dim. Fév 5th, 2023

En tant que futur président de la conférence des ministres de la Santé, le chef du département du Bade-Wurtemberg, Manne Lucha (Verts), a demandé au ministre fédéral Karl Lauterbach (SPD) de s’occuper en priorité de la prise en charge des enfants et des adolescents.

Il s’agit aussi bien de la situation dans les cliniques pour enfants et adolescents que de la situation des cabinets médicaux pour enfants et adolescents ainsi que des lacunes actuelles dans l’approvisionnement en médicaments, a écrit Lucha vendredi dans une lettre adressée à Lauterbach, dont l’agence de presse allemande a eu connaissance. Il a suggéré que Lauterbach rende compte des activités de l’Etat fédéral à ses collègues des Länder dès la réunion du 5 janvier.

Lucha considère que le gouvernement fédéral a notamment l’obligation de vérifier si la rémunération de la pédiatrie est suffisamment attractive. Il faudrait également prendre des mesures pour « remédier à l’écart entre les besoins en pédopsychiatrie et les capacités de traitement existantes », écrit le ministre régional. Dans sa fonction de chef de la conférence des ministres de la santé, qu’il occupera à partir de 2023, il souhaite s’engager pour une meilleure clé de répartition du personnel soignant. « De bonnes conditions de travail sont la base la plus importante pour que nous puissions garder le personnel et en recruter de nouveaux ».

Au-delà des cliniques, la Confédération doit veiller à ce que les jeunes médecins s’installent également dans leurs propres cabinets ou centres de soins pour prodiguer des soins ambulatoires aux enfants et aux adolescents. La charge de travail pourrait être sensiblement allégée si les attestations pour les enfants malades devaient être présentées à l’employeur et à la caisse d’assurance maladie non pas dès le premier jour, mais seulement à partir du quatrième, comme pour les certificats d’incapacité de travail, écrit encore Lucha. « Par ailleurs, il serait bon pour une numérisation innovante dans le secteur de la santé que de tels certificats, tout comme le certificat électronique d’incapacité de travail, soient transmis numériquement entre les cabinets médicaux, les employeurs et les caisses d’assurance maladie ».

Lire aussi:  La moitié des glaciers perdus même en cas de faible réchauffement

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *