lun. Jan 30th, 2023

Depuis 850 ans, les Rois mages reposent dans un sarcophage doré dans la cathédrale de Cologne. Mais le sont-ils vraiment ? Une recherche de traces à l’occasion du jubilé.

On peut le voir presque tous les jours devant la grande châsse en or dans le chœur de la cathédrale de Cologne : Les enfants lèvent les yeux au ciel avec un air dubitatif et demandent : « Est-ce que ce sont vraiment les Rois mages ? » Il y a exactement 850 ans, le 23 juillet 1164, l’archevêque Rainald von Dassel a apporté les ossements à Cologne. À l’époque, personne ne mettait en doute leur authenticité. Mais aujourd’hui, nombreux sont ceux qui veulent en avoir le cœur net.

Première surprise : la Bible ne dit presque rien sur les rois. Trois des quatre évangélistes les ignorent. Seul Matthieu les mentionne. Mais ce dernier n’écrit pas au sujet des rois, il parle de « magoi ». Dans sa traduction de la Bible, Martin Luther en a fait les « mages d’Orient ». Ce n’est pas une traduction correcte – « magoi » signifie magiciens. Ce ne sont donc pas trois rois qui reposent à Cologne, non, si c’est le cas, ce sont des magiciens. Mais comme la magie était quelque chose de maléfique à l’époque de Luther, il a choisi une désignation inoffensive.

Lorsque Matthieu a écrit son évangile, on entendait par « magoi » les membres de la caste sacerdotale perso-babylonienne qui s’occupaient d’astronomie et d’astrologie. Le terme « astrologues » serait donc tout à fait approprié. Ce n’est qu’à partir du 5e siècle que les mages ont commencé à être vénérés comme des rois, probablement parce que l’Ancien Testament contient une prophétie selon laquelle le Messie recevra des cadeaux de la part des rois.

Le fait demeure : Ce ne sont pas des rois. Sont-ils au moins saints ? Non, ils n’ont jamais été canonisés. Sont-ils trois ? Pure spéculation – Matthieu ne donne pas de chiffre. Il mentionne seulement que les « magoi » ont apporté à l’enfant Jésus de l’or, de l’encens et de la myrrhe, et le premier érudit chrétien Origène (185-254) a déduit de ces trois cadeaux qu’ils devaient alors être trois mages.

En revanche, Matthieu mentionne un autre détail : l’affaire de l’étoile. « Nous avons vu se lever une étoile et nous sommes venus lui rendre hommage », racontent les « magoi ». « L’étoile qu’ils avaient vue se lever passa devant eux jusqu’à l’endroit où se trouvait l’enfant. C’est là qu’elle s’arrêta ». En entendant ces mots, on croit percevoir que l’histoire pourrait reposer sur un noyau de vérité. C’est la raison pour laquelle l’étoile de Bethléem ne fascine pas seulement les théologiens, mais aussi les astronomes.

De nombreux scientifiques sont aujourd’hui convaincus que l’étoile a réellement existé. Alors qu’elle est toujours représentée sur les images comme une comète avec une longue queue, la plupart des chercheurs pensent que le phénomène céleste de l’époque était une conjonction – un rapprochement étroit des planètes Saturne et Jupiter. Il est prouvé qu’un tel rapprochement, qui ne se produit que tous les 800 ans, a eu lieu en l’an 7 avant Jésus-Christ. Ce qui rend la chose encore plus étonnante : Selon l’état actuel de la recherche, Jésus n’est pas né l’année qui, en tant que zéro, marque le début de notre ère, mais quelques années plus tôt.

Lire aussi:  Les églises du monde entier prient pour Benoît XVI malade

Les noms des rois mages n’ont aucune origine biblique. Ce n’est qu’au 6e siècle que les appellations Kaspar, Melchior et Balthasar apparaissent peu à peu. Le moine bénédictin anglais Beda Venerabilis rapporte vers 725 que Melchior était un vieillard à la barbe blanche, Balthazar un homme d’âge moyen à la barbe noire et Kaspar un jeune homme sans barbe. Le moine a également attribué les trois rois aux continents connus à l’époque, à savoir l’Europe, l’Asie et l’Afrique. Plus tard, Melchior fut généralement représenté comme un Maure d’Afrique – et en même temps le plus noble des trois. Les rois représentent ainsi tous les habitants du monde : jeunes et vieux, noirs et blancs. Une belle histoire, et si l’on veut : une légende de migrants.

En 1164, les ossements sont transférés à Cologne

Mais les véritables « magoi » se trouvent-ils dans la cathédrale de Cologne ? Pour le savoir, il faut suivre l’histoire des ossements. C’est Flavia Iulia Helena Augusta (250-330), la mère de l’empereur romain Constantin Ier, qui les aurait découverts. Selon la tradition, Helena aurait découvert les ossements lors d’un pèlerinage en Palestine. Les os sont arrivés à Milan via Constantinople. Milan a été conquise par l’empereur Barberousse en 1162. Immédiatement après, le chancelier de ce dernier, l’archevêque de Cologne Rainald von Dassel, entra en possession des ossements. On ne sait pas s’il les a reçus en cadeau de l’empereur ou s’il les a lui-même récupérés. Quoi qu’il en soit, il fit transporter le butin de guerre à Cologne en 1164 lors d’une marche triomphale.

Alors que les ossements n’avaient pas du tout fait parler d’eux auparavant, von Dassel fit régulièrement des escales au cours de son voyage et fit dire des messes, ce qui augmenta énormément la notoriété des précieuses reliques. C’est ainsi que peu après l’arrivée des ossements, Sancta Colonia, la Sainte Cologne, devint le lieu de pèlerinage le plus important avec Rome et Saint-Jacques-de-Compostelle.

Pour souligner encore plus l’importance des os, les habitants de Cologne commandèrent au plus célèbre des orfèvres, Nicolas de Verdun, la plus grande de toutes les pièces d’orfèvrerie. Il fallut 40 ans pour que la châsse soit terminée. Mais même la plus grande châsse de la chrétienté ne suffisait pas, selon les habitants de Cologne, à satisfaire leur trésor de reliques. Il fallait une deuxième enveloppe – une nouvelle cathédrale. L’ancienne était certes déjà grande, mais pas encore assez. La nouvelle cathédrale devait être la plus grande église sur terre. C’est ainsi qu’a commencé la construction de la cathédrale de Cologne. Sans les Rois mages, elle n’existerait pas aujourd’hui.

Lire aussi:  Les oies sauvages longtemps stressées par la nuit du Nouvel An

Entre-temps, les têtes des rois avaient été coupées et placées – sans les mâchoires inférieures – sur une planche dite « de tête ». De 1322 à 1794, elles sont restées intactes dans la chapelle axiale de la cathédrale à moitié achevée. Ensuite, tout a dû être mis à l’abri de l’avancée des troupes françaises.

Mettre en doute l’authenticité des reliques a longtemps été inimaginable. Ce n’est qu’au 19e siècle que l’intérêt scientifique s’est accru au point que le sanctuaire a été rouvert. C’était le 21 juillet 1864 et, à leur grand étonnement, les chercheurs ont découvert les squelettes presque complets d’un garçon de 12 ans et de deux hommes d’environ 30 et 50 ans. Les trois âges de la vie, symbolisés par d’innombrables représentations des Rois mages, correspondaient donc à l’âge des trois morts.

Et ce n’était pas la seule surprise. Plus d’un siècle plus tard, en 1979, les tissus utilisés pour envelopper les os ont également été examinés. Résultat : il s’agissait de damas syrien, de pourpre et de soie datant du 2e ou 3e siècle après Jésus-Christ. Les vêtements étaient donc plus anciens que prévu – ils dataient effectivement de l’Antiquité, mais pas de l’époque de Jésus. Les os eux-mêmes n’ont jamais été analysés. L’expert et auteur Manfred Becker-Huberti a suggéré une telle étude dans les années 90. « Techniquement, ce serait possible », dit-il. Mais le chapitre de la cathédrale aurait refusé.

Le président du chapitre de la cathédrale, le prévôt Norbert Feldhoff, le conteste : « Ce n’est pas du tout un sujet, et c’est pourquoi aucune décision n’a jamais été prise à ce sujet », dit-il. C’est une « question de piété ».

Il est donc impossible de dire qui repose réellement dans le coffre d’or de Cologne. Et c’est peut-être mieux ainsi. Pour Goethe, c’est justement le mélange inextricable de faits et de légendes qui est fascinant. Il écrivait à un ami de Cologne : « L’histoire, la tradition, le possible, l’improbable, le fabuleux fondus avec le naturel, le probable, le réel jusqu’à la dernière et la plus individuelle des descriptions, désarment comme un conte de fées toute critique ».

Il se peut que la châsse en or de la cathédrale de Cologne ne conserve pas les Rois mages. Mais il préserve en tout cas leur belle histoire. dpa

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *