dim. Fév 5th, 2023

Le Conseil des Confréries gagne une deuxième bataille. Le tribunal administratif économique central, dans une résolution du 15 décembre, a rejeté l’appel du ministère des finances et s’est prononcé une nouvelle fois en faveur du Conseil des confréries. Les abonnés sont donc exemptés du paiement de la TVA de 21 % imposée par le gouvernement depuis la semaine sainte frustrée de 2020.

Il s’agit de la deuxième victoire des confréries sévillanes, après que le TEARA, le tribunal régional économico-administratif d’Andalousie, ait donné raison au Conseil des confréries le 17 février dernier pour le seul motif de la  » taxe sur le paiement de la TVA « .caractère social » de l’entité. Cet organe l’a reconnu lors du premier litige en 2002.



L’arrêt, qui n’a pas encore été notifié au Conseil, peut faire l’objet d’un recours extraordinaire de la part du gouvernement, bien qu’après deux arrêts défavorables, cela semble peu probable. Dans cette résolution d’unification des critères, le TEAC déclare ce qui suit :

 » Lorsque le visionnage des défilés processionnels le long de ce qu’on appelle la Carrera Oficial pendant la semaine sainte n’est pas libre et gratuit, c’est-à-dire qu’il est réservé exclusivement à ceux qui le paient, la vente d’abonnements pour des fauteuils et des loges pour regarder les processions constitue un service soumis à la taxe sur la valeur ajoutée et exonéré de celle-ci « . Il est entendu que la contemplation des défilés processionnels n’est pas réservée exclusivement à ceux qui paient, alors que le public qui ne paie pas, même sans avoir accès aux places assises ou aux loges, peut contempler les défilés processionnels normalement, dans tout ou partie de la Carrera Oficial, car il n’existe aucun obstacle pertinent qui l’en empêche ».

Et il ajoute :

« Au contraire, si ces défilés pouvaient normalement être regardés par toute personne, le long de tout ou partie de la Carrera Oficial, sans qu’il soit nécessaire de payer, c’est-à-dire si leur accès était gratuit, la vente d’abonnements pour les sièges et les loges constituerait un service soumis à la TVA et non exonéré de celle-ci, taxé au taux général de 21% ».

La décision du TEAC intervient alors que le Conseil des Confréries est en plein processus de renouvellement des sièges et des loges pour la Semaine Sainte 2023. Il est probable que les abonnements de l’année prochaine continueront à maintenir le taux de TVA de 21%, car le Conseil ne peut crier victoire avant la résolution finale.

Lire aussi:  Madonna se déguise en Dolorosa pour Vanity Fair

La TVA payée pour la course officielle a été payée religieusement par l’entité à l’Agence fiscale, donc une fois que le jugement sera définitif ou qu’ils décideront de ne pas faire appel, ces montants devront être remboursés au Conseil, avec les intérêts correspondants, pour qu’il puisse ensuite procéder à la restitution aux souscripteurs des chaises.

Une bataille qui a commencé en 2000

En mai dernier, le ministère des finances a fait appel de la décision du tribunal régional économico-administratif d’Andalousie (TEARA) dans laquelle il déclarait à nouveau que les chaises et les caisses de la course officielle étaient exemptées du paiement de la TVA de 21%. Le 23 mai 2022, le Conseil des confréries a reçu une notification du TEARA, transférant le contenu du recours extraordinaire pour l’unification des critères déposé devant le Tribunal central économico-administratif par le directeur du département de gestion fiscale de l’AEAT contre la résolution du 27 janvier 2022 de ce tribunal andalou. Le Conseil a ensuite présenté ses arguments.

Le 27 janvier, le Conseil des Confréries a reçu la résolution du TEARA lui donnant droit sur la taxation des chaises et louant, en outre, la manière de procéder en la matière, information qui a avancé ce journal. Les confréries ont une fois de plus gagné la bataille contre le ministère des Finances qui, en 2019, a exigé le paiement d’une TVA de 21% pour l’exploitation des chaises et des boîtes après une consultation réalisée depuis Murcie et censée être contraignante pour tous les conseils et groupes de confréries en Espagne. Depuis Pâques 2020, où il n’y a pas eu de cortèges en raison de la pandémie, le conseil a dû faire payer cette taxe aux abonnés. Le ministère avait jusqu’au 27 avril pour introduire son recours, ce qu’il a fait.

Le Conseil, bien qu’il se soit empressé de facturer la TVA parce qu’il pensait qu’il valait mieux rendre l’argent plus tard, a toujours été convaincu que la question avait déjà été jugée, un argument qu’il a de nouveau avancé. Depuis 2002, le tribunal régional économico-administratif d’Andalousie (TEARA) a rendu une décision qui a clairement établi l’exemption du paiement de cet impôt pour la seule raison du « caractère social » de l’entité, et non pour d’autres considérations. En outre, il n’existe aucune trace d’une quelconque modification ultérieure de la loi ou du règlement qui aurait une incidence sur la question examinée.

Lire aussi:  Présentation de l'affiche pour la proclamation de l'Université de Séville 2023

Bien que l’organisation de la course officielle ne soit pas une activité d’aide sociale, pour que le Conseil des Confréries puisse obtenir l’exemption à l’époque, cette activité a été incluse dans l’une de celles énumérées dans cet article. Par conséquent, l’activité d’exploitation des sièges et des loges de la course officielle devait être classée parmi les activités suivantes : représentations théâtrales, musicales, chorégraphiques, audiovisuelles, cinématographiques, organisation d’expositions et de manifestations similaires. Ce n’est qu’à partir du moment où l’utilisation de chaises et de boîtes a été classée parmi ces activités qu’il a été possible d’obtenir l’exemption qui vient d’être obtenue à nouveau.

L’affaire a changé lorsque le Conseil a reçu une communication en décembre 2019.   dans laquelle, selon les critères de la Direction générale des impôts (consultation V-3622/16), communiqués par l’AEAT à l’institution,  » les services consistant en la cession de l’usage des tribunes installées sur la voie publique les jours où il y a des processions  » ont été considérés comme soumis et non exonérés de TVA, de sorte qu’elle a été  » obligée de répercuter la taxe susmentionnée dans les abonnements de chaises et de loges pour la prochaine Semaine Sainte de 2020 « .

Le Conseil des Confréries et les présidents de la course officielle ont toujours été dans le collimateur du Trésor public, depuis 2000 lorsqu’il a ouvert un dossier pour une dette de plus de 30 millions de pesetas correspondant à la TVA non taxée pour la course officielle.

Cette crise a été résolue avec la déclaration d’exemption de paiement de la TVA pour les chaises et les boîtes depuis 2000. Le Trésor a alors considéré le Conseil des Confréries comme une entité à caractère social et a appliqué l’article 20, section un, n° 14 de la loi sur la TVA.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *