mer. Mai 29th, 2024

La ville de Séville comptera, presque selon toute vraisemblance, avec une nouvelle confrérie de la pénitence. Il y aura désormais 71 personnes au total ce qui mettra les nazaréens dans leurs rues si les frères de la Bendición y Esperanza, de Polígono Suren ont décidé ainsi. Le groupement paroissial a convoqué le 12 mars, à 13 heures, en première convocation, Assemblée extraordinaire pour approuver le règlement de la nouvelle confrérie. de pénitence de notre ville, suivant les directives du Palais. Tout cela après la Fonction solennelle en l’honneur de Notre Père Jésus de la Bénédiction dans la Sainte Rencontre.

C’est ce qu’a communiqué l’Agrupación elle-même dans un communiqué officiel, informant ses membres que le règlement sera disponible au secrétariat du lundi au jeudi de 19h00 à 21h00 et le dimanche de 13h00 à 14h00. Bien qu’il reste encore quelques détails à régler, les futurs frères pénitents porteront des tuniques vertes et blanches, la couleur de la dolorosa. Une fois que les frères auront approuvé ces règles pénitentiaires, Palacio émettra une dernière ratification avant l’annonce officielle.



Numéro 71

Ce n’est pas depuis 2015 qu’une confrérie à caractère pénitentiel avait été approuvée à Séville. La Hermandad de la Milagrosa a été la dernière à incorporer des nazaréens dans ses rangs. L’origine de ce groupe paroissial remonte à 1992, lorsqu’un groupe de jeunes a porté une croix de mai dans les rues des 3000 Viviendas de Séville, Il est devenu une association officielle de fidèles en 2005 et fait partie de la paroisse de Jesús Obrero depuis 2010 avec une procession dans les rues du quartier le soir du vendredi des douleurs avec un paso de misterio dont les images sont toutes l’œuvre du sculpteur Juan Antonio Blanco Ramos. Ce groupe de fidèles est devenu une association paroissiale en 2012, avec le nom complet de Nuestro Padre Jesús de la Bendición en el Santo Encuentro y María Santísima de la Esperanza en su Soledad (Sel et Lumière).

Le groupe a son siège canonique dans l’église paroissiale de Jesús Obrero à Séville, et fait une procession tous les après-midi du Vendredi des Douleurs. Sa raison d’être et sa raison d’être demeurent dans son quartier, où elle réalise une infinité d’activités caritatives et sociales pour offrir une vie meilleure. aux habitants de cette zone de la ville, l’une des plus pauvres d’Espagne. Sans aucun doute, une reconnaissance bien méritée pour soutenir le travail de nos confréries dans des contextes aussi complexes et nécessitant un soutien institutionnel.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *