ven. Juin 14th, 2024

Non, elles n’existent plus. Peut-être. Ou oui, ils existent toujours. Même si elles portent un autre nom. Mais elles ont marqué une époque, fait l’histoire, contribué (sans le savoir) à la renaissance de l’économie italienne. Casalinghe di Voghera – c’est le nom que leur a donné Alberto Arbasino dans les années 1960 -, des femmes travailleuses, pratiques, même si elles ont été placées en marge de la société, exclues, mises à l’écart, maltraitées, au bas de la liste des personnes capables de comprendre les nouveaux mots de la langue italienne. Pourtant, elles sont des figures importantes. Fondamentaux. Moteurs de l’économie, et pas seulement domestique. En partie stéréotypés, en partie catégories sociologiques. Le boom de l’Italie s’est également construit sur les femmes au foyer de Voghera, non pas un miracle (comme on l’a souvent dit à tort), mais quelque chose de profondément enraciné dans le pays, quelque chose qui n’était pas du tout miraculeux, alors qu’il avait tout en termes de concret, de travail et d’effort.
Et c’est autour de cette figure que demain, à Voghera bien sûr, sera joué « Ma ci sarà ancora la casalinga di Voghera ? » (Mais y aura-t-il encore la femme au foyer de Voghera ?), une pièce un peu sérieuse et un peu moins sérieuse, dont le sous-titre explique tout : « Réflexion semi-sérieuse de l’essor économique à la nouvelle consommation ». Un opéra qui, en réalité, est un débat organisé au Teatro Sociale par Assolombarda dans le cadre des manifestations de « Pavie capitale de la culture d’entreprise ».  Parce que la figure de la ménagère de Voghera n’est pas une simple image journalistique, mais une expérience de vie et de travail, de dur labeur et de souffrance, d’espoirs étouffés mais fortement ressentis. Et de l’avenir. Car, comme on l’a dit plus haut, le développement économique (et social) de l’Italie s’est aussi construit sur les ménagères de Voghera, sur des femmes qui ont travaillé avec pragmatisme pendant des décennies. Des femmes fortes, qui avaient les pieds sur terre et, après tout, une idée de l’avenir dans la tête.
Oui, l’avenir. Une perspective à conquérir à l’époque des ménagères de Voghera, une incertitude à étudier aujourd’hui, à l’heure où la société devient numérique et virtuelle, tandis que les problèmes sociaux et économiques continuent de mordre avec une absolue concrétude. Ainsi, si ces femmes en marge des vitrines lumineuses du progrès n’existent probablement plus, d’autres femmes sont aujourd’hui placées en marge de la société, toujours menacées, toujours maltraitées, dévalorisées quand elles ne sont pas violées. Héritières de ces ménagères de province, ces femmes ajoutent aujourd’hui quelque chose d’autre au concret de leurs génitrices : la volonté d’être protagonistes et de conquérir le centre de la scène du progrès. Peut-être en entraînant d’autres femmes, qui ne savent même pas où se trouve Voghera, qui sont nées dans d’autres pays, qui ont la peau d’une autre couleur, qui ont tenté leur chance sur une péniche flottant sur la mer.
À Voghera demain – et, espérons-le, dans d’autres théâtres par la suite -, tout cela sera débattu par des journalistes, des historiens, des universitaires et des observateurs de la réalité. Seront présents, entre autres, Nando Pagnoncelli (sondeur), Andrée Ruth Shammah (directrice du théâtre Franco Parenti), Maria Latella (journaliste) et Emanuela Scarpellini (historienne). Antonio Calabrò, président de la Fondazione Assolombarda et organisateur de l’événement, a déclaré : « Il ne faut pas se laisser aller à la nostalgie de ces figures de femmes toutes prises dans un monde qui n’existe plus ; il faut au contraire valoriser ces femmes qui, aujourd’hui, reprennent d’une certaine manière l’héritage en y mettant des tensions et des attentes importantes, mais aussi des compétences professionnelles et la volonté de revendiquer des droits et des devoirs avec beaucoup de concret et d’opiniâtreté ».  Des conquêtes qui s’appliquent à toutes les femmes et, finalement, aux hommes aussi ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *