ven. Juin 14th, 2024

Le premier rapport de l’Observatoire de l’informatique en Espagne révèle que 84 % des élèves et des parents sont d’accord pour que l’informatique et la programmation soient une matière dès le début de l’enseignement. L’étude, réalisée par Code.org et Deloitte, décrit ces compétences comme l’anglais du XXIe siècle.

Si seulement les étudiants d’aujourd’hui étudiaient l’informatique dans leur éducation quotidienne, près de 100 millions de personnes  dans le monde entier auront beaucoup plus de possibilités d’emploi d’ici la fin de cette décennie. C’est ce qu’affirme Code.org, la plus grande plateforme d’apprentissage de la programmation, qui vient de présenter, en collaboration avec Deloitte, le premier rapport sur l’informatique en Espagne.

L’étude assure que notre pays a fait de grands progrès ces dernières années à cet égard, mais pas suffisamment. En 2015, 83 % des familles espagnoles ne savaient pas ce qu’était l’informatique. Aujourd’hui, les chiffres se sont inversés, et 84% des personnes interrogées par l’Observatorio de la Informática estiment que cette formation est importante.

La pandémie a donné un coup de fouet à l’apprentissage des compétences informatiques, même si elles n’est toujours pas devenu un enseignement obligatoire  dans les programmes des écoles primaires et secondaires. Il y a dix ans, il y avait moins de 30 pays dans le monde où l’informatique faisait partie du programme scolaire ; aujourd’hui, il y a déjà 70 nations où elle est enseignée quotidiennement.

Selon les auteurs du rapport, le problème du retard de cette inclusion de l’informatique dans l’enseignement formel signifie que les écart  entre les développements technologiques et la capacité à les absorber s’élargit.

Par exemple – disent-ils – des outils tels que ChatGPT nous obligeront à enseigner comment utiliser ces outils d’intelligence artificielle afin qu’ils fonctionnent en faveur de la connaissance, et non l’inverse. Dans un siècle « dominé par les machines », comme nous l’assure Fran García del Pozo, directeur de Code.org en Espagne, les jeunes doivent apprendre le langage des machines afin qu’elles travaillent pour nos besoins, et non nous pour les leurs.

L’Observatoire nous rappelle que nous devons faire la différence entre l’éducation informatique et la compétence numérique. Ce dernier, disent-ils, n’est que le capacité à utiliser des appareils numériques alors que l’informatique va beaucoup plus loin.

Les problèmes : manque de ressources et enseignants peu qualifiés.

Les personnes interrogées par l’Observatorio de la Informática en España soutiennent massivement la nécessité d’une formation à ces compétences dans les écoles et les collèges, mais ce chiffre atteint 87 % si l’on ne prend en compte que les réponses des parents dont les enfants ont entre 6 et 16 ans.

La minorité qui ne l’estime pas nécessaire fait principalement valoir qu' »il est trop tôt pour le faire » ou que « les garçons et les filles passent déjà trop de temps devant l’écran ».

Les élèves qui reçoivent une formation en informatique lui donnent une note assez basse (6,3), alors que leurs parents la jugent légèrement meilleure (6,7). Ceux qui sont insatisfaits de cette formation le sont principalement pour les raisons suivantes le manque de ressources matérielles et la faible qualification des enseignants. . Il est particulièrement frappant de constater que près de 20% des étudiants interrogés ont répondu qu' »ils ne voient pas l’utilité pratique d’enseigner cette matière ».

Le rapport souligne également que le les familles à revenus élevés  sont plus susceptibles que les familles à faible revenu d’accepter l’inclusion de l’informatique dans les programmes scolaires.

Ici aussi, on constate un écart entre les sexes, car les emplois technologiques ne sont pas socialement considérés comme attrayants pour les femmes.

Actuellement en Espagne 97% des salles de classe disposent d’une connexion internet mais seulement 67% disposent de systèmes numériques interactifs. Les écoles publiques ont environ 3 élèves par ordinateur et moins d’environnements d’apprentissage virtuels (67,9%) que les écoles privées (71%).

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *