lun. Déc 4th, 2023

Seulement 24 heures après le ; controverse   soulevées par le paso doble de la comparsa La ciudad invisible de ; Antonio Martínez Ares sur l’exhumation de Queipo de Llano de la Basílica de la Macarena  un autre groupe, de Séville celui-là, a de nouveau consacré un texte à ce sujet. C’est le chirigota ; Tout sur son Marvel  qui a clôturé hier soir le ; session du second deuxième deuxième trimestre   du Concurso de Agrupaciones Carnavalescas (COAC) à la Falla.

Ce pasodoble, le deuxième de la tanda du groupement (minute 6:55 de la vidéo), est très moins critique avec la confrérie. L’auteur joue avec les noms d’autres confréries pour se concentrer principalement sur le figure du Généralun Judas et un génocide (…) qui a été enterré dans une église gardée par les saints », et remercie la « loi de la mémoire et de la démocratie » pour son exhumation. Le rôle de la confrérie est beaucoup plus sommaire, se limitant à dire que « finalement la Macarena ne l’enveloppe pas dans sa cape ». Le chirigota conclut qu' »il n’y a pas de pardon pour cette épreuve (…) Ceux qu’il a tués en son temps et traités comme des chiens sont ceux qui ont mérité sa sainte sépulture », et condamne qu’avec le départ d' »un autre meurtrier de sa vallée, notre espoir est ressuscité dans la rue ».



Paroles complètes du pasodoble de Todo sobre su Marvel sur Queipo de Llano et la Macarena.

Aujourd’hui, je veux chanter pour ma terre

ma terre, sainte et mariale

Lire aussi:  Le restaurateur Francisco Arquillo Torres aura une rue dans la ville de Tomares.

celui qui a été renversé pendant la guerre

son sang républicain.

Le sang de mes compatriotes

ceux qui ont perdu leur vie

avec laquelle il s’est lavé les mains

un Judas, un génocide.

Un homme génocidaire qui a jeté dans le caniveau

des milliers d’enfants, de femmes et d’hommes

et la sentence prononcée par sa mitrailleuse

était de le priver de ses doux noms.

Un homme génocidaire à qui on a donné une sépulture

dans une église gardée par les saints,

et enfin la Macarena

ne l’enveloppe pas dans son manteau.

Il est parti, le démon qui a tué et torturé.

Il est parti, celui qui a dépouillé mon pays de paix et d’amour.

Et il n’y a pas de pardon pour cette épreuve.

Ceux qu’il a tués en son temps et traités comme des chiens.

étaient ceux qui méritaient son saint enterrement, ay, son saint enterrement.

Et je chante pour ma chère et sainte terre

pour avec la loi de la mémoire et de la démocratie

un autre meurtrier a été marqué au fer rouge dans sa vallée

et ressuscite dans la rue, notre espoir, notre espoir, notre espoir, notre espoir.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *