dim. Fév 5th, 2023

Avec son propre réseau de téléphonie mobile, 1&1 veut se rapprocher des groupes de télécommunications allemands établis. Le nouveau réseau vient d’être lancé à petite échelle et dans une version allégée.

Lors du lancement du quatrième réseau de téléphonie mobile allemand, le nouveau venu 1&1 a très nettement manqué à une obligation de développement imposée par l’État. Au lieu d’avoir activé un total de 1000 stations 5G à la fin de l’année 2022, l’entreprise de Montabaur n’a annoncé mardi que 3 installations radio utilisées à Francfort-sur-le-Main et à Karlsruhe.

50 sont déjà prêtes et seront progressivement mises en service dans d’autres villes. 235 sont en construction. L’objectif de 1000 sera atteint « dans le courant de l’année ». 1&1 avait déjà reconnu en septembre qu’elle n’atteindrait pas l’objectif intermédiaire dans les délais impartis et avait justifié sa décision par des problèmes de livraison chez un partenaire de développement. L’ampleur du manquement est maintenant devenue claire.

Le réseau mis en service sur les trois sites n’est utilisé que pour une application de niche, à savoir comme produit de remplacement du réseau fixe. La réception pour l’utilisation du téléphone portable en déplacement n’est pas possible – seuls les ménages situés à proximité des antennes peuvent capter les signaux radio pour avoir accès à Internet dans leur logement : Il est conçu comme une alternative au réseau fixe.

Seulement la première étape

En fin de compte, ce produit n’est qu’une première étape vers le quatrième réseau mobile allemand. Ce n’est qu’à l’automne que les antennes seront également activées pour les utilisateurs de téléphones portables qui sont en déplacement – il s’agira alors d’un réseau de téléphonie mobile au sens propre du terme, c’est-à-dire d’une application disponible en mobilité.

Lire aussi:  Nagelsmann sur le changement : "Chaque chance a une date d'expiration".

1&1 a acheté pour la première fois en 2019 un spectre de fréquences aux enchères pour environ 1,1 milliard d’euros afin de construire son propre réseau de téléphonie mobile. Jusqu’à présent, l’entreprise a surtout recours au réseau d’O2 (Telefónica) et paie un loyer pour cela. Mais à l’avenir, 1&1 veut voler de ses propres ailes.

D’ici fin 2025, 1&1 doit atteindre au moins 25 pour cent des ménages allemands avec son réseau de téléphonie mobile et d’ici fin 2030, ce chiffre doit être de 50 pour cent, c’est ce que prévoient les conditions de l’Agence fédérale des réseaux lors de la vente aux enchères de 2019. Le patron de l’entreprise, Ralph Dommermuth, a déclaré que l’entreprise souhaitait remplir cette dernière exigence « à temps ». « Pour cela, environ 12 600 pylônes radio et plus de 500 centres de calcul régionaux seront mis en service ».

Selon les informations fournies, les pylônes radio 1&1 sont équipés d’antennes Gigabit et reliés par fibre optique aux centres de calcul dits « Edge » ; la technologie OpenRAN est utilisée. Les distances entre les antennes et les centres de calcul sont faibles et le temps de transmission des données est court, ce qui garantit « une capacité en temps réel sur l’ensemble du réseau », selon 1&1. Contrairement à la concurrence, l’entreprise renonce aux antennes du fabricant chinois Huawei.

Le quatrième du groupe

Jusqu’à présent, il existe en Allemagne trois réseaux de téléphonie mobile : celui de Deutsche Telekom, celui de Vodafone et celui de Telefónica avec sa marque O2. A l’avenir, 1&1 restera étroitement lié à Telefónica : Là où le nouvel opérateur n’a pas d’antennes, ses clients seront reliés au réseau O2 – les entreprises ont conclu un contrat d’itinérance à cet effet.

Lire aussi:  Moscou : 63 soldats tués dans des frappes de missiles ukrainiens

Et comment l’Agence fédérale des réseaux gère-t-elle le fait que le nouveau venu a enfreint l’obligation de mettre en service 1000 stations 5G avant le début de l’année ? Un porte-parole de l’autorité de régulation a déclaré que les entreprises avaient encore jusqu’à vendredi pour donner leur avis sur l’état de leur déploiement. « Dans la mesure où l’Agence fédérale des réseaux constate, après l’expiration du délai, que les conditions n’ont pas été remplies ou ne l’ont pas été entièrement, elle examine, en tenant compte des motifs de retard présentés, si des mesures de suivi juridique telles que des amendes et/ou des astreintes doivent être imposées ». Il a ajouté que le lancement du réseau de 1&1 montre « que les conditions de base pour un déploiement sont désormais réunies ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *