jeu. Juin 13th, 2024

Un aperçu de ce que vous pourrez voir l’année prochaine Lundi 13 février à la Fundación Cajasol. La bande-annonce de L’esprit de 73 a suscité une grande attente pour une œuvre qui commémore un authentique exploit dans l’histoire de la Semaine Sainte de Séville : la création du la première cuadrilla des frères costalero à Los Estudiantesdont c’est l’anniversaire 50 ans.

La corporation du Mardi Saint veut donner à cet événement l’importance qu’il mérite. Et ce n’est pas étonnant, puisque l’initiative de ces 36 jeunes a permis de faire de la un changement total dans la conception du monde costalÀ cette époque, elle était confrontée au manque de « cuadrillas » salariées qui portaient les chars lors de la principale fête de la ville.



La bande-annonce du documentaire montre déjà les principales caractéristiques d’une œuvre réalisée par le journaliste José Gómez Palasavec la production de JRP Productions. Plusieurs protagonistes et témoins de cet événement transcendantal pour la fête religieuse y prennent part. L’un des premiers à donner son témoignage est José Luis Amoscóteguiqui était étudiant en droit à l’époque et à qui l’on doit la promotion de cet important changement.

Les témoignages

Le professeur d’anthropologie de l’université de Séville y a également participé, Isidoro Moreno; le journaliste chevronné José Luis Rodríguez Bustamantele secrétaire de l’Union des étudiants de l’époque, Fernando Cano-Romeroet l’actuel contremaître de la confrérie, Antonio Santiagoun témoin direct de ce changement historique.

Un autre des attraits du film – long de 70 minutes – est l’utilisation de des images inédites du départ de la confrérie en ce mardi saint de 1973.qui ont été enregistrés en super8 par Jesus Resa de los Santos (père de l’actuel frère aîné des étudiants). Un enregistrement accompagné de la voix du journaliste Charo Padillaqui simule la diffusion en direct de cet événement.

Un acte héroïque sous les établis

L’esprit de 73 est un hommage à la 36 jeunes étudiants universitairesâgés de 16 à 30 ans, qui ont réussi l’exploit – dans cette Séville des dernières années du régime franquiste – d’enlever le Le Christ de la bonne mort aux ordres des contremaîtres Salvador Dorado et Manolo Santiago. Un exploit qui ne s’est pas fait sans controverse ni difficultés, mais qui a jeté les bases de ce que feront plus tard les autres confréries.

La première du documentaire aura lieu le lundi 13 février prochain, à 20h00, à l’auditorium de l’Institut d’études européennes. Fondation Cajasol. Entrée sur invitation uniquement.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *