dim. Jan 29th, 2023

La confrérie des boulangers a publié hier un communiqué expliquant que la délégation diocésaine des confréries n’autoriserait pas le transfert de leurs images titulaires dans l’église voisine de La Misericordia pour y célébrer leurs offices, en raison des dimensions réduites de la chapelle de San Andrés. Ce transfert, qui dure depuis des années, a toujours eu l’approbation de la municipalité (questions de logistique et de mobilité) et de l’église. Cependant, il s’agit d’un transfert qui ne figurait pas dans le règlement de la corporation du Mercredi Saint. On suppose que cette année, Palacio a choisi de le refuser dans le but de régulariser cette situation. Ainsi, l’étroit siège canonique de cette confrérie devra accueillir les centaines de frères et sœurs qui sont obligés de participer à ces services.

Ce n’est pas la première fois (ni ces derniers mois, ni dans l’histoire des confréries) que le Palais, en tant qu’organe régulateur des confréries à part entière, intervient dans des décisions, des transferts et des processions qui ne sont pas conformes à ce qui est établi. Les nouvelles normes diocésaines publiées il y a sept ans pour limiter le culte extérieur extraordinaire des confréries sont bien connues. Le cas le plus récent est celui de l’organisation d’un possible Magna de Glorias qui est née dans le giron de la Pastora de Santa Marina et qui a été refusé par l’archevêché étant entendu que l’événement, le 775e anniversaire de la reconquête de la ville, était couvert par le Santo Entierro Grande.



D’autres cas particuliers se trouvent à San Bernardo, quand ; Palacio a refusé un éventuel extraordinaire de la Virgen del Refugio pour célébrer le 75e anniversaire de l’inclusion du titre de Mariana dans les armoiries de la ville,   Une initiative qui vient de cette corporation de banlieue, ou de Los Estudiantes, étant donné que l’archevêché n’a pas permis un chemin de croix avec le Cristo de la Buena Muerte à travers la Lonja de la Universidad (appartenant à cette institution) pour commémorer la création de la première cuadrilla de hermanos costaleros (un groupe de frères costaliers). Des raisons plus ou moins convaincantes qui n’ont guère été suivies, alors que d’autres avaient un poids suffisant : le centenaire du couronnement canonique de la Pastora de Capuchinos en 2021, un anniversaire qui n’a pas reçu l’approbation de l’archevêché.

Lire aussi:  A quelle confrérie de la Semaine Sainte de Séville est dédiée la "Marcha Fúnebre" de José Font Marimont ?

Rogativas

Le décret de 2015 n’inclut même pas la possibilité d’organiser des processions rogatoires, si présentes dans la longue histoire de nos confréries aux siècles passés. Palacio a refusé une procession rogatoire de la Virgen de Gracia de Carmona pour prier pour la fin de la pandémie, ; causant des troubles parmi les habitants de Carmona.  . Il a agi de la même manière à Arahal, lorsqu’une rogation du Cristo de la Misericordia, la grande dévotion de la ville, n’a pas été autorisée. Des exemples fiables qui insistent sur l’idée qui a été discutée tant de fois dans des livres et des articles : que les relations entre l’Église et les confréries n’ont pas toujours été amicales.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *