lun. Mai 27th, 2024

La start-up tchèque Bene Meat Technologies est la première entreprise à obtenir l’enregistrement de l’Union européenne pour la production de viande synthétique destinée à l’alimentation des animaux de compagnie. C’est ce qu’a annoncé hier la start-up elle-même, L’une des nombreuses entreprises au niveau mondial  dans la course à la production de ce type d’aliments, qui pourrait bientôt être interdit en Italie.  Aux États-Unis, c’est la société Upside Foods and Good Meat qui a obtenu en juin dernier l’autorisation nécessaire pour sa « viande cultivée », produite à partir de cellules animales, destinée à la consommation humaine. Mais la production à grande échelle n’est pas encore en vue.

La société tchèque Bene Meat s’est plutôt concentrée sur le secteur des animaux de compagnie et a réussi à être la première au monde à produire un produit qui pourrait bientôt être utilisé par les fabricants d’aliments pour chiens et chats en tant qu’ingrédient pour leurs produits finis. La viande synthétique de Bene Meat a reçu la certification du Registre européen des matières premières pour l’alimentation animale, a annoncé l’entreprise, qui prévoit maintenant d’augmenter sa production : « Pour l’instant, nous en sommes à quelques kilogrammes par jour, mais au cours de l’année prochaine, nous atteindrons quelques tonnes par jour.

La start-up, lancée en 2020 et détenue par le groupe tchèque d’appareils médicaux Btl, compte plus de 80 chercheurs et développeurs. L’un de ses objectifs est de développer des aliments synthétiques pour la consommation humaine. L’entreprise, comme d’autres, utilise des cellules d’animaux vivants qui sont ensuite cultivées en laboratoire. Pour les partisans de la viande synthétique, les avantages sont les suivants l’absence d’antibiotiques, le moindre impact environnemental, l’absence de consommation d’eau et de sol pour l’élevage des animaux, la réduction du nombre d’animaux tués. Les détracteurs dénoncent l’absence d’études approfondies sur la sécurité nutritionnelle de ce type de viande, la possibilité de déclencher des cellules cancéreuses causées par des cellules souches, la forte production de dioxyde de carbone et le coût énergétique élevé du processus.

En Italie, le gouvernement souhaite adopter d’ici le 16 novembre un projet de loi interdisant la production et la commercialisation de viande cultivée pour l’alimentation humaine ou animale, bien que la mesure puisse être bloquée au niveau européen. Coldiretti a lancé une pétition qui a recueilli à ce jour 2 millions de signatures en faveur de la mesure.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *