jeu. Avr 18th, 2024

La Confrérie de Montserrat Montserrat célèbre, ce vendredi 10 mars, à 20h45, une cérémonie de remise des prix. conférence dans sa Chapelle qui traitera de la mystère de la conversion et ses différentes représentations à travers l’histoire de l’art. Proposé par Jesús Romanov, il abordera diverses questions sur ce moment de la Passion de Jésus, qui est vénéré par cette confrérie du Vendredi saint de Séville dans sa figure christique, le Christ de la conversion du bon larron.

Le mystère de la conversion

Les premières règles de la confrérie pénitentielle de cette corporation ont été approuvées par l’Autorité ecclésiastique, en particulier par le chanoine D. Antonio Luciano de Negrón, gouverneur du siège vacant, le jour 10 avril 1601. Une copie de ces règles est conservée dans les archives de la Confrérie, dans une précieuse copie datée de cent ans plus tard, en 1701, qui transcrit les originaux mot pour mot. Ces règles prescrivaient déjà la station à la cathédrale de la Sainte Église l’après-midi du Vendredi saint, avec les frères de sang et de lumière. La tunique des frères y est décrite avec précision :



« Tous les frères, de sang et de lumière, doivent porter des tuniques et des capirots de lin blanc, des scapulaires bleus et un bouclier avec un Mont Calvaire et deux anges en haut avec une scie et dans la partie supérieure, une croix. Bon Larron et dans la procession, ils doivent porter un paso. du dit blason et une image de la Vierge et d’un Christ crucifié (…) ».

Ainsi, dès les origines, au-delà du culte de la Vierge dans son invocation de Montserrat, le Christ était déjà représenté sur le Mont Calvaire en dialogue avec les deux larrons, Dimas (le bon larron) et Gestas (le mauvais larron). Ce mystère représente l’Évangile de Luc : « N’es-tu pas le Christ ? Sauve-toi et sauve-nous. L’autre lui dit : « Ne crains-tu pas Dieu, toi qui subis le même supplice ? Nous avons bien mérité, car nous avons reçu notre dû pour ce que nous avons fait ; mais cet homme n’a pas fait de mal. Et il dit : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton royaume. Et il lui dit : « Je te le dis en vérité, aujourd’hui tu seras avec moi dans le Paradis.

Ainsi, le voleur Dismas, le premier, reconnaît qu’il n’y a de justice que divine et, par la suite, au lieu de fuir ses péchés, les reconnaît et les confesse devant Jésus, qui lui promet le paradis éternel la nuit même, quand il expirera.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *