sam. Fév 4th, 2023

Les exploitants de stations-service annoncent deux jours de grève les 25 et 26 janvier, avec un présidium devant Montecitorio.  C’est ce qu’ont annoncé les organisations d’opérateurs Faib, Fegica et Figisc. « Le gouvernement augmente le prix des carburants et se décharge de la responsabilité sur les gestionnaires qui deviennent les destinataires des insultes et des injures des automobilistes exaspérés. Une campagne médiatique honteuse a été lancée contre la catégorie », écrivent les organisations d’opérateurs.  » Déclaré un état d’agitation sur l’ensemble du réseau et une grève contre le comportement du gouvernement. Une garnison sous Montecitorio a été annoncée », lit-on dans la note. « Bénis soient les trafiquants d’illégalité qui opèrent dans l’évasion fiscale et des contributions et qui détournent plus de 13 milliards d’euros par an du Trésor. Pour mettre fin à cette « vague de boue » contre une catégorie de travailleurs honnêtes et tenter de rétablir la vérité, les associations d’opérateurs, unies, ont pris la décision de proclamer un état d’agitation de la catégorie, sur tout le réseau ; de lancer une campagne de contre-information sur les usines et de proclamer, pour les journées du 25 et 26 janvier 2023, une première action de grève, avec une garnison sous Montecitorio ».

« Quand on parle de spéculation sur le prix de l’essence, on ne parle naturellement pas du pauvre pompiste, qui a un revenu minime, car on parle de quelques centimes par litre. Nous parlons de la spéculation internationale sur le prix du gaz et de la
l’essence qui est évidente ». Ainsi, le ministre des relations avec le Parlement Luca Ciriani l’hôte de La radio aussicommentant le
grève nationale de deux jours lancée par les stations-service. « La spéculation », a expliqué le ministre, « est liée au prix général de l’essence et du gaz, nous n’en voulons certainement pas à ceux qui travaillent dur en gagnant peu d’argent ». Heureusement, le prix à la pompe est conforme aux prix de l’année dernière ».

Lire aussi:  Consommation. Ces cadeaux de Noël seront bientôt recyclés

« La décision des stations-service de proclamer deux jours de grève équivaut à un acte de guerre contre les consommateurs, une protestation absurde et immotivée qui nous conduit aujourd’hui à présenter une pétition urgente au Garant des grèves pour bloquer la mobilisation des opérateurs ». C’est ce qu’écrit le Codacons  dans une note. « Avec cette grève – lit-on – les stations-service semblent montrer qu’elles n’aiment pas la transparence sur les prix des carburants décidée par le gouvernement à travers le décret approuvé par le Conseil des ministres et veulent défendre les ombres et les ambiguïtés qui affectent le secteur. Une grève qui ne fait que nuire aux consommateurs, déjà victimes des tarifs excessifs à la pompe et de la hausse des accises intervenue le 1er janvier dernier ». Pour cette raison, Codacons « présente aujourd’hui
une demande à la Commission de garantie des grèves, leur demandant de mettre fin à la protestation de la station-service et de sanctionner toute action de l’entreprise.
une mobilisation préjudiciable aux droits des utilisateurs ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *