lun. Mai 20th, 2024

Il existe des routes dont l’histoire se perpétue au fil du temps. Peu importe qu’il s’agisse de la rue Oriente, aujourd’hui Luis Montoto, ou qu’il y ait eu, il y a quelques années encore, un pont sur lequel passaient les trains. De la Casa de Pilatos à la Cruz del Campo quatorze carreaux rappellent le chemin de croix primitif qui, comme on le répète traditionnellement, a donné naissance à la Semaine sainte à Séville.

Tout commença lorsque le premier marquis de Tarifa; Fadrique Enríquez de Ribera   après avoir visité Jérusalem et connu les lieux de la Passion de Jésus, promeut un chemin de croix qui part de son palais nouvellement construit près de la cathédrale de Jérusalem. Porte de Carmona En 1630, la famille Fernández de Ribera apporta à la ville l’humilladero de la Cruz del Campo, construit par l’assistant de la famille Fernández de Ribera. Diego de Merlo en 1482.



Ainsi, la distance entre son palais et la Croix était la même que celle que la tradition indique entre le prétoire et le Calvaire : 1 321 pas, soit 997,13 mètres.

Un lieu pour la station pénitentielle

L’un des devoirs de chacune des confréries existant à l’époque était de prendre en charge l’une des croix marquant les 12 stations du chemin de croix. Jusqu’à la réforme de l’urbanisme de 1816, les croix marquant les septième, huitième, neuvième, dixième et onzième stations étaient placées sur des socles de briques entre les peupliers près de l’église. Caños de Carmona.

Même les ; Confrérie des Négritos   a fait jusqu’à 1604 penitential stationLa nuit du jeudi saint, au lieu d’humiliation de la Cruz del Campo, en priant le chemin de croix.

D’autre part, Isidoro Moreno affirme sur le site web de Los Negrito que le sanctuaire, tel qu’il est aujourd’hui, a été construit à la fin du XVe siècle sur une structure existante, très modeste et avec une croix en bois construite par une confrérie naissante des Negritos en 1380. La maison hospitalière des Négritos de Séville n’était certainement « pas très loin » de l’église.;  couvent de San Agustín   et non loin de la Cruz del Campo ».

Quoi qu’il en soit, le chemin de croix commença dans la chapelle des Flagellations de la maison de Pilate jusqu’en 1630, date à laquelle il commença dans le retable de marbre de la façade du palais.

Le chemin de croix a cessé d’être exécuté à Séville en 1873. Après être tombé dans l’oubli, en 1957, les descendants du marquis de Tarifa créèrent la Pieuse Union avec quatorze confréries sévillanes et reprirent la célébration du chemin de croix. Ensemble, ils ont payé les carreaux indiquant les stations – 14 depuis 1720 – dans lesquelles la scène de la Passion du Christ est représentée par chaque confrérie qui a participé à sa reconstruction. Ce nouveau retable en céramique du chemin de croix, distribué dans les rues San Esteban, Puerta Carmona et Luis Montoto, a été béni le 8 mars 1957 par le cardinal Bueno Monreal.

14 retables

Les carreaux ont été restaurés en 1995, la sœur aînée de la Pieuse Union étant la duchesse de Medinaceli, et bénis par l’archevêque de Séville de l’époque, Carlos Amigo Vallejo.

La première station, le Jugement de Jésus, est un retable représentant le paso de la Sentencia de la confrérie de la Macarena. Jusqu’aux années 1980, il se trouvait sous le balcon principal du palais et a été remplacé en raison de son mauvais état et placé sur la façade du numéro 2, La Macarena. Plaza de Pilatos.

Celle de la deuxième station, qui représente NNotre Père Jésus du Silence est l’un des originaux restants. La station qu’il représente et l’année 1521 sont précisées en dessous.

Quelques pas plus loin, sur la façade de l’église de San Esteban, se trouve la troisième station. Elle se trouve à gauche de la porte en ogive de l’église, qui a toujours été étroitement liée à la maison de Pilate. En effet, sa porte principale est celle qui s’ouvre sur la rue Medinaceli.

Le nouveau carreau a été réalisé en 1995 et placé sur la façade après la restauration de l’église. Elle représente la première chute de Jésus sous le poids de la Croix. A proximité, dans l’angle de l’église Muro de los Navarros Avec la rue Puerta de Carmona, un autre carreau représente la rencontre de Jésus et de Marie. Ce retable du Gran Poder remplace l’original qui a disparu.

Pour accéder à la cinquième station, il faut emprunter la rue Luis Montoto, jusqu’à ce que l’on passe le carrefour Juan Antonio Cavestany. C’est là, au numéro 23, que se trouve la cinquième station. Elle représente le moment où le Cyrénéen aide Jésus à porter la croix. Curieusement, ce retable est dédié à la confrérie de la Pasión, qui ne porte pas actuellement le Cirineo. Il a été retiré des processions après qu’un rapport de Peláez del Espino eut mis en garde contre les dommages qu’il causait à l’image du Nazaréen, la croix rebondissant sur la sculpture. Le retable précédent a disparu lors de la démolition de la maison.

La façade de San Benito, avec la rencontre de la sainte Véronique, contemple la sixième station. Après avoir traversé l’avenue de la Buhaira et continué le long de Luis Montoto, le retable de Nuestro Padre Jesús de la Salud de la confrérie de La Candelaria est la septième station.

Deux images de la Madrugada occupent les retables correspondant aux huitième et neuvième stations. Nuestro Padre Jesús de la Salud, des Gitanos, et Jesús de las Tres Caídas de l’Esperanza de Triana. L’image du retable de la onzième station, le Cristo de las Penas de la confrérie de La Estrella, est également de Triana, et se trouve, comme celle de la douzième, le Cristo de la Exaltación de la confrérie de Santa Catalina, sur la façade de l’ancien Tutelar de Menores. Tous deux sont des originaux de 1957, bien qu’ils aient été remontés après la restauration de l’édifice en 2000.

Le Cachorro représente la mort du Christ. Il se trouve à cet endroit depuis 1986. Les treizième et quatorzième stations sont très proches du sanctuaire. Les retables représentent la descente de la croix et le transfert au tombeau avec les images de la Piedad del Baratillo et de Santa Marta, respectivement. La Cruz del Campo n’était pas le seul sanctuaire ni le centre exclusif de ces pratiques pénitentielles : les croix de San Sebastián, Los Rodeos et La Resolana étaient également des centres de pèlerinage, de même que certains ermitages comme ceux de San Lázaro ou de la Virgen de los Ángeles à l’extérieur des murs de la Puerta de Carmona.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *