sam. Avr 13th, 2024

Le intelligence artificielle  va « redéfinir ce que signifie être en sécurité au travail ». C’est ce qu’affirme Manu Marín, fondateur d’une entreprise qui a fabriqué des casques intelligents  qui aideront prévenir les accidents du travail .

Le casque, baptisé HaloTech, mesure les ondes cérébrales  et sera en mesure d’obtenir la détection précoce des schémas dangereux la prévision des incidents et l’analyse du comportement des travailleurs.

Ces informations sont recueillies au moyen d’un dispositif placé sur la tête. Le résultat est traduit en algorithmes d’apprentissage automatique  qui génèrent des des rapports en temps réel et des cartes thermiques .

Pour l’instant, ils ont développé trois types de casques pour différents secteurs d’activité Halo 1, Halo 2 et Halo 3. « Il y a trois modèles d’appareils différents parce que les réglementations varient d’une industrie à l’autre », explique le fondateur.

  • Halo 1  est un casque très similaire à celui d’un vélo, avec un feu arrière incorporé, destiné aux travailleurs de la collecte des déchets. Ce modèle a déjà été validé après avoir passé des tests avec des entreprises comme Acciona, FCC et Sacyr.
  • Halo 2  est un bandeau qui se fixe sur les casques conformes aux normes de l’industrie minière. Il se fixe sur un casque normal et le transforme en casque intelligent. Les premiers essais de ce modèle débuteront au Chili en juin avec la société minière BHP et seront menés à une profondeur de 1 500 mètres.
  • Halo 3  est le modèle le plus « controversé » de tous, selon les propres termes de Marín. Il s’agit d’un appareil qui mesure les ondes cérébrales et qui est donc capable de détecter la fatigue ou l’épuisement, qui sont à l’origine de 90 % des accidents du travail. Les premiers essais pilotes de ce modèle ne devraient pas avoir lieu avant le dernier trimestre de l’année.
Lire aussi:  Sergio Álvarez, PDG de SciTheWorld, sur la réglementation de l'IA : "Nous sommes peut-être en train de nous tirer une balle dans le pied"

Tous ont en commun un bouton SOS  qui peut être actionné au cas où l’employé souhaiterait que l’on s’occupe de lui en cas de malaise, et recueillir des données  sur la température ambiante, la température corporelle, la qualité de l’air ou le niveau de décibels.

Suivez-nous sur notre Canal WhatsApp  et ne manquez pas les dernières nouvelles de antena3noticias.com

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *