative de la quantité de soins prodigués à leurs filles. Cette réduction n’a pas été compensée par une augmentation des soins prodigués par des professionnels ou d’autres sources de soutien. Ces changements dans les politiques de pension sont donc susceptibles d’affecter le bien-être de la société en réduisant la couverture des soins pour les personnes âgées vulnérables. Pour les chercheurs, ces résultats ont des conséquences importantes pour les politiques sociales. Bien que l’on sache qu’une augmentation de l’âge de la retraite apporte certains avantages à la société, l’impact de ces politiques sur la population peut être moins positif que prévu en raison de coûts sociaux très importants pour les individus. Les réformes des retraites devraient être conçues de concert avec d’autres politiques sociales (en premier lieu celles concernant les soins aux personnes âgées) afin de réduire l’impact sur les soignants et les générations âgées. D’après Carrino, « ces résultats sont très pertinents pour l’Italie, car l’importance économique et sociale des soins familiaux est très similaire entre l’Italie et le Royaume-Uni. Les politiques en matière de retraite et de soins aux personnes âgées devraient prendre davantage en compte le besoin des gens de concilier travail et vie de famille de manière vertueuse. Nos données montrent clairement que la population féminine est prise entre le marteau et l’enclume : d’une part, les femmes, qui doivent avoir la liberté de choisir de travailler ou non et pendant combien de temps, sont incitées à prolonger leur carrière professionnelle ; d’autre part, il y a souvent des situations où, si la femme cesse de s’occuper des autres (par exemple, parce qu’elle travaille plus longtemps), personne d’autre ne prend le relais pour compenser la perte de soins. Ce paradoxe est préjudiciable à la qualité de vie des femmes et de leurs parents, et risque d’avoir une incidence sur les coûts futurs de la santé et des soins »..

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *