sam. Mai 25th, 2024

Elle est passée au Parlement le 3 février 2022 de justesse, par une seule voix de différence : 175 oui et 174 non. De plus, ce vote a été émis par un député de l’Union du Pueblo Navarro, qui a voté pour par erreur, contre l’indication du Parti populaire allié. Il n’en reste pas moins qu’un an après son entrée en vigueur, la réforme du travail voulue par le gouvernement de coalition de gauche Psoe-Podemos, promue par la ministre du Travail Yolanda Díaz en accord avec les employeurs et les syndicats, a changé le paradigme du marché du travail en Espagne. Elle a mis fin aux taux de temporalité scandaleux, qui alimentaient la précarité depuis des décennies, réduit le chômage record et multiplié les contrats par 4.  » indefinidos », indéfinis, dirions-nous, dans le contexte compliqué d’incertitude marqué par la guerre en Ukraine et la super inflation.

Auparavant, les contrats « ultra-courts » ou hebdomadaires, bouclés indéfiniment par les serveurs ou les ouvriers du bâtiment, licenciés le week-end ou à la veille des vacances, pour ne pas avoir à les payer au repos, étaient la règle. Sans parler de l’utilisation déformée de contrats à durée déterminée avec des prolongations sans fin dans des secteurs primaires comme la santé et l’éducation, qui, selon l’Organisation internationale du travail, unit l’Italie et l’Espagne. Cependant, alors que la première prend des mesures pour faciliter les formes de travail temporaires et informelles, la seconde a fait le chemin inverse, avec un resserrement qui a drastiquement limité la possibilité pour les entreprises d’utiliser les contrats à durée déterminée, occasionnels ou journaliers comme l’exception. En janvier, sur les 1,2 million de nouvelles relations de travail, 530 300 étaient à durée indéterminée. Ces derniers sont passés de 1 contrat sur 10 à plus de 4 sur 10 (44%), des chiffres inédits dans un marché fortement dépendant d’activités saisonnières comme le tourisme.

Un changement reflété dans les données de l’Institut national de la statistique (INE), qui, dans son enquête sur la population active au quatrième trimestre 2022, a enregistré 1 591 100 employés permanents de plus qu’à la même période de l’année précédente (+12,6%), pour un total de 13,9 millions, un chiffre également sans précédent dans la série historique des enquêtes. Ceux en contrat à durée déterminée ont, quant à eux, diminué de 27,7 %. « Le taux de temporalité a baissé de 7,6 points en un an et, tout en restant à 17,9 %, il est proche de la moyenne européenne de 15,5 % », rapportent les syndicats de l’Union générale des travailleurs (UGT). Dans la même période, il est resté à 17 % en Italie. Par ailleurs, les Espagnols qui ont un emploi dépassent désormais les 20,5 millions et le chômage est passé de 13,3 % à 12,9 en 2022. « Les sans-emploi sont inférieurs à 3 millions pour la première fois depuis 2008 et loin des 6 millions de 2013 », souligne-t-on à l’UGT. Le boom des emplois permanents a surtout profité aux femmes et aux jeunes de moins de 25 ans (+142%), parmi lesquels le taux de chômage est tombé à 30%. Certes, il reste très élevé, mais presque divisé par deux par rapport aux 55% des années qui ont immédiatement suivi la crise de 2008, lorsque les précédentes mesures lancées par l’exécutif conservateur de Mariano Rajoy, marquées par une flexibilité maximale pour réduire le coût du travail et accroître la compétitivité, avaient poussé des légions de jeunes à émigrer.

Aujourd’hui, trois personnes sur quatre sous 30 ans ont un contrat à durée indéterminée (76%) quand ils étaient un sur deux (47%) dans le quinquennat 2017-2021. « Après un an depuis son approbation, on peut affirmer sans crainte de se tromper que nous sommes face au changement le plus important, efficace et rapide du marché du travail dans l’histoire de notre pays », assure à Avvenire Joaquín Pérez Rey, le père putatif de la réforme, qui était aussi l’une des conditions imposées par la Commission européenne à Madrid pour accéder aux fonds NexGenEu. « Elle visait à récupérer les droits des travailleurs et elle l’a fait de manière claire », ajoute Pérez Rey. « Non seulement nous avons la meilleure situation de l’emploi depuis 14 ans, mais pour la première fois, l’emploi va de pair avec des contrats et des droits stables. » En termes absolus, il y avait 2,3 millions d’affiliés à la sécurité sociale de plus à la fin de l’année qu’à la fin de 2021.

Marcel Jansen, titulaire de la chaire de sciences économiques et chercheur à la Fondation pour les études d’économie appliquée (Fedea) souligne, parmi les points saillants, l’importante modification de la négociation collective : « La réforme récupère le pouvoir contraignant des contrats sectoriels, auquel on a dérogé en 2012, en supprimant la capacité des contrats d’entreprise à fixer des salaires inférieurs à la moyenne sectorielle », explique-t-il à « Avvenire ». « Elle affecte la sous-traitance ou l’externalisation qui doit toujours respecter les conditions salariales collectives. Elle élimine les contrats ‘pour travaux et services’, afin d’éviter les abus, en les limitant à un maximum de six mois et uniquement pour des circonstances liées à la production, comme une augmentation occasionnelle et imprévisible ou pour répondre à des contingences prévisibles de courte durée, par exemple liées aux remplacements pendant les périodes de vacances. Pour le reste, elle renforce les contrats à durée indéterminée comme la voie ordinaire d’accès au marché du travail ». Dans le même temps, elle encourage les employeurs à embaucher des travailleurs occasionnels en élargissant la gamme des contrats à durée déterminée-discontinue, une formule qui n’existe pas en Italie, largement utilisée en Espagne dans l’agriculture, la restauration et les services. Ces contrats sont renforcés en tant que contrats à durée indéterminée, afin d’assurer la stabilité et la sécurité en définissant à l’avance la période de travail, de sorte que les salariés puissent payer la sécurité sociale et accéder aux allocations de chômage pendant les mois où ils ne travaillent pas et, en même temps, de donner aux entreprises la sécurité de disposer d’un personnel qualifié.

Javier Fernandez, qui travaille depuis quatre ans dans une serre de culture de concombres à Murcie, a pu apprécier les avantages après tant de précarité : « En tant que travailleur fixe-discontinu, je peux accumuler de l’ancienneté, louer une maison ou avoir un permis pour m’occuper de ma mère âgée », assure-t-il. Le secteur agricole, qui, il y a un an encore, était pénalisé par 50 % de contrats temporaires, est celui qui est le plus favorisé par la nouvelle réglementation et où les emplois fixes-discontinus ont augmenté de 40 %. C’est ce qu’ont prouvé les 10 000 cueilleurs de fraises marocains, engagés chaque année à Huelva comme travailleurs journaliers, les plus vulnérables, qui ont maintenant des contrats de travail renouvelés à l’origine. « Les 7 millions de contrats à durée indéterminée fermés en un an grâce à la réforme issue de l’accord entre les partenaires sociaux sont des personnes qui ont amélioré leurs conditions de vie », note Pepe Alvarez, secrétaire général de l’UGT, qui a créé un Observatoire « pour superviser et promouvoir l’application de la législation dans les entreprises, souvent réticentes à l’appliquer ». Il souligne également le rôle décisif d’Erte, le fonds de licenciement subventionné, qui, pendant la pandémie, a permis une certaine flexibilité aux entreprises, qui n’étaient plus obligées de recourir aux licenciements et pouvaient « geler » les niveaux d’emploi, avec des réductions temporaires de personnel.

« L’autre clé, souligne Marcel Jansen, est l’augmentation du salaire minimum interprofessionnel, qui a augmenté de 45%, passant de 735 euros par mois au début de la législature, à 1080 euros pour 14 mois, avec la dernière augmentation de 80 euros en vigueur depuis janvier, ce qui a fait passer l’Espagne des niveaux de salaires les plus bas d’Europe à 60% du salaire moyen du continent ». La Confindustria (Confédération de l’industrie espagnole) a pris ses distances avec la dernière augmentation, qui bénéficie à tous les travailleurs dès l’âge de 16 ans. « L’exécutif a ignoré les critiques des analystes qui soulignent le risque d’un impact, dû à l’augmentation des coûts énergétiques et de la charge fiscale pour les entreprises, sur les niveaux d’emploi des salariés moins qualifiés », rapporte l’économiste de la Fedea. Qui souligne néanmoins « les nombreuses lumières sur les quelques ombres de la réforme ».

« L’Espagne et l’Italie partagent la précarité de l’emploi », observe encore Jansen, « et les chiffres de Madrid montrent l’ample marge qui existe pour limiter les négociations temporelles qui ont laissé les travailleurs sans protection, pour améliorer la qualité de l’emploi et pour augmenter le salaire minimum ». Avec des choix en ligne avec d’autres pays européens, vers lesquels Rome aussi, conclut-il, devrait regarder avec attention et avec la même ambition ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *