mer. Fév 28th, 2024

Depuis quelques semaines, des images circulent sur les réseaux sociaux de de célébrités et d’autres utilisateurs de médias sociaux  s’est transformé en Étudiants américains . Les photographies ont l’air de sortir d’un annuaire des années 1990, mais elles sont trompeuses : il s’agit de deepfakes créés à l’aide de la technologie Intelligence artificielle (IA) . Derrière ce phénomène viral se cachent des risques liés à la protection de la vie privée. Un expert en IA commente les principaux dangers de cette pratique, qui s’est répandue dans le monde entier. TikTok  connu sous le nom de #YearBookChallenge .

Lola Indigo , Laura Escanes  o Chanel entre autres visages célèbres, ont rejoint le défi. Ils ont posté sur leurs comptes Instagram des images saisissantes d’eux-mêmes se faisant passer pour des étudiants américains. Leur popularité a relancé le débat sur l’importance de l’éducation et de la formation des jeunes. risques  de l’utilisation des deepfakes. Rappelons l’affaire Almendralejo, qui montre comment l’IA peut porter atteinte à l’intégrité de l’individu et aboutir à une condamnation pour pédopornographie si elle est utilisée à mauvais escient. La question à laquelle il convient de répondre ici est la suivante : comment peut-on travail  les nouveaux « deepfakes » utilisés par les célébrités ?

Voici comment fonctionnent ces « deepfakes

Andrés Visús, directeur du développement commercial de l’intelligence artificielle chez PredictLand, explique que l’application EPIK  a été choisi pour faire partie de l’équipe d’experts de l défi viral . L’application a été développée par la société sud-coréenne Snow et a déjà été téléchargée par plus de 92 millions de fois  depuis son apparition en août 2021.

Lire aussi:  La NASA veut construire sur la Lune : qu'est-ce que le projet Olympus ?

« La première chose qu’ils vous demandent de faire, c’est de télécharger plusieurs photos de votre visage  et ils demandent souvent des angles différents pour pouvoir bien apprendre et comprendre quels sont les motifs de votre visage », explique M. Visús. N’importe qui peut générer cette photo, il suffit d’avoir différentes images  du visage. « L’application reproduit donc une photographie », poursuit-il. « Le résultat final est donc beaucoup plus réaliste « .

En outre, le service de la nouvelle application nécessite la facturation de 3,99 euros  si vous souhaitez obtenir les images dans les 24 heures. Il est également possible d’obtenir les photos en deux heures, mais cela est payant. 6,99 euros .

Cependant, pour obtenir l’image, il est nécessaire de créer un enregistrement dans l’application avec utilisateur  y mot de passe . Dès le moment où l’internaute y accède pour la première fois, ses données sont « en ligne ». risque « . « La première chose que l’application vous dit est de donner accès à votre appareil et à votre ordinateur. souvent, nous ne réalisons pas que vous lui donnez l’autorisation. « , explique l’expert.

Le localisation géographique  est l’une des données qui peuvent être partagées à tout moment et surveillées de près par ceux qui choisissent de violer la vie privée de l’utilisateur. « C’est là qu’est le risque, qu’ils créent des sites web qui ne sont pas des sites web. deepfakes  dans le but de à des fins frauduleuses  pour usurper une identité », explique Andrés Visús. L’objectif est à la fois de causer des dommages et de profiter de l’image.

Lire aussi:  Comment les téléphones portables limiteront-ils l'accès des mineurs à la pornographie ?

Les données sont ensuite vendues à « sociétés tierces ».  et leurs objectifs sont donc les suivants économiques . « Ce que l’on peut faire, ce sont des actions commerciales, licites ou illicites, qui visent une population spécifique », explique-t-il.

Existe-t-il un moyen d’arrêter la propagation des « deepfakes » ?

Andrés Visús estime que « le risque est vraiment élevé car nous pouvons déjà entrer dans un environnement de propriété intellectuelle, de violation des droits à l’image « . L’expert indique que, par exemple, des entreprises telles que PredictLand, leader dans le domaine des services Big Data, s’efforcent de faire bon usage de la technologie.

Pour éviter que l’IA ne soit utilisée à des fins illicites, l’UE a adopté en mai dernier un projet de loi visant à contrôler la gestion des outils technologiques. Le projet de loi loi de l’UE  vise ainsi à lutter contre la désinformation et la mensonges  derrière des images telles que celles créées par des visages connus dans le pays ces derniers jours.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *