lun. Jan 30th, 2023

Le bras de fer qui a eu lieu pendant la session budgétaire pour savoir s’il fallait ou non ratifier la « réforme » du MES n’est pas de bon augure. Le fait que l’Italie soit tentée de rester différente et dernière en Europe alors que tout le paysage de l’Union en termes de stabilité et de développement est en train de changer risque de nous mettre en marge du processus décisionnel post-Covid : la réforme du pacte de stabilité, la gestion et l’avenir du PNR et la politique de la BCE marquée par des taux élevés et le retour en arrière par rapport à la politique de l’Union européenne. assouplissement quantitatif.

Si, au lieu de regarder la controverse quotidienne, on se penchait sur l’histoire des vingt dernières années de l’Europe et de ses instruments de gouvernance économique, on se rendrait compte que la réponse à nos doutes est déjà écrite. Avec la crise financière des subprimes de 2007-2008 et l’explosion subséquente de la crise de la dette souveraine dont l’épicentre était la Grèce en 2010-2012, l’urgence d’un prêteur en dernier ressort, c’est-à-dire d’oxygène lorsque le marché monétaire est paralysé par la tempête, a été représentée. Mario Draghi a lancé son grand mot, tout ce qu’il faut, c’est-à-dire l’annonce de la disponibilité – si nécessaire – de ressources illimitées pour défendre l’euro.

Deux instruments sont nés : la BCE a mis en place l’OMT, outright monetary transaction, c’est-à-dire un système d’achat illimité d’obligations d’État pour couper les jambes à la spéculation, et les gouvernements pressés, en 2012, ont mis en place l’EMF, c’est-à-dire l’… Mécanisme européen de stabilité, une sorte de grande institution financière européenne capable de prêter de l’argent aux pays en crise de liquidité, d’ouvrir la porte à l’intervention de la BCE sur le marché avec les OMT en obtenant de l’État membre concerné la signature d’un « Mémorandum » avec des ajustements, souvent sévères, des comptes publics et l’envoi des superviseurs de la « Troïka ». L’idée principale de l’époque était que la crise était due à l’incurie des gouvernements en matière de dépenses publiques et que, pour en sortir, il fallait adopter une « austérité expansionniste » : la Grèce était renflouée, sa dette restructurée et sa protection sociale remise en cause. Afin d’éviter que de tels événements ne se reproduisent à l’avenir, le Pacte de stabilité (PSC) a été renforcé, avec la création de la Commission européenne. Pacte fiscal, qui ont imposé des trajectoires de retour rapide vers un équilibre structurel, net de l’économie, des comptes publics. Et les États de l’UE, dont l’Italie, ont intégré ce principe dans leur constitution.

Les années suivantes se sont écoulées avec des marchés inondés de liquidités et de taux hyper bas, avec de nouvelles spéculations et crises dans une période marquée, chez nous, par le recours au « fonds de licenciement ». Vers la fin de la dernière décennie, on a commencé à penser à étendre la MH au soutien des crises bancaires, en lui confiant la tâche de financer un « filet de sécurité commun » pour soutenir les urgences de crédit. La réforme a également été poussée par l’Italie, avec pour conséquence que les pays du Nord ont exigé un resserrement et une réforme du statut du MES dans le sens d’une plus grande rigueur, ou d’une réduction des risques. Cela a abouti en 2018, à la fin de la décennie et avant la Covid, à un projet de réforme qui comportait au moins deux  » bombes  » potentielles contre l’Italie : la prédiction d’un défaut piloté en cas d’intervention du MES et un contrôle non-stop de la soutenabilité des dettes publiques qui aurait mis les marchés en ébullition permanente sur l’Italie. C’était l’été 2018, et le gouvernement jaune-vert Conte-De Maio-Salvini venait de prendre ses fonctions. Le ministre de l’économie de l’époque, Giovanni Tria, revient avec « Avvenire » sur « la bataille menée pour nettoyer le texte de ces deux éléments critiques et rendre le Mes2 « potable » ».

«  Nous sommes arrivés à 7 heures du matin, après une nuit de négociations très serrées, au cours desquelles l’os le plus dur était le néerlandais. J’ai téléphoné à Rome : nous l’avons fait », dit-il. Peu de temps après, Covid est arrivé et le scénario mondial, secoué par la pandémie, a complètement changé : les blocages, la profonde récession et la crise ont nécessité un renversement de cap dans les politiques économiques, déjà repéré par le FMI dans la première moitié de la décennie. Le pacte de stabilité et le Pacte fiscal de l’époque grecque ont été suspendus, et le sont toujours, et un mécanisme de réforme a été mis en marche. L’Europe a fait un saut, que certains n’ont pas hésité à qualifier de keynésien, et a lancé la Next Generation Eu, un gigantesque plan d’investissement public sous la bannière de la transition technologique et écologique, et a décidé pour la première fois d’émettre une dette commune pour financer 750 milliards d’interventions, flanquée des 100 milliards du plan Sûr contre le chômage. La BCE a assuré une liquidité supplémentaire avec Pepp, la assouplissement quantitatif visant la pandémie.

Pour le SEM, le chemin vers la ligne d’ombre a commencé. En dehors des traités, parce qu’il s’agissait d’un accord intergouvernemental, avec la réputation d’être le bras armé des défaillances, la  » version 2  » renégociée du renflouement des États a néanmoins été ratifiée par les différents parlements, sauf, nous l’avons dit, le nôtre. Plus personne ne demandait son intervention, et de nombreux universitaires en Europe proposaient des solutions où l’on envisageait pour le MES la transformation en une Agence européenne de la dette publique.


Un œil sur les marchés et un autre sur le développement seront la clé pour sortir indemne de l’année 2023, où la négociation des nouvelles modalités institutionnelles de surveillance des économies s’avérera très difficile et délicate en raison de la hausse continue des taux…


Une autre « déception » pour les partisans du Mes est venue en juillet dernier de la BCE, qui a décidé de fabriquer un instrument en interne. Pour éviter la fragmentation, c’est-à-dire la croissance des spreads dans certains pays, elle a créé le Tpi, le Instrument de protection de la transmission, qui prévoit une intervention massive avec achat de titres de pays en difficulté : l’intervention est illimitée, comme celle prévue par les OMTs activés avec le feu vert du MES, qui dans ce cas n’est pas nécessaire. Comme l’explique Massimo Bordignon dans « Lavoce. info », ce mécanisme permet à la BCE d’agir rapidement « sans avoir à attendre que le pays lui-même fasse appel au MES ». Et en demandant des conditionnalités moins fortes et plus actuelles : pas de Mémorandum, des comptes publics en ordre et le respect des engagements pris avec le PNR. C’est certainement un instrument plus moderne pour l’époque.

Lire aussi:  Analyse. Stellantis 2022, beaucoup de lumières et quelques ombres

Il est très probable que le Mes ira parmi les reliques de l’archéologie institutionnelle et financière, également parce que l’Europe post-covide, et de guerre, est très différente de celle d’il y a trois décennies. Il est néanmoins bon de ratifier, parce que le jeu qui se jouera dans les prochains mois sera celui de la réforme du pacte de stabilité, et surtout c’est précisément la Pacte fiscal : il est déjà prévu que des termes tels que déficit structurel, PIB potentiel et écart de production (la différence entre le PIB réel et le PIB potentiel), qui sont très difficiles à calculer par les techniciens eux-mêmes, seront retirés, et à leur place, il y aura un calcul plus simple de la croissance des dépenses courantes nettes d’intérêts. Pour certains, l’aspect critique du plan serait les négociations entre les États sur les plans de relance, qui pourraient affecter la politique économique plus que les règles. erga omnes et les paramètres communs. Il faut donc se rendre aux tables européennes en jouant cartes sur table et en étant bien motivé.

Tout comme il faudra bien jouer le jeu du PNR, qui renverse la philosophie historique de l’austérité : il donne de l’argent en échange de réformes, il n’impose pas de sanctions à ceux qui dépensent trop. Bien sûr, tenir les comptes en ordre est une condition que le poker des quatre instruments auxquels nous avons affaire – MES, Tpi, Pnrr, PdS – place toujours en première position, mais avec une force progressivement décroissante.

Un œil sur les marchés et un œil sur le développement seraient la clé pour sortir indemne de l’année 2023, où les négociations sur les nouvelles dispositions institutionnelles de supervision des économies se dérouleront sur le terrain glissant de la hausse des taux d’intérêt et de l’annulation de l’assouplissement monétaire défini. le resserrement quantitatif. L’année prochaine, le Trésor devra être en mesure de placer 465 milliards de titres sur le marché, il ne pourra pas compter sur l’achat intégral par la BCE, et il devra subir les taux plus élevés imposés par le marché. Alors, faites attention. Aussi parce que, comme le note un rapport très récent d’une grande banque italienne, 25 milliards, dont 20 milliards de prêts Pnrr et 5 milliards de ReactEu, seront utilisés en 2023 pour couvrir une partie du déficit.

Il est probable que la « paternité » de ce déficit financé par les ressources Pnrr soit les dépenses en capital, c’est-à-dire les investissements, mais le soupçon qu’il puisse glisser vers les dépenses courantes ne peut être complètement écarté. D’autant plus que l' »avis » de la Commission sur notre budget du 14 décembre signale déjà que l’année prochaine, il y aura davantage de ressources non dépensées en raison de retards tous italiens : pour un total de 1,2 point de PIB de recettes de prêts du PNR, il n’y a que 0,9 % de dépenses prévues, soit environ 6 milliards supplémentaires. Dépêchons-nous car les objectifs du plan sont au nombre de 528 et la route reste ascendante.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *