dim. Fév 5th, 2023

Le maire de Séville, Antonio Muñoz, et Manuel Vizcaya, frère aîné de Madre de Dios del Rosario, se sont réunis cet après-midi à l’hôtel de ville de Séville afin d’avancer dans la remise de la médaille de la ville de Séville à la guilde des capataces et costaleros, si présente lors de la Semaine sainte de Séville.

L’intention de la corporation de Triana était de livrer, à la mi-janvier, toute la documentation nécessaire pour matérialiser cette distinction, dans le but de se conformer au protocole qui leur a été indiqué par le consistoire. La proposition est sur la bonne voie et l’objectif principal est que l’initiative soit soumise à la séance plénière municipale pour approbation par la corporation.



Patron des contremaîtres et des costaleros

En cas de succès des formalités et des négociations, le récipiendaire de cette distinction serait la Mère de Dieu du Rosaire, patronne des capataces et des costaleros depuis 1957. L’idée est née dans une taverne de Triana appelée Galiana, dans l’actuel quartier Rodrigo de Triana. Jerónimo Borrero et Manuel Bejarano, les principaux défenseurs de l’idée du mécénat, ont porté la proposition au curé de Santa Ana, qui dès le premier instant a manifesté son soutien.

Plus tard, l’affaire parviendra au cardinal Bueno Monreal, archevêque de Séville, et la proposition sera acceptée. Le 1er décembre, plus de deux cents capataces et costaleros ont assisté à la célébration de l’acte solennel de proclamation dans l’église paroissiale de Santa Ana, tous, selon les mots de l’historien des Glorias de Séville, Juan Martínez Alcalde,  » visiblement émus par l’agréable satisfaction d’être protégés par une si grande dame « . Plusieurs décennies plus tard, les capataces et les costaleros d’aujourd’hui aspirent à obtenir cette médaille, qui reconnaîtrait le travail sincère et plein d’abnégation de celui qui, pour Manolo Vizcaya, est le « héros anonyme » de la Semaine Sainte de Séville depuis des siècles, et qui a contribué à façonner l’une des singularités les plus reconnues de notre fête.

Lire aussi:  La Virgen de la Angustia de Los Estudiantes ou l'incarnation de la beauté

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *