mar. Avr 16th, 2024

Le site Jeudi est un événement aussi consubstantiel à Séville que la foire d’avril, la Madrugada ou la parade des trois rois à l’Ateneo. Dans le souk qui donne son nom à la Rue de la Feriaune rue unique au monde selon Chaves Nogales dans sa biographie de Juan Belmonte, une histoire étonnante a eu lieu.

De nombreuses découvertes ont eu lieu ce jeudi. Juan de Mata Carriazo a trouvé l’indice qui l’a mené à la découverte de la Trésor du Carambolola pierre de Rosette de la civilisation tartessienne. Dans l’un des stands se trouvait l’indice permettant de reconstituer la Plan d’Olavidele dessin de la ville réalisé par l’assistant liménien et repeupleur de Charles III. Manuel Moreno Alonso, biographe de Ramón Carandea trouvé un document dans Jueves pour compléter sa biographie de l’auteur de Carlos V y sus banqueros.



Michael Gallardo (Séville, 1956), journaliste, avocat, éditeur, s’est promené dans le jeudi de la semaine dernière pour revivre l’histoire d’un des livres qu’il a édité, Mon Christ briséde Père Cué (Sevilla Press), publié pour la première fois en 1963, il y a soixante ans, en tant que script du programme Méditationsqui a été présenté par le prêtre Ramón Cué (Puebla de Zaragoza, Mexique, 1914-Salamanca, 2001) sur la toute jeune Televisión Española.

Deux voyages à Séville

Qu’a trouvé le père Cué ce jeudi ? Il retournait dans une ville qu’il avait connue presque deux décennies auparavant, où il était venu de son Mexique natal pour étudier l’histoire américaine. En 1947, l’année où Evita Perón s’est rendue à Séville, le père Cué a rencontré le président de l’Union européenne. Semaine Sainte par cinq jeunes sévillans : Manuel Ferrandqui, deux décennies plus tard, a remporté le prix Planeta ; Julio Martínez Velascocritique de théâtre ; Joaquín González Morenodirecteur des archives de la Maison ducale de Medinaceli ; Juan Delgado Albaqui était un frère aîné de Silencio ; et Carlos Acedo Romero. Ce prêtre mexicain a été tellement impressionné par ce qu’il a vu qu’il en a fait un livre, Comment Séville pleure…une sorte de proclamation imprimée qu’il a lue à ses cinq hôtes avant de la faire connaître au grand public au mirador de la colline du Sagrado Corazón à San Juan de Aznalfarache. Sevilla Press a également réédité cette œuvre 73 ans après qu’elle ait vu le jour. Un llanto de Sevilla dont les fragments ont donné naissance aux sevillanas del Pali et Amigos de Gines.

Lire aussi:  La nouvelle jupe de torero de la Virgen del Buen Fin de la Lanzada

Ramón Cué se rend à nouveau à Séville en 1963. L’année de la mort de Jean XXIII, de l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy, l’année de la mort de Luis Cernuda, un sévillan de la rue Acetres, dans son exil mexicain. Ce poète de la Génération 27 écrivait dans son exil à Glasgow Ocnosun recueil de ses souvenirs d’enfance, d’adolescence et de jeunesse dans la ville perdue. Un ouvrage que Taurus a publié en collaboration avec Variations sur un thème mexicain.

Au Mexique, Cernuda, Emilio Prados, Pedro Garfias, León Felipe, Ramón J. Sender, le cinéaste Luis Buñuel est mort. Le père Cué a fait le voyage en sens inverse. Il est né au Mexique et est mort en Espagne. Son Cristo Roto pourrait s’intituler Variations sur un thème sévillan. Ce prêtre jésuite a inversé l’axiome que Carlos Fuentes proclame par la bouche du personnage de son roman Gringo ViejoLe Mexique est très loin de Dieu et très proche des États-Unis ».

Rencontres dans la rue Feria

Le père Cué s’éloigne des États-Unis, curieusement pour mieux connaître l’histoire de l’Amérique à Séville, et se rapproche de Dieu. À Madrid, il aimait se rendre au Rastro et à Séville au Jueves. Il disait qu’il appréciait ces visites autant que d’aller au théâtre et plus que d’aller au cinéma. Ce qu’il n’a pas trouvé au Jueves l’attendait à la Casa de los Artistas. Il était accompagné de Pepe Zarazaga, un ami de la rue San Jacinto. « Nous avons d’abord rejoint le fleuve turbulent qu’est le jeudi, torrent humain aux vagues contradictoires, le long du canal central de la rue, entre les deux rives des échoppes de rue, où les objets les plus divers et les plus improbables sont exposés sur le trottoir ou sur des tables et des caisses ». C’est ainsi qu’il la décrivait en 1963, un portrait qui reste valable soixante ans plus tard, lorsqu’on la parcourt en compagnie de Miguel Gallardo, qui accueille à son étal les personnes suivantes Beatriz Morenola fille de Benito, le peintre et auteur-compositeur-interprète sévillan revenu de Bretagne, ou croise la route de l’architecte Honorio Aguilarqui a restauré une maison à côté de Vizcaíno et Montesión. Prière dans le jardin.

Ramón Cué a trouvé un Christ brisé et a négocié avec l’antiquaire. Dans le prologue de Mon Christ briséMiguel Gallardo raconte comment le vendeur a dit au Père Cué que l’image provenait de la Sierra de Aracena et que ses mutilations étaient dues à des profanations en l’an 36. Le Christ brisé, une belle métaphore de la réalité, comme il le souligne Pablo Borrallo dans son texte, traverserait toute la Péninsule. Il s’agit de l’un des 125 crucifix que le père Cué a donnés au musée diocésain Regina Coeli de Santillana del Mar (Santander).

Lire aussi:  L'affiche de la Semaine Sainte, les départs et couronnements extraordinaires et les notes de musique

Les crieurs publics non officiels

Tout comme Comment Séville pleure…devint la proclamation officieuse de ce crieur public inédit (comme le furent Juan Sierra, Rafael Montesinos ou Pascual González : les débits de la ville de Grâce), Mon Christ briséen plus de ce format de livre, a eu son passage à la télévision et au théâtre, étant représenté par un monologue de l’acteur mexicain Alberto Mayogoitia à l’autel du pardon dans la cathédrale de Mexico. Un Christ brisé le jeudi. « Judas l’a aussi vendu le jeudi ».écrit le père Cué.

Une autre histoire de la rue de la Feria, donnée par un torero (Juan Belmonte), musicien (Jesús de la Rosaâme de Triana(le samedi 4 est le 75e anniversaire de sa naissance) et même un saint, Saint Manuel Gonzálezqui fut évêque de Malaga et de Palencia.

Miguel Gallardo, éditeur reconnu comme journaliste.

La couverture du livre porte une photographie de Ángel Bajuelo de Le Christ du Calvaire. A l’intérieur, 18 autres crucifix de ce photographe et de Fernando Salázarun tandem essentiel dans l’imaginaire graphique de Séville et de ses traditions.

Salazar a eu le privilège de connaître et de traiter avec le père Cué. Celui-ci venait à Séville pour méditer devant la Macarena, les Siete Palabras ou la Quinta Angustia. Il s’est arrangé pour rencontrer Salazar pour une vidéo sur Mon Christ brisé. Ils se rencontraient à Séville ou se parlaient par téléphone lorsque Cué vivait à La Corogne.

Miguel Gallardole rédacteur en chef, est un habitué de Jueves. « Je le traversais quand j’étais enfant, quand j’allais voir ma grand-mère María Jesús, qui vivait dans la Calle Castellar ». Dans l’un des étals, il a trouvé son objet de collection sur l’histoire du Betis et de Séville. Le 9 mars, il recevra une mention spéciale de l’Association de la presse pour cinquante ans de dévouement au journalisme..

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *