jeu. Juin 13th, 2024

Une caméra capture notre image et identification biométrique  enregistre les données en temps réel. À partir de là, il est possible de connaître – par exemple – jusqu’à combien de fois nous passons devant  d’une vitrine.

En outre, le intelligence artificielle  peut même connaître l’état d’esprit d’un travailleur à travers son image, ses mouvements ou sa voix. De telles situations seront désormais interdites dans l’Union européenne. Union européenne . Les partenaires européens sont parvenus à un accord  un premier accord mondial pour réglementer les l’utilisation de l’intelligence artificielle. 

L’accord a été conclu après 36 heures de négociations  et devra encore être ratifié par le Parlement européen et le Conseil de l’UE, l’institution représentant les gouvernements européens.

Points clés de la nouvelle loi

L’un des points les plus sensibles des négociations a été la l’utilisation que les forces de l’ordre  peuvent utiliser le l’identification  bio métrique dans les espaces publics afin de garantir la sécurité nationale.

Les caméras peuvent être utilisées avec autorisation judiciaire préalable  pour empêcher une menace terroriste « réelle et prévisible  ou « réelle et actuelle », c’est-à-dire présente au moment des faits.

Il n’est pas non plus permis d’utiliser des systèmes qui notent les personnes sur la base de leur comportement ou de leurs caractéristiques personnelles, ni une intelligence artificielle capable de manipuler le comportement humain.

Utilisation de ChatGPT

L’autre grande question qui a été au centre des négociations est celle de la la réglementation des systèmes d’intelligence artificielle  sur lesquels se fondent des modèles tels que ChatGPT ,  par OpenAI ou Bard par Google.

Ils devront respecter les critères de transparence comme préciser si un texte, une chanson ou une photographie a été généré par l’intelligence artificielle et s’assurer que les données utilisées pour former les systèmes respectent les droits d’auteur.  

Initialement, la loi n’était pas destinée à réglementer ce type de système. Les systèmes de paiement en ligne ne sont pas encore devenus populaires lorsque Bruxelles a proposé la loi en avril 2021, mais les institutions de l’UE ont vu la nécessité de légiférer à leur sujet depuis l’apparition du ChatGPT l’année dernière.

Accord historique

Le Président du Parlement européen, Roberta Metsola,  a immédiatement réagi sur les médias sociaux pour célébrer ce « moment historique », car l’UE disposera d’une législation « d’avant-garde, responsable, complète et qui fixe des normes mondiales ».

Entre-temps, le chef de l’exécutif européen, Ursula von der Leyen Le cadre juridique permettra « le développement d’une intelligence artificielle digne de confiance », a-t-elle déclaré.

Office européen de l’intelligence artificielle

La norme prévoit l’établissement de l’Office  Office européen de l’intelligence artificielle, qui coordonnera l’utilisation de la technologie par les autorités nationales et sera conseillé par un panel de scientifiques et d’organisations de la société civile.

La loi devrait devrait entrer en vigueur en 2026  mais elle sera mise en œuvre par étapes : l’office européen sera créé immédiatement, l’interdiction des systèmes d’intelligence artificielle interdits interviendra dans six mois et les exigences relatives aux systèmes et modèles d’IA générative dans 12 mois.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *