dim. Jan 29th, 2023

Le chiffre d’affaires n’est pas tout, mais même dans le monde du football, quelque chose est révélateur. Les équipes de Serie A, qui n’ont pas remporté de trophée au niveau européen depuis des années, sont pour la première fois également absentes du top 10 de la « Money League », où les équipes britanniques dominent, représentant désormais plus de la moitié du Top 20 (11 sur 20), emmenées pour la deuxième année par Manchester City. Le premier Italien est la Juventus (400,6 millions), qui n’arrive qu’en 11ème position, puis l’Inter en 14ème (308,4 millions) et Milan (264,9 millions) en 16ème. Au total, d’après le Sports Business Group de Deloitte, les Les clubs de la Money League 2023 ont enregistré des revenus totalisant 9,2 milliards d’euros lors de la saison 2021/22, soit une augmentation de +13 % par rapport aux 8,2 milliards d’euros enregistrés lors de la saison 2020/21. Derrière Manchester City (731 millions d’euros de revenus totaux), on trouve le Real Madrid (714 millions) puis Liverpool (702 millions). Pour la première fois, la Money League inclut également les revenus générés par les équipes féminines, avec des revenus moyens de 2,4 millions d’euros attribuables à la saison 2021/22. L’augmentation des recettes totales de +13% d’une année sur l’autre est due au retour des matchs à portes ouvertes suite à la levée des restrictions COVID-19, avec une augmentation significative des recettes des stades : de 111 millions d’euros à 1,4 milliard d’euros.

Les recettes commerciales ont également augmenté de 8 % en glissement annuel (de 3,5 milliards d’euros à 3,8 milliards d’euros), mais leur impact a été annulé par la baisse de 11 % (soit 485 millions d’euros) des recettes de droits TV par rapport aux recettes TV de la saison 2020/21, qui avaient toutefois bénéficié du report des recettes des matchs reportés de 2019/20. Selon Tim Bridge, associé principal du Sports Business Group de Deloitte, « la question est maintenant de savoir si les autres ligues peuvent combler l’écart, probablement en augmentant la valeur des futurs droits de télévision internationaux, ou si la Premier League sera virtuellement intouchable, en termes de revenus. La Premier League est le seul des cinq grands championnats européens à voir la valeur des droits de télévision augmenter lors de la dernière renégociation. Elle continue d’attirer des millions de fans dans le monde entier et ses clubs membres bénéficient d’un avantage en termes de revenus par rapport aux clubs rivaux d’autres nations ».

Lire aussi:  La controverse. En Sardaigne, les compagnies aériennes s'affrontent sur la question de la continuité territoriale.

Manchester City a enregistré des recettes commerciales record en Premier League, soit 373 millions d’euros en 2021/22, en hausse de 65 millions d’euros par rapport à la saison précédente. Liverpool a fait le plus grand saut dans cette édition de la Money League, gagnant quatre places (de la septième à la troisième) pour atteindre la meilleure position de son histoire. Les Reds ont dépassé Manchester United au classement pour la première fois, grâce à leur qualification pour la finale de l’UEFA Champions League 2022, qui a généré des revenus supplémentaires grâce aux droits télévisés. Liverpool a également été l’un des cinq clubs à enregistrer plus de 100 millions d’euros de recettes de jour de match, un résultat sans précédent, grâce au retour des supporters dans les stades.

En dehors de la Premier League, le FC Barcelone et le Real Madrid n’ont pas encore retrouvé leurs niveaux de revenus d’avant la pandémie, avec des revenus de club en baisse de 203 millions d’euros et 43 millions d’euros respectivement par rapport à 2018/19. Pour Sam Boor, directeur du Sports Business Group de Deloitte, « il est peu probable que la supériorité financière de la Premier League soit remise en question au cours des prochaines saisons. Cela est particulièrement évident à un moment où ces clubs continuent d’attirer des investissements internationaux, ce qui les incite souvent, dans le meilleur des cas, à privilégier la rentabilité plutôt que le succès sur le terrain. Il est désormais probable que la question n’est pas de savoir si, mais quand, les 20 clubs de Premier League figureront dans le top 30 de la « Money League ».

Lire aussi:  Marché. Hi-tech, l'impact des coupes des géants américains sur le numérique italien

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *