jeu. Juil 18th, 2024

Premier vendredi de mars. Chemin de croix de la Union pieuse dans la Casa de Pilatos, toujours avec la mémoire de l’historien et archiviste Joaquín González Morenoqui a tant fait pour la récupérer et la diffuser. Le baiser de Jésus de Nazareth à San Antonio Abad avec ces appels classiques en blanc et violet affichés sur les portes de l’église. La visite de la Captifs et secourus qui a parcouru un court trajet le long de l’étroitesse de la rue Descalzos, depuis son emplacement d’origine dans le couvent des Trinitaires réformés –  » locaux destinés à la chapelle du Christ de Burgos  » pour de nombreuses générations de Sévillans – jusqu’à San Ildefonso, où elle réside aujourd’hui et où ses nombreux fidèles allument des candélabres les vendredis de Carême, comme le faisait la demandadera Becquerian de Santa Inés les samedis à la Virgen del Amparo.

Des Christs aux mains liées à San Lorenzo, San Esteban ou la petite chapelle de San José aux quatre coins, où Calvillo. Et Cautivo abandonné – par ses disciples, jamais par son quartier et son peuple – dans la chapelle de San Lorenzo. Tiro de Líneaquand le chemin de fer marquait la frontière et le passage entre deux mondes.



By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *