jeu. Juin 20th, 2024

Bien sûr, ce n’est pas la paix, mais au moins la trêve, pour ce qui a été appelé la « guerre de l’acier » entre les deux côtés de l’Atlantique, peut se poursuivre pendant un certain temps. Au moins jusqu’aux élections européennes et présidentielles américaines de l’année prochaine. L’Union européenne a en effet décidé de suspendre au moins jusqu’à fin mars 2025 les droits de douane imposés aux marchandises en provenance des États-Unis, une mesure commerciale que Bruxelles avait adoptée en représailles à des mesures similaires concernant l’acier et l’aluminium européens décidées par Washington en 2018, à l’époque de l’administration républicaine de Donald Trump. Une extension de quinze mois, donc, contenue dans le Journal officiel de l’UE et faisant partie d’un accord en vertu duquel Washington s’abstiendra également d’appliquer les droits de 25 % sur l’acier et de 10 % sur l’aluminium fabriqués dans l’UE. Le différend devra donc être traité par le nouveau Parlement européen issu des élections européennes de juin 2024 et par la nouvelle administration présidentielle américaine en novembre prochain.

Les droits européens, qui ont été suspendus pour le moment, affectent un certain nombre de produits américains, des motos Harley Davidson au whisky bourbon et bien d’autres encore. En janvier 2022, l’administration démocrate de Joe Biden avait accepté de suspendre ses droits de douane pendant deux ans et de les remplacer par un système de quotas spécifiques. Les États-Unis et l’Union européenne étaient alors censés se mettre d’accord sur des mesures visant à remédier à l’excédent de marchandises avant la fin de l’année, mais les négociations se sont enlisées malgré le sommet américano-européen d’octobre. Depuis, Washington a proposé de prolonger la suspension des droits de douane afin de donner plus de temps aux négociations.

Le système de quotas introduit par les États-Unis autorise l’entrée dans le pays de 3,3 millions de tonnes d’acier européen et de 384 000 tonnes d’aluminium en franchise de droits, des seuils qui reflètent effectivement les niveaux d’échanges passés, les quantités supplémentaires étant exposées à des droits de douane. La Commission européenne s’est toutefois plainte de la rigidité du système, qui signifie que l’acier européen est soumis à quelque 264 millions de dollars de droits américains, selon les chiffres de l’année dernière, et ce alors que l’UE a complètement suspendu ses droits de douane, qui ont été introduits en représailles à la décision de Trump. Les discussions s’inscrivent toutefois dans le cadre d’un dialogue plus large entre les deux rives de l’Atlantique concernant les exonérations fiscales accordées par les États-Unis aux véhicules électriques fabriqués en Europe, dont les batteries contiennent des minéraux tels que le cobalt, le graphite, le lithium, le manganèse et le nickel.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *