lun. Jan 30th, 2023

Le Royaume-Uni pourrait devenir l’un des pays du monde où les enfants sont le plus en sécurité en ligne si la nouvelle législation, le « projet de loi sur la sécurité en ligne », qui a été présenté pour la première fois à Westminster en mars de l’année dernière, alors que Boris Johnson était encore Premier ministre, est finalement adoptée.  Aujourd’hui commence la phase de « troisième lecture » à la Chambre des Communes, l’examen de tous les amendements avant le vote final et le passage aux Lords qui l’examineront dans les moindres détails. La nouvelle législation vise à empêcher les adolescents d’être attirés et submergés par du matériel qui incite au suicide, promeut l’anorexie et la boulimie et diffuse les abus sexuels sur les enfants. La législation est suivie de près par les dirigeants des entreprises technologiques américaines.
 

Une première version, qui a été modifiée à plusieurs reprises, prévoyait déjà une peine d’emprisonnement pour les dirigeants de grandes entreprises, qui a ensuite été remplacée par de fortes amendes. Ce changement était dû à la crainte que, si l’emprisonnement restait une sanction, de nombreuses entreprises quittent le Royaume-Uni, considéré comme trop strict dans ce domaine.  Un groupe de cinquante députés, ainsi que le parti travailliste qui a choisi de les soutenir, ont toutefois décidé de se rebeller contre le gouvernement et d’introduire un amendement qui aurait vu le gouvernement battu si l’emprisonnement n’avait pas été réintroduit dans la législation pour les hauts responsables technologiques qui ne protègent pas les enfants. Les députés rebelles n’ont décidé de faire marche arrière qu’après avoir rencontré, au cours du week-end, la ministre de la culture Michelle Donelan, qui leur a assuré que l’emprisonnement en tant que peine serait réintroduit.

Lire aussi:  CES 2023. Bosch, des capteurs intelligents pour une sécurité encore meilleure

La nouvelle législation, proposée pour la première fois en 2019, établit un équilibre difficile entre la nécessité de protéger le droit d’expression et celle de veiller à ce que les internautes, notamment les mineurs, ne soient pas lésés par des contenus dangereux. Dans la législation, les plateformes de réseaux sociaux sont traitées comme des environnements de la vie réelle qui doivent suivre des règles strictes pour protéger la santé et la sécurité des utilisateurs de ces environnements. En bref, « Facebook », « Instagram » et les autres réseaux sociaux devront assumer la responsabilité de veiller à ce que les personnes qui les utilisent ne subissent pas d’abus ou ne reçoivent pas d’informations mensongères.  La nouvelle législation oblige ces entreprises à partager leurs critères de surveillance du matériel en ligne et les résultats de cette surveillance avec « Ofcom », le régulateur britannique des télécommunications qui a déjà embauché des centaines de nouveaux employés pour cette tâche. Les conclusions de l’Ofcom sur le mode de fonctionnement des réseaux sociaux seront ensuite publiées sur les plateformes dans la section où les utilisateurs peuvent trouver toutes les règles relatives au fonctionnement de l’entreprise.

Ian Russell, le père de Molly Russell, une jeune fille de 14 ans qui s’est suicidée en 2017 après avoir regardé des documents faisant la promotion de l’automutilation sur « Instagram » et « Pinterest », a également fait campagne pour que les gestionnaires de réseaux sociaux soient punis plus sévèrement.  L’enquête sur sa mort a conclu, en fait, que le contenu en ligne que la jeune fille consultait avait contribué à la dépression qui lui a coûté la vie. « Cette législation est très importante », a déclaré Ian Russell, « car je suis convaincu que sans une législation appropriée, l’industrie technologique n’introduira jamais les contrôles nécessaires pour empêcher un autre décès comme celui de ma fille. La réponse de « Pinterest », la société propriétaire de « Snapchat », et de « Meta », propriétaire d' »Instagram », aux demandes formulées par les juges à l’issue de l’enquête sur les raisons pour lesquelles Molly s’est suicidée a été de mettre en place des plateformes séparées pour les adultes et les mineurs, mais cette mesure n’est pas suffisante ».

Lire aussi:  L'alarme. Le harcèlement moral en entreprise, un phénomène à combattre

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *