sam. Mai 25th, 2024

Sur l’une des places les plus pures et les plus suggestives de toute la ville, dans son aile nord, se dresse, majestueux et immense, le Couvent de Santa Isabel, fondé en 1490 par Isabel de León dans le but de donner asile et refuge aux religieuses de l’Ordre Hospitalier de Saint Jean de Jérusalem. Le bâtiment actuel (de l’original, il ne reste qu’un patio aux piliers octogonaux) a été conçu par nul autre qu’Alonso de Vandelvira, qui a également dessiné la façade en pierre qui se dresse au pied de la place.

Les religieuses philippines, gardiennes et habitantes de ce monastère, consacrent leur travail et leur vie quotidienne à s’occuper des enfants et des femmes abandonnés et en risque d’exclusion sociale, à travers des activités, des cantines et d’autres initiatives qui leur offrent un meilleur avenir. À l’intérieur, nous trouvons des œuvres de la plus haute valeur artistique : des œuvres de Montañés, Juan del Castillo et Juan de Mesa.



C’est précisément à ce dernier auteur de Cordoue que l’on doit la signature d’un extraordinaire crucifié vénéré à l’intérieur de ce couvent : le Christ de la Miséricorde, dont l’effigie est visible la nuit du Samedi Saint, lorsque les portes du couvent sont ouvertes et que la Pietà servite accueille les religieuses face à face. Cette année 2023 marque le quatre centième anniversaire de la réalisation de cette image, l’un des rares crucifix « vivants » de Juan de Mesa, qui fut commandé par les Mercédaires de l’ancien couvent de San José de Séville.

Curieusement, la sculpture a été goujonnée en 1622, mais elle a ensuite été modifiée pour ouvrir ses paupières (il s’agissait à l’origine d’un Christ mort) et favoriser ainsi le dialogue entre les fidèles et l’image. En outre, lors de certaines restaurations, on a retrouvé des restes de polychromie indiquant des traces de sang et une blessure sur le côté situé derrière le Christ lancé, qui était recouvert d’un autre bloc de bois. Elle est restée à San José jusqu’en 1869, date à laquelle elle a été définitivement transférée à Santa Isabel.

Les sœurs philippines célèbrent, au cours de ces mois, cet heureux anniversaire. Samedi soir dernier, Monseigneur Saiz Meneses a donné une catéchèse sur le pardon, un événement qui s’inscrit dans le vaste programme d’activités et de conférences que prépare la communauté. Il y aura des conférences en mars et en octobre, et l’anniversaire se terminera en novembre, au moment où l’on célébrera le 400e anniversaire de la reddition du Christ, avec le concert Glosa de las Siete Palabras, un oratorio composé par Miguel Fernández Villegas.

C’est vite dit. Quatre siècles d’une des images les plus méconnues et les plus abouties du sculpteur cordouan, heureusement conservée à Séville. S’il n’a jamais été le saint patron d’aucune confrérie, il a toujours été dans l’imaginaire artistique de nombreuses confréries. Ne le manquez pas si vous ne le connaissez pas encore, surtout dans le retable de Martínez Montañés dans lequel il est logé. Ces yeux ouverts et cette croix qui s’écroule devant la force de son anatomie et de son humanité sont impressionnants.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *