dim. Fév 5th, 2023

Selon que l’attaque cérébrale survient à droite ou à gauche du cerveau, les conséquences sont différentes. Des paralysies sont possibles, mais le monde émotionnel est également touché. Le caractère peut changer.

Lorsqu’elle repense à son attaque cérébrale, Corinna Kern (nom modifié) se souvient aussi d’un phénomène étrange : le fait que ce jour-là, elle avait notamment l’impression que son regard se dirigeait toujours vers la droite, comme tiré par des fils invisibles. Ce n’est que bien plus tard qu’elle lit que ce que l’on appelle le « regard du cœur » n’est pas du tout atypique en cas d’attaque cérébrale.

« La commande oculaire est générée dans le cerveau », explique le professeur Markus Naumann, médecin-chef en neurologie à la clinique d’Augsbourg. « Si l’AVC touche ce champ dans le cerveau, le regard se dirige vers le côté endommagé ». Les médecins disent aussi que « le patient regarde le cadeau », rapporte-t-il. Autrement dit, celui qui a été endommagé à droite regarde aussi du côté droit, celui qui a été touché à gauche regarde du côté gauche. Si ce phénomène se produit, il s’agit généralement, ajoute le médecin-chef, « de gros infarctus ».

Dans 90 pour cent des cas d’AVC, il s’agit d’un infarctus : une veine est bouchée, l’apport de sang à une certaine zone du cerveau est bloqué par un caillot. Le reste, ce sont des hémorragies. Et en principe, explique le professeur Albert Ludolph, médecin-chef en neurologie à l’hôpital universitaire d’Ulm, un AVC peut refléter n’importe quelle fonction du cerveau – selon l’endroit où il se produit, il peut en résulter des troubles soudains de la parole, une hémiplégie ou d’autres pertes soudaines de fonctions.

Le fait que les accidents vasculaires cérébraux peuvent entraîner des paralysies (hémiplégiques) est souvent communiqué et largement connu. Mais la vision du cœur devrait être moins connue – même si, selon Naumann, elle n’est pas si rare. Il est également connu que les attaques cérébrales peuvent souvent se produire dans l’hémisphère gauche ou droit du cerveau, la moitié opposée du corps pouvant être paralysée. Mais quelle est la différence ? Peut-on dire que les attaques d’un côté sont généralement plus graves que celles de l’autre ? Et le côté touché est-il révélateur des conséquences à long terme ?

L’attaque cérébrale dans l’hémisphère gauche affecte davantage les personnes concernées

« Les AVC du côté gauche ne sont pas les plus graves, mais ceux qui sont plus handicapants », estime Ludolph. En effet, chez les droitiers (mais aussi chez une partie des gauchers), c’est à gauche que se trouve la région du langage, et en cas de perte du langage, il s’agit d’un « symptôme très grave », selon Ludolph. Naumann parle lui aussi d’un « déficit dramatique » lorsqu’il s’agit de la perte de la capacité de parler et de calculer, et ajoute qu’en cas d’infarctus du côté gauche, c’est la main droite qui est touchée, ce qui est également un handicap grave pour les droitiers.

Lire aussi:  La situation des hôpitaux pédiatriques doit être discutée lors d'un sommet spécialisé

Néanmoins, « il est faux de croire que les infarctus du côté droit sont plus bénins », souligne Ludolph. Non seulement ils peuvent également entraîner une hémiplégie, mais les troubles de l’orientation ou les pertes du champ visuel qui surviennent alors peuvent également être problématiques. D’autant plus que les pertes de champ visuel peuvent ne pas être remarquées par le patient. « Et si elles ne sont pas remarquées, cela conduit souvent à des accidents tragiques ». Dans le cas d’un accident vasculaire cérébral au volant, par exemple, un piéton sur le bord de la route pourrait ne pas être remarqué.

Y a-t-il des différences dans la persistance de l’hémiplégie en fonction de l’hémisphère cérébral touché ? Le professeur Joachim Röther, porte-parole de la Société allemande des accidents vasculaires cérébraux et médecin-chef en neurologie de la clinique Asklepios Altona à Hambourg, peut l’imaginer – en relation avec la « négligence » qui, selon lui, survient surtout en cas d’accident vasculaire cérébral du côté droit du cerveau. Le « Neglect », c’est la négligence du côté paralysé du corps. Si le patient en souffre, en rééducation, « c’est une tâche de longue haleine pour les physiothérapeutes de leur faire retrouver la perception de ce côté du corps », explique Röther.

La personnalité est souvent modifiée par une attaque cérébrale à droite

A droite, le cerveau abrite des capacités visuo-spatiales comme l’orientation et la perception spatiale. De plus, les AVC du côté droit entraînent souvent un « nivellement affectif », rapporte Naumann, c’est-à-dire un aplatissement des sentiments. Le patient devient plus apathique, ce qui est particulièrement difficile pour les proches. « Le patient n’est tout simplement plus l’ancien », explique Naumann, « mais une autre personne ». En cas d’attaque cérébrale du côté gauche, les déficiences fonctionnelles sont certes souvent plus importantes, « mais la personnalité est plutôt préservée ».

Ludolph explique également que les patients deviennent parfois « différents » après une attaque cérébrale. Il peut y avoir des changements d’intérêt, des modifications de l’impulsivité ou une instabilité émotionnelle, mais : « Ce n’est pas seulement le problème des AVC, mais de toutes les maladies du cerveau ». Les tumeurs, les traumatismes ou les inflammations peuvent également provoquer des « lésions cérébrales acquises » avec une grande diversité de conséquences. Elles sont aussi variées que le cerveau lui-même : Il y a par exemple des apraxies, des troubles de l’utilisation d’outils, dit Röther. Les personnes concernées ne savent par exemple plus « comment utiliser une machine à café ». Ou des troubles de l’attention partagée : téléphoner et regarder quelque chose en même temps, cela ne va plus.

Les attaques cérébrales du côté gauche et du côté droit sont-elles à peu près équilibrées ou les infarctus sont-ils plus fréquents d’un côté ? Naumann suppose qu’ils sont à peu près aussi fréquents, mais qu’on les remarque plus facilement du côté gauche. En effet, les déficits du côté gauche, comme les troubles du langage, sont plus facilement remarqués, tandis que les symptômes des attaques cérébrales du côté droit pourraient parfois passer inaperçus. Röther confirme : Il est étonnant que des attaques cérébrales plus importantes dans l’hémisphère antérieur droit passent parfois inaperçues ou soient à peine remarquées par le patient.

Lire aussi:  Un amaigrissement involontaire peut être le signe d'une maladie gastro-intestinale

Attaque cérébrale : le risque d’épilepsie ou de dépression augmente

Et tout ce qui ressemble à un AVC est-il vraiment un AVC ? L’épilepsie est un diagnostic différentiel important, selon Ludolph – il existe de nombreux symptômes qui peuvent apparaître aussi bien dans le cas de l’épilepsie que dans celui d’une attaque cérébrale. Le regard du cœur mentionné au début, par exemple. Mais les deux pathologies sont également liées d’une autre manière – car une attaque cérébrale augmente le risque d’épilepsie. Naumann l’estime à environ dix pour cent. Il existe des régions du cerveau qui, en cas de cicatrisation, sont davantage sujettes à l’épilepsie. « Le cortex cérébral au sens large doit être touché », explique-t-il. C’est justement en cas d’attaque cérébrale dans le cerveau antérieur ou dans le lobe temporal que le risque d’épilepsie augmente.

Le risque de dépression augmente également après un AVC – selon Röther, surtout s’il se produit à droite du cerveau. « On observe que la dépression est beaucoup plus fréquente chez les patients ayant subi un AVC du côté droit », explique-t-il. Les médecins parlent de « dépression post-AVC ». Après un accident vasculaire cérébral, un patient sur trois en souffre. Un traitement précoce peut l’atténuer ou la prévenir. Les médicaments ne stabilisent alors pas seulement le psychisme, ils contribuent également à la rééducation. C’est pourquoi la Deutsche Schlaganfall-Gesellschaft (Société allemande des accidents vasculaires cérébraux) conseille d’examiner tous les patients à un stade précoce pour détecter les symptômes dépressifs.

Tout ce qui en a l’air n’est pas un AVC – à l’inverse, il y a des cas qui n’en ont pas l’air, bien qu’il s’agisse d’AVC. Naumann se souvient d’un patient présentant des troubles de la sensibilité dans seulement deux doigts. Et Röther de patients qui n’avaient pas de paralysie, mais comme seul symptôme des hallucinations musicales ou de graves troubles de la mémoire. « On voit ce genre de choses de temps en temps », explique-t-il, lorsque des zones bien précises du cerveau sont touchées.

C’est pourquoi les stroke units, des unités spécialisées dans les AVC pour les patients en phase aiguë, sont si importantes pour réduire au maximum les conséquences d’un AVC. Tous les neurologues sont d’accord sur ce point. Et ils sont importants, selon Ludolph, car « seule une personne qui connaît le cerveau » peut comprendre les symptômes et les classer correctement. Et en ce qui concerne les symptômes, il n’y a « rien qui n’existe pas », dit Naumann.

Remarque de la rédaction : cet article provient de nos archives en ligne.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *