lun. Jan 30th, 2023

Une substance active est censée protéger contre le HPV et les cancers qui y sont liés. Mais les jeunes filles se font trop rarement vacciner et les jeunes hommes ignorent souvent l’existence de cette offre.

Pourquoi les garçons devraient-ils se faire vacciner contre l’HPV ? N’est-ce pas une affaire de filles ? Les médecins se heurtent souvent à ce genre de questions lorsqu’ils informent les parents et les adolescents de la nouvelle offre de dépistage. Depuis l’été dernier, la vaccination contre le papillomavirus humain (HPV) est en effet également recommandée aux garçons et est désormais prise en charge par l’assurance maladie. « Le fait que seules les femmes soient menacées par les HPV est l’une des erreurs les plus importantes », explique le professeur Peter Schneede, médecin-chef du service d’urologie de la clinique de Memmingen. Les virus répandus peuvent provoquer non seulement le cancer du col de l’utérus (carcinome cervical), mais aussi d’autres maladies, dont le cancer de la bouche et du pharynx, de l’anus et du pénis, ainsi que des verrues génitales. Les experts en HPV comme Schneede espèrent que la vaccination s’imposera dans les années à venir et que les agents pathogènes seront globalement repoussés.

Selon le Dr Heike Kramer, présidente de la Société médicale pour la promotion de la santé, il existe toutefois un immense « déficit de connaissances » en matière d’HPV, tant chez les parents que chez les jeunes. C’est ce qu’ont montré des enquêtes sur le sujet. « Il y a trop de fausses informations », critique-t-elle. Un autre problème est que les profanes associent généralement le mot-clé au cancer du col de l’utérus. « Nous devons veiller à ne pas parler de la vaccination contre le cancer du col de l’utérus, mais de la vaccination contre le HPV », souligne Kramer. Sinon, les garçons et leurs parents ne se sentiraient pas concernés.

La vaccination contre les virus HPV pour les filles a été introduite en 2007

En 2007, la vaccination contre les virus HPV a été introduite pour les filles. Le bilan à l’occasion du dixième anniversaire a été décevant : Moins de 50 pour cent des jeunes filles de 17 ans en Allemagne sont vaccinées. « C’est justement ce pays, qui a tant contribué au développement de la vaccination, qui est très en retard par rapport aux autres pays », déclare Schneede. Dans les années 1980, le virologue Harald zur Hausen de Heidelberg avait découvert que le cancer du col de l’utérus était dû à une infection par certains virus HP et avait ainsi largement contribué au développement de la vaccination. Il a reçu le prix Nobel de médecine en 2008 pour sa contribution scientifique.

Les papillomavirus humains (HPV) sous le microscope.

Photo : Centre allemand de recherche sur le cancer, dpa

La lassitude des citoyens allemands vis-à-vis de la vaccination pourrait un jour se venger amèrement, prévient Schneede : « L’Allemagne pourrait alors se retrouver en tête de liste pour les types de cancer qui ont été évités dans d’autres pays ». Il considère notamment l’Australie comme un modèle, où près de 80 pour cent des jeunes sont vaccinés. C’est pourquoi il n’y a pratiquement plus de verrues génitales dans ce pays, et les stades précancéreux du cancer du col de l’utérus ont également nettement diminué. On peut donc en déduire qu’il y aura moins de cas de cancer du col de l’utérus dans ces pays, et probablement aussi d’autres carcinomes liés à l’HPV. Mais des chiffres solides ne seront disponibles que dans 20 ou 30 ans, car les tumeurs se développent lentement.

Lire aussi:  L'inflation atteindra 7,9% en 2022

Les associations d’urologues veulent lancer une campagne d’information sur l’HPV

Afin de convaincre les garçons et leurs parents de se faire vacciner, les associations d’urologues ont lancé une campagne. En général, elles et d’autres institutions, comme la Bundeszentrale für gesundheitliche Aufklärung (BZgA), veulent informer de manière plus approfondie sur l’HPV. « En tant que médecins, nous devons être actifs et nous adresser au public », déclare Schneede. Selon lui, l’un des problèmes est que les garçons vont rarement chez le médecin, ce qui laisse peu de possibilités pour des entretiens d’information. Ce sont les pédiatres qui ont le plus de chances d’informer les parents sur cette mesure dans le cadre des examens préventifs – mais les offres destinées aux adolescents ne sont pas bien acceptées.

Lire aussi à ce sujet

« Les parents ne veulent pas non plus trop s’imaginer que leurs enfants auront des relations sexuelles dans un avenir proche », explique Schneede. C’est pourquoi les urologues veulent désormais s’adresser davantage aux jeunes eux-mêmes. Lors des « consultations pour garçons », au cours desquelles les adolescents peuvent aborder avec un urologue toutes les questions relatives à la sexualité, la vaccination doit également être abordée.

L’un des défis auxquels sont confrontés les éducateurs en matière de vaccination réside dans le fait que le contexte des HPV est compliqué et difficile à faire comprendre. Il existe en effet environ 200 types différents de papillomavirus humains, dont une quarantaine sont présents dans la région génitale et sont sexuellement transmissibles. Lors de contacts intimes, ils pénètrent dans l’organisme par de minuscules lésions de la peau ou des muqueuses et peuvent déclencher des infections. Les agents pathogènes sont extrêmement répandus : « Environ 80 pour cent des personnes sont infectées au moins une fois au cours de leur vie », explique Schneede. La plupart du temps, l’infection passe inaperçue. Selon le type d’agent pathogène, des verrues génitales désagréables, bien qu’inoffensives, peuvent apparaître. Ou alors, à long terme, des stades précancéreux se développent.

Lire aussi:  La situation des hôpitaux pédiatriques doit être discutée lors d'un sommet spécialisé

Le vaccin réduit le risque de modifications cellulaires dues à l’HPV

Les types d’HPV à haut risque 16 et 18 sont principalement responsables des carcinomes, tandis que les types à bas risque 6 et 11 sont responsables des verrues génitales. Le vaccin « Gardasil 9 » protège contre neuf types de virus et réduit ainsi de 90 pour cent le risque d’avoir des modifications cellulaires dues à l’HPV. Heike Kramer explique : « On peut donc encore avoir un cancer malgré la vaccination, mais la probabilité est beaucoup plus faible ». En raison du risque résiduel, il est toutefois important que toutes les femmes vaccinées de plus de 20 ans se rendent une fois par an au dépistage du cancer.

La vaccination ne protège que si l’on n’a pas encore été infecté par le HPV. Sinon, elle est impuissante contre le type d’agent pathogène que l’on a contracté. Pour s’assurer que les adolescents sont vaccinés lors de leur premier rapport sexuel, le dépistage est recommandé dès les plus grands enfants. En outre, la réponse immunitaire est meilleure chez eux : entre neuf et 14 ans, seuls deux vaccins sont nécessaires, contre trois plus tard. La substance est bien tolérée : « Jusqu’à présent, environ 300 millions de doses de vaccin ont été administrées sans qu’il y ait eu d’effets secondaires graves », dit Schneede.

Réactions les plus fréquentes : Douleurs, rougeurs, gonflement au point d’injection

Le BZgA qualifie également la vaccination de sûre et rejette ainsi les rapports faisant état de conséquences graves. Les réactions les plus fréquentes sont des douleurs, des rougeurs ou un gonflement à l’endroit de l’injection. En outre, des maux de tête ou des douleurs musculaires, de la fièvre, des troubles gastro-intestinaux, des vertiges et de la fatigue peuvent survenir temporairement. Les effets secondaires graves sont toutefois rares.

Le professeur Peter Schneede, qui travaille depuis 30 ans sur la recherche sur l’HPV, s’était fortement engagé en faveur de la nouvelle recommandation de vaccination. L’Allemagne a ainsi une « deuxième chance » et pourrait contribuer à faire reculer l’agent pathogène dans son ensemble. Un jour, les infections à HPV pourraient être éradiquées par un programme de vaccination mondial, comme la variole autrefois, estime Schneede. Mais d’ici là, le chemin est encore long.

Lisez aussi à ce sujet Deux tiers des Allemands ne connaissent pas le vaccin contre le HPV

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *