sam. Fév 4th, 2023

L’une des nouvelles les plus marquantes et les plus remarquables dans le domaine du patrimoine au XXIe siècle est, selon nous, sans marge d’erreur, la récupération du mystère de la Hermandad del Buen Fin, la fraternité essentielle du Mercredi Saint.. Sa figure titulaire, le crucifix du même nom, sera vraisemblablement traitée en 2024, accompagnée de nouvelles images secondaires du sévillan (oui, sévillan et de renommée internationale) Darío Fernández, dans ce qui sera le premier ensemble de son œuvre pour notre Semaine Sainte. Mieux vaut tard.

Comme on le sait, depuis 1997, l’imposante sculpture de Sebastián Rodríguez (disciple de Juan de Mesa et collaborateur de Montañés) n’est portée en procession que dans son paso, année où fut supprimé le mystère d’Álvarez Duarte et que la confrérie garde encore aujourd’hui. Néanmoins, dans l’histoire respectable de ce mystère, le La présence du Seigneur seul sur le paso est purement anecdotique.. Avec le recul, à l’exception de la période actuelle, le Cristo del Buen Fin a toujours été accompagné en procession chaque mercredi saint.



L’arrivée du 20ème siècle a été une floraison pour cette société, qui a vu son activité revitalisée après des décennies de prostration et de langueur.. Le Christ, qui était vénéré dans l’église du Salvador après un décret d’exclusion au XIXe siècle, a été récupéré par les nouveaux frères enthousiastes, qui sont revenus en 1908 pour faire une procession pénitentielle. Dix ans plus tard, en 1918, la confrérie débute le paso connu sous le nom de « tinajas », qu’elle a acquis d’une confrérie de la Castilleja de la Cuesta voisine. Il ne fut utilisé que pour les processions jusqu’en 1922, année où fut dévoilé le char actuel, acheté à son tour à la Confrérie des Sept Mots, qui entendait traiter un mystère allégorique du Sacré-Cœur. Le paso des « tinajas » (en raison de la forme de la base du candélabre) a été vendu à Huelva, et ses traces ont été perdues dans les années 1930.

Lire aussi:  La Vierge de la Amargura dans la chapelle sacramentelle de San Juan de la Palma.

Depuis 1923, le mystère du Buen Fin a subi divers changements. Au cours de cette décennie, le Seigneur a été généreusement accompagné de saint Jean, des Marías, de la Vierge et même d’un voleur avec un bâton, dans le but de représenter la scène dans laquelle le Seigneur demande de l’eau pour étancher sa soif, une chose très curieuse, essentiellement parce que le Seigneur était mort.

En 1930, la société dévoilé un paso de palio (une sorte de baldaquin) très personnel et différentiel pour la Virgen de la Palma, qui était portée en procession au pied de la croix. Plus tard, la Crucifixion a été portée en procession avec les Saintes Femmes et la Madeleine, et des années 1940 aux années 1970, elle n’a été accompagnée que de Marie-Madeleine.

Le retour de l’accompagnement au Crucifié de la Bonne Fin et l’inclusion ; des nouveaux chiffres secondaires   est justifiée et applaudie, selon nous, pour deux raisons : pour la récupération complète d’une signification iconographique qui donne un sens et un support au passage et pour l’utilisation des outils exceptionnels d’aujourd’hui dans le domaine de l’imagerie. Un passage centenaire pour la Semaine Sainte du 21ème siècle. Un clin d’œil à notre propre histoire avec l’avenir à l’horizon.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *