jeu. Avr 18th, 2024

Pendant ces jours où la confrérie de La Amargura célèbre son culte au Señor del Silencio (un soulagement par rapport aux autres périodes où elle monte à l’autel principal), l’image de la Vierge sort de sa loge et se trouve dans l’une des niches de la chapelle sacramentelle de San Juan de la Palma. Cette zone de l’église est considérée comme l’une des rares enclaves qui conserve le style mudéjar primitif, datant probablement de la fin du XIVe et du début du XVe siècle. Il y a donc pas mal de membres de la confrérie qui viennent à la chapelle pour observer, de près et lentement, la Vierge de l’Amertume, dont le geste impondérable se perd dans le vide de sa niche et franchit les frontières de l’église et de nous-mêmes.

Dans ces superbes photographies de la bonne Fran Santiago, l’Amargura et San Juan entretiennent un dialogue particulier et intransmissible, une conversation avec des fragments d’absence et des pensées volatiles. Tout disparaît à chaque instant, il ne reste que l’être indéfinissable de la Vierge. De ce rideau tombé en novembre, il ne reste qu’un seul de ses fonds : le septénaire de l’Amargura, qui reviendra à son maître-autel pour, depuis les hauteurs, dessiner l’horizon d’un nouveau dimanche des Rameaux.



La chapelle

Cette chapelle a été remodelée entre 1934 et 1935 sous la direction de l’architecte Manuel Gómez et c’est à ce moment-là qu’a été installée la décoration actuelle de plâtres et de plafond voûté à caissons dans la deuxième section. Elle abrite le tabernacle du Saint-Sacrement et le culte principal de la confrérie de l’Amargura. Des deux côtés du retable se trouvent les images de San Joaquín et de Santa Ana, de la fin du XVIIIe siècle.

L’Inmaculada, qui est vénérée sur le retable situé au pied de la chapelle, faisait partie du retable principal, et lorsque celui-ci a été remodelé pour l’adapter au culte de la Virgen de la Amargura, l’image a été transformée en motte ronde en 1960 par Francisco Buiza. Depuis lors, il est resté à cet endroit.

La chapelle abrite des peintures intéressantes : la meilleure d’entre elles est la suivante La chute de la Manneattribué à Lucas Valdés, vers 1700. En plus de cela, il y a une copie de L’apothéose de l’Eucharistie par Herrera el Mozo et la dernière Cène par Murillo.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *