sam. Fév 4th, 2023

La fonte des glaciers ne peut plus être stoppée. Au lieu de faire l’autruche, les politiques devraient agir, dit-on. Car chaque dixième de degré compte.

Pénurie d’eau, hausse du niveau des mers, modification de la flore et de la faune : la fonte progressive des glaciers due au réchauffement climatique a des conséquences parfois graves.

Une étude publiée dans la revue spécialisée « Science » montre désormais que même dans le meilleur des cas, une grande partie des glaciers disparaîtra. Selon cette étude, près de 50 pour cent des quelque 215.000 glaciers pris en compte devraient fondre d’ici 2100 – si l’augmentation de la température est limitée à 1,5 degré. Les auteurs ont également un message positif à faire passer : des mesures immédiates de protection du climat et chaque dixième de degré de réchauffement économisé peuvent ralentir le processus.

Avec ses calculs, l’équipe internationale dirigée par David Rounce de l’université Carnegie Mellon de Pittsburgh confirme les connaissances actuelles sur l’ampleur de la fonte des glaciers. « L’étude a regardé de manière très détaillée divers processus qui n’avaient pas pu être considérés jusqu’à présent. Mais ce n’est pas comme si quelque chose de complètement nouveau sortait de l’étude qui n’était pas connu auparavant », explique le glaciologue Olaf Eisen de l’Institut Alfred Wegener, le Centre Helmholtz pour la recherche polaire et marine, qui n’a pas participé à l’étude.

70 pour cent des glaciers disparaissent

Selon l’étude, la fonte des glaciers est linéairement liée à l’augmentation moyenne de la température mondiale. En cas d’augmentation de 2 degrés – l’objectif de réchauffement maximal convenu dans l’accord de Paris – près de 70 pour cent des glaciers d’une taille inférieure ou égale à un kilomètre carré pourraient disparaître. Parmi les glaciers d’un à dix kilomètres carrés, près de 20 pour cent fondraient complètement.

Lire aussi:  Emissions de méthane : ces animaux sont les plus grands "pollueurs" du climat

En se basant sur les engagements climatiques pris lors de la conférence des Nations unies sur le climat COP26 à Glasgow en 2021, sur la base desquels une augmentation de la température moyenne mondiale de 2,7 degrés a été prévue d’ici la fin du siècle, les glaciers disparaîtront presque entièrement dans de nombreuses régions, poursuit l’étude. Il s’agit notamment des régions de l’Europe Alpesdans l’ouest du Canada, aux États-Unis et en Nouvelle-Zélande. Les glaciers sont de grandes masses de neige, de névé et de glace qui s’écoulent généralement lentement des montagnes vers la vallée.

Selon Eisens, les glaciers allemands ne peuvent plus être sauvés : « Le sujet est clos ». L’année dernière, l’un d’entre eux, le Südlicher Schneeferner, a fondu, et il ne reste donc plus que quatre glaciers en Allemagne. « Ils connaîtront le même sort », a déclaré Eisen. La rapidité de la fonte en Allemagne ne dépend que des températures des prochains hivers. « Si nous avons des hivers comme ceux de 2020 ou 2021, où le printemps a été froid et humide, ils dureront peut-être encore une décennie, mais les glaciers allemands n’atteindront probablement pas 2050 ».

Le niveau de la mer augmente de manière dramatique

Selon l’étude, si la température mondiale augmente en moyenne de quatre degrés, 83 pour cent de tous les glaciers du monde disparaîtraient d’ici 2100. Cela aurait des conséquences dramatiques. En effet, la fonte des glaciers entraîne une hausse du niveau des mers. « Chaque millimètre d’élévation supplémentaire du niveau de la mer entraîne davantage d’inondations dans les zones côtières, et les glaciers sont justement l’un des principaux moteurs de l’élévation du niveau de la mer », a déclaré Fabien Maussion de l’université d’Innsbruck, co-auteur de l’étude.

Lire aussi:  Quand les personnes âgées hospitalisées sont soudainement désorientées

De plus, les glaciers seraient des réservoirs naturels d’eau douce. « S’ils disparaissent, cela ne signifie pas que nous n’avons plus d’eau, mais que l’eau n’arrive plus au moment où elle est nécessaire, c’est-à-dire pendant les mois d’été secs et chauds », a déclaré Matthias Huss de l’EPF de Zurich, également co-auteur de l’étude. Lorsque la glace aura disparu, il faudra s’attendre à une pénurie d’eau, surtout en période de sécheresse. « C’est un problème pour l’irrigation, l’eau potable, le transport des marchandises, la faune et la flore, etc », a ajouté Huss.

Malgré tout, l’équipe de Rounce souligne : Il est tout à fait possible de ralentir la fonte à moyen terme en prenant des mesures immédiates et globales de protection du climat à l’échelle mondiale. « Même si nous ne pouvons pas sauver les glaciers tels qu’ils se présentent actuellement, chaque dixième de degré de réchauffement économisé se traduit par un recul moins important et donc par un impact négatif moindre », explique Huss. « Nous avons besoin d’un changement complet en ce qui concerne nos émissions, nous devons vraiment réduire les émissions mondiales de manière beaucoup plus importante », a souligné Maussion.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *