dim. Fév 5th, 2023

Alors que les médicaments manquent pour soigner les patients humains, les vétérinaires ne peuvent plus utiliser certains médicaments suite à une réforme législative. Les aquariophiles en font les frais.

Bien qu’il soit à peine visible à l’œil nu, le cilice Ichthyophthirius multifiliis peut causer des dégâts considérables dans les aquariums et les élevages aquatiques. Ce parasite unicellulaire colonise la peau et les branchies des poissons et provoque la maladie des points blancs.

Selon Sandra Lechleiter, vétérinaire spécialisée dans les poissons, un aquariophile expérimenté peut certes la détecter sans problème à l’œil nu – mais cela pourrait bientôt ne plus lui être d’un grand secours suite à une réforme de la législation.

En effet, selon la loi sur les médicaments vétérinaires entrée en vigueur l’année dernière, tous les médicaments à effet antimicrobien – outre les antibiotiques, ceux contre les virus, les champignons et les protozoaires (organismes unicellulaires) – seront soumis à une ordonnance au plus tard à partir de 2027. « Leur utilisation ne sera donc plus autorisée qu’après un examen et une prescription par le vétérinaire », a clairement expliqué Lechleiter lors d’une récente manifestation organisée par l’Association allemande des associations d’aquariophilie et de terrariophilie. De telles préparations nécessiteraient en outre une autorisation de mise sur le marché.

Seule une douzaine de vétérinaires spécialisés dans les poissons ont leur propre cabinet

Mais comme les médicaments pour poissons d’ornement sont un marché de niche, Lechleiter estime que la procédure d’autorisation n’est pas rentable pour les grandes entreprises pharmaceutiques. Les petits fabricants, quant à eux, ne pourraient pas se permettre de payer des millions pour tester et autoriser un médicament.

Le fait qu’il n’y ait en Allemagne qu’une douzaine de vétérinaires spécialisés dans les poissons ayant leur propre cabinet et d’autres centres d’examen spécialisés aggrave encore la situation. Lechleiter, par exemple, a son cabinet Fishcare à Neuenbürg, près de Pforzheim, mais elle est en déplacement plusieurs jours par semaine dans la moitié du pays pour rendre visite à ses patients à écailles.

Lire aussi:  Le républicain McCarthy nouveau président de la Chambre des représentants américaine

La nouvelle loi ouvre donc une brèche importante dans l’approvisionnement et rend ainsi le traitement de millions d’animaux non seulement dangereux, mais tout simplement impossible, prévient la spécialiste, qui craint une situation d’urgence. La maladie des points blancs, par exemple, est très fréquente et peut tuer en quelques jours une grande partie des poissons d’un aquarium touché si elle n’est pas traitée rapidement.

Verena Jung-Schroers, de l’université vétérinaire de Hanovre, est également vétérinaire spécialisée dans les poissons. Les maladies dues à des parasites unicellulaires sont presque quotidiennement abordées lors des consultations. Et ce sont surtout les propriétaires de kois chers qui viennent ici, plutôt que les amis des guppys. Du point de vue de la protection des animaux, elle trouve la modification de la loi discutable : « Les poissons meurent alors vraiment », explique clairement Mme Jung-Schroers. De plus, elle craint que les propriétaires ne se procurent des produits de manière douteuse.

C’est pourquoi elle plaide, tout comme sa collègue Lechleiter, pour des exceptions permettant de continuer à utiliser certains de ces médicaments malgré tout. Le ministère fédéral de l’Agriculture renvoie toutefois à un règlement européen qui est à la base de la nouvelle loi sur les médicaments vétérinaires. Ce règlement vise entre autres à ce que les médicaments vétérinaires antimicrobiens soient utilisés avec plus de prudence. Le contexte est que des résistances se développent de plus en plus contre de tels médicaments – ceux-ci ne peuvent donc plus rien faire contre les agents pathogènes.

« Ce n’est pas aussi simple pour les aquariums ».

Les problèmes sont connus des ministères fédéraux compétents et ont déjà été discutés avec les milieux concernés, a fait savoir une porte-parole du ministère de l’Agriculture. Afin d’éviter des lacunes générales dans l’approvisionnement, certaines préparations pourraient être exemptées de l’obligation d’autorisation. Le droit européen exclut toutefois les médicaments soumis à prescription médicale, c’est-à-dire tous les médicaments vétérinaires à action antimicrobienne. Selon la porte-parole, si des modifications doivent être apportées à ce sujet, il faut que l’Union européenne soit prête à les accepter. UE se remet à l’ouvrage.

Lire aussi:  Un employé du BND arrêté pour soupçon d'espionnage russe

Selon Jung-Schroers, il s’agit de poissons d’ornement. Pour les poissons de consommation, il existe d’autres directives concernant l’utilisation de médicaments – et surtout d’autres possibilités de lutter contre les parasites. On peut par exemple augmenter le débit d’eau dans un élevage de truites afin d’éliminer les microbes. Ou bien on place les poissons dans différents bassins. « Ce n’est pas aussi simple dans les aquariums ». La température plus élevée de l’eau pour les poissons d’ornement permet en outre à certains parasites de se propager beaucoup plus facilement, explique l’experte.

Selon elle, il n’y a aucun risque pour les humains. Les maladies dont il est question ne leur sont pas transmissibles. Du point de vue du ministère fédéral, les modifications de la réglementation ne concernent en premier lieu que le problème mondial de la résistance aux antibiotiques. D’après la porte-parole, les éventuels résidus de médicaments qui pourraient se retrouver dans les canalisations ou l’environnement via l’eau de pêche ne jouent pas un rôle central dans les considérations.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *