dim. Fév 5th, 2023

Une vague de grippe aviaire sans précédent s’est propagée à l’échelle mondiale. Même les pingouins antarctiques ne sont plus à l’abri du virus. Chez nous, la vague a été moins forte dernièrement. Pourquoi ?

Après la vague estivale inhabituellement forte de la grippe aviaire chez les oiseaux sauvages, l’expert Timm Harder voit dans la vague d’automne et d’hiver, jusqu’ici faible, des signes d’une certaine immunité parmi les animaux. Dans toute l’Allemagne, de début octobre à peu avant Noël moins de 90 cas ont été enregistrés, a déclaré à l’agence de presse allemande le directeur du laboratoire national de référence pour l’influenza aviaire à l’Institut Friedrich Loeffler (FLI) près de Greifswald. « C’est très peu par rapport à l’année dernière ». Il y en avait alors plusieurs centaines.

« On se demande donc quelle peut en être la cause. Malheureusement, nous n’avons pas non plus de réponse définitive à cette question ». On espère toutefois que les oiseaux migrateurs ont apporté une certaine immunité. La variante actuelle du virus domine depuis un certain temps déjà, à savoir depuis le printemps 2021. « C’est l’un des principaux points sur lesquels nous fondons nos espoirs ». De plus, des anticorps ont déjà été détectés chez des animaux vivants.

Une large diffusion du virus entre octobre 2021 et mars 2022 pourrait avoir favorisé l’immunité. Selon Harder, les infections chez les oiseaux sauvages en Europe sont restées en dessous du niveau des années précédentes.

La plus grande épidémie de grippe aviaire observée en Europe

L’Autorité européenne de sécurité des aliments a annoncé mardi dernier que l’épidémie de grippe aviaire qui se poursuit est néanmoins considérée comme la plus importante observée à ce jour en Europe. En raison de l’intensité inhabituelle des infections au cours de l’été dernier, les épidémies, qui se concentrent normalement sur la saison froide, ne peuvent pas être clairement séparées les unes des autres.

Lire aussi:  Un employé du BND arrêté pour soupçon d'espionnage russe

Pour la première fois, une telle vague a également atteint l’Amérique du Sud en automne, a déclaré Harder. Il y a par exemple des cas chez les pélicans et dans les élevages de volailles. Le Pérou, le Venezuela, mais aussi l’Équateur et la Colombie sont concernés. « C’est certainement le Brésil qui a le plus grand intérêt à lutter contre le virus ». Aucun cas n’a encore été signalé dans ce pays. Mais il s’agit du plus grand exportateur de viande de poulet au monde. « Il y a certainement une alerte rouge ». Seuls les continents australien et antarctique ne sont pas concernés. En ce qui concerne l’Antarctique, il s’est dit inquiet que le virus puisse se propager depuis l’Amérique du Sud. Dans ce cas, même les populations de pingouins locales seraient menacées.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *