mar. Juin 18th, 2024

Semaine sainte à Séville continue à écrire sa propre histoire. Car en soi, étant donné l’immensité de sa portée chronologique, il y a d’innombrables doutes et inconnues à résoudre. Heureusement, il existe des chercheurs et des universitaires qui se consacrent à la tâche de secouer la poussière des archives et de découvrir certaines des découvertes les plus passionnantes.

C’est le cas de la Hermandad del Calvario, qui jusqu’à ce jour n’a pas su quand et comment son image est arrivée. L’image du Christ est devenue la propriété de la confrérie originelle des Mulatos. On savait que Gaspar Pérez de Torquemada avait commandé l’image du Christ crucifié à Francisco de Ocampo en 1611, mais rien de plus. Depuis 1627, date de l’inventaire post-mortem des biens de Gaspar Pérez de Torquemada, il n’y a plus aucune référence à la sculpture jusqu’aux premières années du XIXe siècle, lorsque la présence à San Ildefonso du crucifix, qui selon la tradition et quelques témoignages indirects avait appartenu à l’ancienne confrérie des Mulatos, a été confirmée.



« L’importance de cette découverte réside dans le fait que non seulement elle comble une lacune historique sur laquelle il y avait déjà des soupçons, mais elle prouve également que cette image a appartenu à la confrérie depuis la mort de son premier propriétaire et qu’elle y est toujours restée jusqu’à son extinction au XVIIIe siècle », selon les mots du chercheur à ce journal. « La confrérie s’est réorganisée autour de la figure et de la dévotion à ce Christ à la fin du XIXe siècle », ajoute-t-il.

La découverte

La semaine dernière, et après un long processus d’enquête mené par Joaquín Rodríguez Mateos, il a été constaté que l’acte notarié par lequel les héritiers de Gaspar Pérez de Torquemada ont vendu la sculpture en 1636 a été retrouvé aux Archives historiques provinciales. à la confrérie de la Présentation de Notre Dame, des mulâtres de Séville. La vente a été convenue pour 1 300 reales de vellón, pour le paiement desquels la confrérie a même dû s’endetter, possédant l’image depuis lors jusqu’à la disparition de la corporation à la fin du XVIIIe siècle.

Avec ce document comble une lacune historiographique sur les vicissitudes de l’image et sa possession présumée par la confrérie de la Présentation. Il est maintenant démontré non seulement que le Christ du Calvaire actuel était l’image titulaire de la confrérie de la Présentation de Notre-Dame depuis 1636, mais aussi que l’image lui est passée directement de l’oratoire privé pour lequel elle avait été commandée, sans autres vicissitudes.

Il est très curieux de noter la clause introduite dans le contrat selon laquelle. la confrérie était obligée d’ouvrir la chapelle aux fils de Pérez de Torquemada chaque fois qu’ils voulaient prier devant l’imageà cause de la grande dévotion qu’ils avaient pour elle. Ce sera la même dévotion qui attirera à ses pieds les mulâtres de la ville pendant 150 ans et qui, en 1885, amènera les fidèles de San Ildefonso à récupérer cette ancienne confrérie pour poursuivre son culte public jusqu’à nos jours.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *