lun. Juil 22nd, 2024

« Et l’enfant ouvrira ses yeux, ses oreilles et sa sensibilité à tout cela et le gravera au plus profond de son âme, là où il n’y a que peu de choses, celles qui valent vraiment la peine ». Cette citation est tirée de Enrique Esquivias Francode son œuvre Les années triomphales et sert d’annotation à l’immense Affiche Semaine Sainte 2023 qu’il a peinte Daniel Francadont la production sur le thème de la fraternité est au centre de l’exposition qui s’est ouverte ce mardi à la Fundación Cajasol dans le cadre du cycle Sections de carêmequi s’intitule Daniel Franca + Pâques. L’exposition -produite par Pages du Sud– il est composé de 25 pièces du peintre sévillan et est organisée par Francisco RosProfesseur d’histoire de l’art à l’université de Séville (États-Unis).

Dans un ordre totalement chronologique, le visiteur pourra contempler la trajectoire de Franca dans les travaux liés aux confréries jusqu’à la réalisation de l’affiche de la Semaine Sainte de cette année, avec les esquisses réalisées à cet effet, qui comprennent des pièces de style abstrait qui indiquent une tentative de l’artiste d’utiliser ce type de peinture pour faire la publicité de la fête religieuse la plus importante de la ville.



L’exposition commence et se termine par une citation. La première est tirée de Chaves Nogales et est extrait du livre La ville. Accompagne une vue panoramique de Séville peinte par Franca en 2016 et prise depuis les hauteurs de la rue Laraña. La Giralda et la cathédrale deviennent des points de référence. Le temple métropolitain est à nouveau le protagoniste à la fin de ce parcours, car l’affiche de la Semaine Sainte recrée un souvenir d’enfance de Franca, lorsque, tenant la main de son père, il a été témoin d’une cérémonie d’inauguration de la cathédrale. levantá du baldaquin de la Virgen de la Estrella – celui conçu par Rodríguez Ojeda et qui a appartenu à la Macarena – à l’intérieur des immenses nefs de la cathédrale. « La cathédrale comme début et fin de l’exposition ».a déclaré Ros lors de la présentation de l’exposition. L’événement s’est déroulé en présence du président de la Fondation Cajasol, Antonio Pulidoet celui du Consejo de Cofradías (organisateur de l’exposition), Francisco Vélez.

Dédicace d’Antonio Gala

La première salle, outre la vue panoramique (le seul tableau qui n’a pas pour thème la confrérie), est composée de plusieurs vues de Franca de pasos de palio sévillans : la Macarena, la Montesión et l’Estrella. De ce dernier, une dédicace de Antonio Gala après que la peinture a été réalisée à la fondation de Cordoue pour les jeunes créateurs. « Avec elle s’en va mon cœur, qui aspire à être aussi aimant et aussi courageux que ta Vierge », selon la citation du célèbre écrivain.

Ces œuvres reflètent le style figuratif du peintre sévillan, dans lequel les pasos et le cortège dont ils font partie sont représentés avec des traits qui rappellent beaucoup les grandes créations des impressionnistes espagnols. C’est une caractéristique qu’il n’a pas abandonnée dans les affiches qu’il a réalisées au cours de la dernière décennie à la suite de commandes de confréries et de conseils de confréries de différentes villes d’Andalousie. Parmi ces publicités, il convient de souligner celle de la Glorias de Sevilla 2012 ou celle qu’il a peinte la même année pour la semaine de Pâques à Ronda, ainsi que celle qu’il a peinte pour la patronne de cette commune de Malaga, la Virgen de la Paz. Les affiches constituent la deuxième salle de l’exposition, qui comprend des peintures de petit format ainsi que des œuvres provenant de collections privées.

La dernière salle est consacrée à la réalisation de l’affiche de la Semaine Sainte 2023, éditée par le Conseil des confréries. Il s’agit d’une œuvre que le visiteur rencontre de plein fouet et qui attire immédiatement le regard par sa grande taille, au point de couvrir presque toute la hauteur de la pièce. Une taille qui obéit au désir de Franca de voir le palio de la Estrella perçu au plus près de son échelle naturelle.

Une « levantá » dans la cathédrale

Il s’agit, comme l’a décrit l’auteur lors de la présentation de l’affiche au début du Carême, d’une scène en mouvement qu’il a contemplée dans son enfance. A levantá de la Triana Dolorosa dans la cathédrale. « La Semaine Sainte comme un héritage familial, comme un éblouissement », telle est la citation qui explique la genèse de l’œuvre. Les esquisses réalisées à cet effet sont intéressantes. La première d’entre elles, très floue, montre le passage de la Virgen de la Aguas, la première Vierge douloureuse à laquelle Franca pensait pour l’affiche.

Les différentes idées de Franca pour cette annonce officielle sont d’un grand intérêt, car le peintre est allé jusqu’à considérer la art abstrait pour cette commande. Deux esquisses en témoignent. Dans l’une, le jaune prédomine, dans l’autre, le bleu. « L’artiste est passé de l’utilisation de taches de couleur pour deviner un dais à la transformation de la couleur en une manière unique d’interpréter la Semaine sainte », explique le commissaire de l’exposition. Enfin, dans la configuration finale de l’affiche, il a choisi de représenter le paso de la Estrella, bien que dans le style figuratif typique de son travail. « L’affiche abstraite de la Semaine Sainte n’est pas encore arrivée, mais elle a déjà été suggérée par Daniel Franca ».prévient Ros.

Un dessin de quatre ans

En face de l’affiche se trouve le premier dessin que Franca a fait d’une procession au feutre rouge en 1989. Il symbolise la fête religieuse du point de vue d’un enfant de quatre ans, l’enfance sur laquelle repose sa dernière œuvre, celle qui, plus de trois décennies plus tard, annonce la Semaine Sainte « à Séville » (proposition qu’il a demandée pour remplacer le traditionnel « de »). Cet enfant qui, comme l’a écrit Esquivias Franco, n’a gardé très tôt dans son âme que quelques choses, « celles qui valent vraiment la peine », comme cela levantá de sa Vierge.

L’exposition sur l’œuvre religieuse de ce peintre sévillan restera ouverte à la Fundación Cajasol (entrée rue Álvarez Quintero), jusqu’au 28 mars. Les heures de visite sont, du lundi au dimanche, de 11h00 à 14h00 et de 18h00 à 21h00..

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *