lun. Jan 30th, 2023

Samedi déjà, deux jeunes hommes ont été pendus en Iran. Ils sont accusés d’être responsables de la mort d’un fonctionnaire. Deux autres manifestants doivent maintenant être exécutés.

En Iran, de nombreuses personnes ont protesté contre l’exécution imminente de deux jeunes manifestants, selon des militants. D’éminents activistes et des utilisateurs des médias sociaux ont rapporté dans la nuit de dimanche à lundi que des foules s’étaient rassemblées devant une prison près de la capitale Téhéran.

Des proches se seraient également précipités vers la tristement célèbre prison de Gohardash à Karaj pour manifester contre l’exécution prévue des deux condamnés Mohammed G. et Mohammed B.. Auparavant, des utilisateurs avaient annoncé dans des médias en ligne que leur exécution était imminente.

Selon les recherches du « New York Times », Mohammed G. est âgé de 19 ans. Il a été arrêté à Karaj. La justice iranienne l’avait condamné à mort pour avoir mis le feu à un bâtiment gouvernemental et blessé un agent de sécurité. Mohammed B. (22 ans) est coiffeur et a été arrêté à Téhéran peu après le début des protestations fin septembre. Il est accusé d’avoir renversé un policier.

Samedi, l’Iran avait déjà pendu deux jeunes hommes. Mohammed-Mehdi K. (22 ans) et Sejed-Mohammed H. (39 ans) ont été tenus responsables de la mort d’un agent de sécurité lors de manifestations en novembre. Des condamnations à mort avaient également été exécutées en décembre contre deux hommes dans le cadre des manifestations antisystème.

Les protestations nationales en Iran ont été déclenchées par la mort de Jina Mahsa Amini en garde à vue le 16 septembre 2022. Cette Kurde iranienne avait été arrêtée par la police dite des mœurs pour avoir enfreint le code vestimentaire islamique en vigueur en Iran.

Lire aussi:  La situation des hôpitaux pédiatriques doit être discutée lors d'un sommet spécialisé

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *