sam. Fév 4th, 2023

La réforme profonde de la prochaine Semaine Sainte est l’un des thèmes les plus récurrents dans la ville ces derniers jours. Le président du Conseil, Francisco Vélez, avait promis de le finaliser avant Noël et c’est ce qui s’est passé. Avec le sentiment d’avoir fait du bon travail, le plus haut représentant des confréries réfléchit au déroulement du processus. Il reconnaît que certains jours, comme le mercredi saint, ne sont pas entièrement à son goût, et il est ouvert à l’analyse de nouvelles configurations. Sur l’autre grande question, la perte des chaises à Sierpes, il dit qu’il n’en est pas heureux, bien qu’il prévienne qu’il était impératif de la réaliser.

-Il ne peut pas être accusé d’être un lâche avec la réforme de la semaine sainte. Il a pris le taureau par les cornes.



-C’était quelque chose que nous devions faire et nous y pensions depuis de nombreuses années. Chaque année qui passait, les circonstances nous rattrapaient et nous étions ; Il fallait faire quelque chose pour réorganiser la semaine sainte.  . Nous l’avons entrepris de manière sérieuse et judicieuse. Nous avons commencé à travailler immédiatement après avoir pris nos fonctions. Nous avons commencé en septembre. Nous nous sommes fixé un calendrier pour qu’il n’y ait pas de retard. Et il a été communiqué le 19. Nous nous sommes conformés scrupuleusement. Ce n’était pas une bonne chose d’arriver au Carême avec ce débat ouvert. À cette occasion, de nombreux thèmes récurrents sont abordés et nous avons pensé que le Carême ne devait pas faire l’objet de ce débat. Tout devait être complètement organisé. Nous l’avons fait. Ce n’était pas facile. Nous ne le pensions pas non plus. Mais nous avons réussi à le faire grâce aux efforts et à la collaboration des confréries.

-Le conseil municipal avait été prévenu à ce sujet. La semaine sainte avait besoin d’une catharsis. Quelle influence a-t-elle eue sur la réorganisation ?

-Cette réforme n’était pas seulement l’affaire du Conseil municipal. Tout Sévillan, membre de la confrérie ou personne ayant une responsabilité dans le monde des confréries le voyait. Elle était réclamée. Nous avons une relation extraordinaire avec le conseil municipal. Ils n’ont pas donné d’indications précises. Nous savons que nous sommes des partis complémentaires et quelles sont nos compétences. Nous devons nous conformer aux normes minimales de sécurité, toujours à la connaissance de la mairie, qui est satisfaite de la manière dont nous avons entrepris la réforme. Toutefois, si le conseil municipal estime qu’un élément ne répond pas aux exigences, nous en discuterons et le résoudrons. Nous travaillons main dans la main et collaborons, c’est ainsi que les choses se passent bien.

« La réforme que nous avons entreprise est une étape importante. Mais tout aspect qui doit être modifié, nous le ferons ».

Dans quelle mesure êtes-vous satisfait du résultat final ?

-Très satisfait. Cela a été une étape importante. Cela ne s’est jamais produit auparavant dans le domaine des confréries. Je suis aussi dans une certaine attente. Je suis convaincu que tout se passera bien. Tous les ingrédients sur la table nous portent à croire que le résultat sera agréable et satisfaisant. Cependant, tout aspect qui doit être modifié le sera. J’ai toujours dit que nous allions le faire sur une base expérimentale. Je pense qu’il y a peu de place pour la variation. Il y a des jours où rien n’a besoin d’être touché, du moins sur le papier. Sinon, nous verrions, comme cela s’est produit avec le mardi saint, qu’un projet a été mis en place de manière exemplaire, qui n’a pas donné entière satisfaction, et qu’un autre a été mis en place, qui améliore le précédent. Il y en a même un prévu pour l’année prochaine au cas où il ne répondrait pas aux objectifs.

Lire aussi:  Indispensables arrêts sur image du Santo Entierro Grande

Quels avantages ou améliorations la Semaine de Pâques 2023 aura-t-elle par rapport à la Semaine de Pâques 2022 ?

-Les jours se sont améliorés. La concaténation de confréries qui existait certains jours a largement disparu. Il y a des jours où l’alternance est absolue, comme le jeudi saint. Il s’est beaucoup amélioré. Nous verrons bien. À cela s’ajoute la plus grande sécurité dont bénéficiera la rue Sierpes, avec plus d’espace pour que les pasos et les processions puissent passer de manière plus sûre et plus rationnelle. Je suis convaincu que la prochaine Semana Santa verra des améliorations significatives.

-La Madrugada est-elle maintenant résolue ?

-On peut faire plus, bien sûr. ; Ce changement est bon   car il y a trois confréries, Calvario, Silencio et Esperanza de Triana, qui sont plus confortables. Et le Gran Poder, que nous devons remercier pour son sacrifice, me semble n’avoir que 68 mètres de plus.

« Dans la Madrugada, il est possible de faire plus de choses. Mais le changement est bon car il allège la situation des trois confréries ».

-Los Gitanos a demandé une nouvelle fois une avance et sa place historique.

-C’est quelque chose de traditionnel dans le cabildo de toma de horas. Je comprends que la Madrugada a besoin de plus de temps. Le lieu historique ? Aujourd’hui, ce n’est pas un axiome à suivre. Cette année, il y a eu un changement de place sur les feuilles de paie de différents jours. L’ancienneté n’est pas intouchable. L’avance demandée par les Gitans a une plus grande portée car elle concerne plus d’un jour. Il faudra l’aborder au moment opportun et de manière monographique pour le jeudi et la Madrugada.

-La Madrugada a aussi un problème avec le temps qui passe dans les confréries.

-Chaque confrérie continuera à faire son propre effort. Nous devons les remercier pour ce qu’ils font. La façon dont les nazaréens de la Madrugada passent leur temps est louable. Mais pour l’instant, il n’y a plus de temps. Nous devrons chercher des possibilités pour que le Madrugada ait plus de temps pour passer, car la croissance a été grande. En amont, elle est conditionnée par le jeudi saint et à la fin par les services dans la cathédrale. Nous devons trouver un moyen d’alléger ce corset.

-Le mercredi saint a trouvé un accord avec l’opposition frontale de certaines confréries. Le Cristo de Burgos, par exemple, a demandé au conseil municipal de ne pas le valider. Qu’a-t-il à dire ?

-Il s’agit d’erreurs commises à cause du mécontentement initial. Je pense que lorsqu’il arrive à maturité, il ne devrait pas être donné. Pour moi ; Je n’aime pas les communiqués  . Le linge sale, comme on dit, doit être lavé à la maison. Le Conseil est là pour aider les confréries. Diffuser les problèmes, c’est susciter la controverse. Ces choses sont mauvaises pour les confréries elles-mêmes, pour la journée, pour la semaine sainte et pour nous tous qui formons l’Église de Séville. Nous ne devons pas laisser ces choses devenir incontrôlables, et c’est ce qui se passe lorsqu’elles entrent dans les réseaux sociaux.

« Nous devons trouver un moyen pour que le Madrugada ait plus de temps pour passer ».

-L’un des points les plus frappants est que trois confréries de San Lorenzo, dont le point le plus éloigné de leur siège canonique est la cathédrale, sont renvoyées par le Postigo. El Buen Fin a vivement protesté.

Lire aussi:  Voici à quoi ressemblera le nouveau piédestal des frères Delgado pour l'Esperanza de la Trinidad.

-La question du Buen Fin me fait mal. Je ne pense pas que ce soit la voie qui leur convienne. Mais nous avons toujours dit, depuis que les critères ont été établis en septembre, que nous ne voulions pas que ce soit une imposition de cette maison. C’est pourquoi nous avons voulu que ce soit les frères et sœurs aînés qui règlent les problèmes de leur époque à la majorité qualifiée. Cela a été fait. De nombreux jours, le résultat a été très acceptable. ; Mais le mercredi saint ne semble pas avoir été le plus réussi.  . Pour l’année prochaine, nous devons y réfléchir au sein du Conseil. Il y a des choses que nous devons corriger, sauf si la pratique nous dit le contraire.

Est-ce qu’il vous a manqué plus de collaboration ou plus d’esprit fraternel dans certaines journées ?

-Tout s’est raisonnablement bien passé. On regrette et on souhaite toujours plus de collaboration. Mais je ne sais pas si c’est parce qu’il y en avait moins ou parce qu’on en attendait plus.

-Que dirait le président du Conseil aux confréries qui se seraient senties les plus défavorisées ?

-Nous allons voir comment les réformes fonctionnent cette année et ensuite nous verrons. Ce n’est pas quelque chose d’inamovible. Nous allons essayer d’atténuer les dégâts.

 » La réforme du mercredi saint ne semble pas être la meilleure. L’année prochaine, nous y réfléchirons ».

-L’histoire de la Semaine Sainte a été marquée par des changements d’ordre ou de jours et sans aucune sorte de schisme ou de traumatisme. Pourquoi pensez-vous que l’immobilisme actuel soit dû à cela ?

-Je pense que les grands frères et sœurs, ainsi que les membres du Conseil, sont soumis à beaucoup de pression et de conditionnement.

-Enfin, le Santo Entierro Grande sera réservé aux abonnés. Auriez-vous aimé qu’il ait un espace public gratuit ?

-Oui, j’aurais aimé. ; Cela a été essayé, mais cela n’a pas été possible.  . C’est dommage car elle aurait évangélisé de nombreuses personnes qui ne pourront la voir qu’à la télévision. Les circonstances ont été ce qu’elles ont été. C’est à partir de là que nous avons retiré la proposition lorsque nous avons constaté qu’il y avait des divergences.

-Le Conseil va-t-il promouvoir une magna procession de gloires ?

-Lorsque nous en aurons terminé avec les défis du Santo Entierro Grande et du Congrès de la Religiosité Populaire, il nous restera encore deux ans. Je crois qu’il y a quelque chose à faire avec les confréries de la gloire. Le Conseil souhaite ardemment que quelque chose soit fait au cours de ces années.

Le Conseil a enfin décidé de prendre des mesures concernant la dangereuse Calle Sierpes. Qu’avez-vous à dire aux abonnés concernés ?

-Les lettres ont été envoyées la semaine dernière. Il y a déjà un grand nombre d’abonnés qui les ont reçus. C’est quelque chose que je n’aime pas. Je suis plutôt malheureux à ce sujet. Mais c’était inévitable. ; La rue souffrait d’un manque absolu de sécurité.  . Le conseil municipal lui-même est dans le coup avec nous. Il fallait le faire. C’est triste, nous allons essayer de reloger tout le monde. Une autre chose est que nous ne pouvons pas leur offrir la rue Sierpes ou les chaises qu’ils avaient. Elle le sera dans d’autres domaines, ce qui entraînera des désagréments pour beaucoup. Mais nous sommes les premiers à le ressentir et à le regretter. Mais nous n’avions pas le choix. Parce que si quelque chose arrivait, nous regretterions ce qui n’a pas été fait.

« La réforme de la rue Sierpes me rend très malheureux, mais elle était inévitable. Il fallait le faire ».

De combien les chaises vont-elles augmenter ?

-Nous sommes en négociation avec les fournisseurs et ils vont augmenter la moyenne de ce que nous coûte l’assemblage pour ne pas perdre de pouvoir d’achat. Je tiens à vous rappeler que nous n’avons pas augmenté les chaises depuis six ans. Avec le coût de la vie qui monte en flèche, nous allons augmenter tout ce que nous avons pour surpayer. Tous les coûts ont augmenté. Il sera d’environ 8%.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *