ven. Avr 19th, 2024

250 millions d’euros d’amende pour Google . L’Autorité française de la concurrence inflige cette sanction à Google dans le cadre du litige relatif à l’utilisation de l’Internet par les entreprises. la rémunération des contenus médias car elle considère que le géant américain n’était en fait pas disposé à négocier avec eux.

Dans sa décision, l’institution reproche à Google d’avoir de ne pas avoir respecté l’engagement  qu’il avait pris en juin 2021. Elle lui reproche notamment de ne pas avoir respecté quatre des sept points qui figuraient dans l’accord entre les deux parties à l’époque.

« Il n’a pas fourni aux agences de presse les informations nécessaires à une évaluation transparente ».

Selon lui, l’entreprise n’a pas respecté l’obligation de transmettre  aux rédacteurs en chef ou aux agences de presse les informations nécessaires à l’établissement d’une image fidèle de l’entreprise. une évaluation précise et transparente de leur rémunération  pour les droits voisins. Elle n’a pas non plus pris les mesures nécessaires pour éviter que les négociations n’affectent les relations économiques qu’elle entretient avec ces éditeurs et agences de presse.

Par ailleurs, l’Autorité de la concurrence reproche également à Google la l’utilisation qu’elle fait de son service d’intelligence artificielle  Bard lancée en juillet 2023, car elle a utilisé des contenus médiatiques pour entraîner cette intelligence artificielle sans en avertir les médias ou l’autorité elle-même.

En bref, le géant de l’internet affecte la la capacité des médias à négocier leur rémunération selon leur analyse.

Amende « disproportionnée

Google considère l’amende « disproportionnée « car, selon lui, « elle ne tient pas suffisamment compte des efforts que nous avons déployés pour répondre aux différentes considérations dans un environnement où il est très difficile de définir une ligne de conduite lorsqu’une direction précise ne peut être anticipée ».

Cette sanction est la quatrième décision de l’Autorité française de la concurrence en quatre ans à l’encontre de Google pour l’utilisation de contenus médiatiques protégés par le droit d’auteur. Elles découlent toutes de la loi française de juillet 2019 transposant la directive européenne d’avril 2019, qui visait à fixer les règles de la concurrence en matière d’utilisation de contenus médiatiques.  » les conditions d’une négociation équilibrée  » entre médias et plateformes numériques. .

En définitive, il s’agissait de concevoir un cadre favorable à la presse pour la répartition de la rémunération de ses contenus, en tenant compte des changements importants intervenus dans le secteur, notamment en raison de l’adoption de la directive sur l’accès à l’information et la protection des données. l’augmentation de l’audience numérique La raison en est que ce sont ces plateformes numériques qui captent une grande partie de la publicité en ligne.

Suivez-nous sur notre Canal WhatsApp  et ne manquez pas les dernières nouvelles de antena3noticias.com

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *