lun. Jan 30th, 2023

La décision du Tribunal Economique Administratif Central (TEAC) qui déclare l’opération de la course officielle de la Semaine Sainte de Séville exonérée de la TVA n’est pas applicable à d’autres cas qui pourraient être considérés comme analogues. Le jugement, publié vendredi dernier par ce journal, indique que Séville respecte une exceptionnalité qui n’existe pas dans d’autres villes.

Le TEAC comprend que lorsque la contemplation des défilés processionnels de la course officielle pendant la Semaine Sainte « n’est pas libre et gratuite », c’est-à-dire « est réservée exclusivement à ceux qui la paient », la vente d’abonnements pour des sièges et des loges pour assister à ces défilés constitue un « service soumis et exonéré de la taxe sur la valeur ajoutée ». C’est précisément ce qui se passe lors de la procession officielle de la semaine sainte dans la ville de Séville. On comprendra que la contemplation des cortèges n’est pas réservée exclusivement à ceux qui paient, lorsque le public qui ne paie pas, même sans avoir accès aux places assises ou aux loges, peut contempler les cortèges normalement, dans tout ou partie du cortège officiel, car aucun obstacle pertinent ne l’en empêche.



Le Conseil des confréries installe une série d’écrans autour du périmètre de la procession officielle, de sorte qu’il est pratiquement impossible pour quiconque ne possède pas d’abonnement officiel de voir les processions.

Au contraire, si les défilés pouvaient normalement être suivis par toute personne, pendant tout ou partie de la course officielle, sans avoir à en payer le prix, c’est-à-dire si leur accès était libre et gratuit, « la vente d’abonnements pour les sièges et les loges constituerait dans ce cas une prestation de services soumise à la TVA et non exonérée de celle-ci, soumise à l’impôt au taux général de 21% ». La Cour a exclu le taux réduit de 10 %, car le prix payé ne serait pas celui du billet pour assister aux cortèges (le « spectacle vivant » visé à l’article 91.1.2.6 de la loi sur la TVA), mais seulement celui de l’utilisation des chaises et des loges, puisqu’il s’agirait dans ce cas d’un cortège d’accès libre et gratuit où certaines personnes décident de payer un certain montant pour louer une chaise et y assister assises, tandis que le reste du public y assiste debout.

Lire aussi:  Les nouveaux temps du sac et la valeur de l'obéissance

Sauf à Séville, le paiement de la taxe devra être supporté par les abonnés dans pratiquement toutes les villes où se déroule la procession officielle, ; comme Malaga  .

Le président du Conseil, Francisco Vélez, s’est dit satisfait de la dernière décision du TEAC, qui profite aux abonnés, bien qu’elle soit préjudiciable au Conseil lui-même, qui, ne pouvant facturer la TVA, ne peut pas déduire la TVA qu’il supporte pour l’assemblée.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *