mar. Avr 16th, 2024

Nombre de ses élèves, encore dispersés entre l’Italie, le Royaume-Uni et la Suisse, le considéraient comme un « Maestro », il était certainement l’un des plus grands économistes italiens du XXe siècle : Luigi Lodovico Pasinetti, lui-même élève de l’Università Cattolica del Sacro Cuore de Milan – dont il était professeur émérite – et dernier héritier de l’école de Cambridge, celle fondée dans les années 30 par John Maynard Keynes, dont Pasinetti a contribué à transmettre et à renouveler la pensée.  

Sa thèse, en fait, exprimée dans un livre de 2010 publié pendant la dernière grande crise financière mondiale et intitulé Keynes et les keynésiens de Cambridge (Laterza), était que l’approche adoptée par le célèbre économiste anglais et ses collaborateurs avait finalement été dans la bonne direction, mais que la « révolution » à laquelle Keynes et les keynésiens aspiraient restait inachevée, c’est-à-dire à achever, et Pasinetti pensait qu’il était surtout possible de le faire.

Né à Zanica, près de Bergame, le 12 septembre 1930, un an après avoir obtenu son diplôme de l’Université catholique, en 1956, Pasinetti est passé à l’Université de Cambridge, où il a d’abord été étudiant puis collègue des premiers élèves de Keynes, du Richard Kahn  (l’économiste qui a formulé le mécanisme du « multiplicateur ») pour Nicholas Kaldor  (conseiller économique et fiscal de nombreux gouvernements), de l’énigmatique et compatriote souffre-douleur de la théorie néoclassique Piero Sraffa  a Joan Robinson qui avait déjà jeté les bases de l’étude des marchés imparfaits dans les années 1930. Après une année à Harvard, aux États-Unis, et deux à Oxford, il entame une longue carrière d’enseignant au King’s College de Cambridge, pour être finalement appelé, en 1964, à la faculté d’économie et de commerce de l’Université catholique, dont il sera également le doyen de 1980 à 1983. À partir de ce moment et pendant plusieurs années, il a enseigné alternativement à Cambridge et à Milan.

Lire aussi:  Avions. Pas de paix pour Boeing : cette fois, une roue se détache

Son activité scientifique avait commencé par la publication d’une formulation mathématique du système théorique ricardien, suivant l’interprétation que son ami Piero Sraffa avait donnée dans son édition critique de Ricardo. Le nom de Pasinetti a ensuite été associé à deux débats célèbres qui ont eu lieu dans les années 1960 : la première est l’affirmation « post-keynésienne » (le « théorème de Pasinetti ») selon laquelle le taux de profit et la distribution des revenus dépendent de la propension des « capitalistes » à épargner, mais sont indépendants de la propension des « travailleurs » à épargner. . Le second concernait la théorie du capital et était un débat né du défi lancé par Samuelson et Levhari à l’analyse de Sraffa sur la possibilité du « retour des techniques » : Pasinetti a été le premier, de l’avis général, à démontrer l’erreur du « retour des techniques ». théorème de non-commutation » par Samuelson-Levhari. Ces contributions l’ont placé parmi les critiques de l’économie marginaliste traditionnelle. Une journée d’étude en son honneur a été organisée le 14 février sur le campus de Piacenza de l’Université Cattolica.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *