jeu. Avr 18th, 2024

Le marché numérique a consolidé une croissance de 2,4% en 2022, avec une valeur totale de 77,1 milliards d’euros. La plus forte augmentation concerne les services TIC (+8,5 % et 14,8 milliards d’euros), principalement soutenus par les services de Cloud Computing et de cybersécurité. Des tendances particulièrement positives ont été observées dans le segment du contenu numérique et de la publicité (+6,3 % et 14,5 milliards d’euros) et dans celui des logiciels et des solutions TIC (+6,2 % et 8,6 milliards d’euros). Le marché des appareils et systèmes a connu un net revirement après la croissance substantielle enregistrée en 2021. En effet, il a reculé de 1% en 2022. Enfin, la tendance négative des services de réseaux Tlc s’est poursuivie (-2,7%). Si la progression du marché du numérique est en partie freinée par les composants technologiques plus matures, elle sera plutôt portée par les produits et services plus innovants, à savoir Digital Enabler et Transformer, dont l’augmentation annuelle moyenne sur la période 2022-2026 devrait être de 12,8%. « La combinaison d’un plus grand nombre de technologies numériques et d’une innovation plus rapide que par le passé, explique le Marco Gay , président de Anitec-Assinform l’association Confindustria qui regroupe les principales entreprises du secteur des TIC – conçoit une industrie totalement différente, dont les chaînes d’approvisionnement seront de plus en plus connectées et circulaires. L’élément fondamental est le rôle habilitant des Facilitateur numérique  dans la transformation de la production et des processus, dans la création de nouveaux modèles d’entreprise, de défis concurrentiels, ainsi que de nouveaux marchés. Ce n’est pas un hasard si nous assistons à une dynamique à deux chiffres dans la croissance des Digital Enablers et Transformers : du Cloud Computing, aux plateformes de Cybersécurité, aux solutions de gestion du Big Data, qui sont essentielles pour organiser et gérer l’architecture des actifs informationnels des entreprises et des institutions publiques, et donc une condition préalable à l’adoption d’outils pour l’analyse et l’exploitation avancées des données, y compris l’Intelligence Artificielle et les solutions Blockchain’. La tendance de croissance des investissements numériques des petites et moyennes entreprises italiennes reste plus lente que celle enregistrée par les grandes entreprises. En 2022, l’augmentation est de 2,5 % pour les petites entreprises, de 4,1 % pour les moyennes et de 5,9 % pour les grandes, ce qui confirme la corrélation entre la taille de l’entreprise et les dépenses numériques : plus les contextes organisationnels augmentent en taille, plus les dépenses allouées à la numérisation sont importantes. L’analyse géographique du marché numérique italien, d’autre part, identifie les régions du Nord-Ouest et du Centre comme les zones caractérisées par une plus grande capacité à dépenser pour la technologie, représentant près de 62% des dépenses totales. Au niveau national, en 2023, le marché devrait encore croître (+3,1 %). Les estimations pour les trois années suivantes (2024-2025-2026) sont orientées vers une croissance encore plus forte et sont basées sur l’hypothèse d’un impact plus faible de l’inflation et d’une plus grande utilisation des ressources économiques mises à disposition par le PNR-Plan de relance et de résilience pour la numérisation. Le marché numérique devrait donc croître en moyenne de 4,5 % par an au cours de la période 2022-2026, pour atteindre près de 92 milliards d’euros en 2026. « Si la tendance positive du marché numérique est claire », poursuit M. Gay, « il reste des problèmes critiques, en premier lieu le manque de compétences numériques et l’hétérogénéité de la diffusion des technologies entre les classes de taille des entreprises et entre les territoires. Le défi de la numérisation des PME n’en est qu’à ses débuts, mais le Plan national pour la transition 4.0 et le PNR représentent des opportunités significatives à cet égard. Précisément, l’utilisation des ressources allouées par le PNR, ainsi que le contexte économique international, représentent deux facteurs importants qui influenceront l’avenir immédiat du marché numérique. Une utilisation efficace des fonds mis à disposition par le PNR est le premier pas dans cette direction, mais il est nécessaire d’avoir une politique industrielle qui favorise la compétitivité des entreprises, augmente leur productivité et renforce la collaboration au sein de la chaîne d’approvisionnement. En outre, il faut des interventions réglementaires favorables à la concurrence qui stimulent l’innovation, soutiennent la formation du capital humain et la collaboration entre les entreprises afin d’accroître l’ampleur et la durabilité des investissements. Tels sont les leviers qui peuvent permettre au marché numérique de se développer, aux technologies d’être des catalyseurs de la transformation et aux jeunes d’être des protagonistes dans le monde d’aujourd’hui et dans le monde à venir.

Peser le manque de compétences 

Technologies numériques, nouvelles formules d’organisation des entreprises et nouveaux modèles d’affaires : en 2022, près de 70 % des entreprises ont investi dans au moins l’un de ces domaines de la transformation numérique et 41,4 % ont adopté des stratégies d’investissement intégrées combinant ces trois domaines. Ces deux chiffres sont supérieurs aux valeurs moyennes de la période quinquennale 2017-2021 (respectivement 68,5 % et 36,5 %). Afin d’accompagner la transition 4.0 en 2022, les entreprises ajoutent à l’équipement technologique des figures spécialisées qui doivent disposer d’un portefeuille de compétences numériques à appliquer à différents processus d’affaires, allant des analystes et concepteurs de logiciels, aux ingénieurs en électronique et en télécommunications, en passant par les ingénieurs en énergie et en mécanique. Les techniciens comprennent les programmeurs, les ingénieurs web et les ingénieurs d’application, ainsi que les techniciens en organisation de la gestion des données. . C’est ce qui ressort de l’analyse des données du volume Compétences numériques, 2022 de Système d’information Unioncamere et Anpal Excelsior réalisée en collaboration avec le Centre d’études de la Chambre de commerce G. Tagliacarne . Globalement, les compétences numériques de base pour la communication visuelle et multimédia sont requises par les entreprises pour 3,3 millions de profils professionnels recherchés (64% du total des entrées, +3,5% par rapport à 2021), les compétences liées à l’utilisation des langages et méthodes mathématiques et informatiques pour environ 2,7 millions de postes (51,9%, +1,4%) et la capacité à gérer des solutions innovantes 4.0 pour 1,9 million d’entrées (37,5%, +1,1%). La possession de compétences en communication visuelle et multimédia est requise avec un degré d’importance élevé pour environ un cinquième des recrutements, tandis que les compétences en mathématiques et en informatique et la capacité à gérer des solutions 4.0 innovantes sont considérées comme très importantes pour respectivement 17,7 % et 13 % des entrées prévues. Les enquêtes Excelsior montrent une croissance généralisée des difficultés de recrutement, qui s’intensifient au fur et à mesure que le degré d’importance attribué aux compétences requises pour effectuer le travail augmente.  En particulier, pour les compétences numériques de base, la difficulté à trouver la compétence requise est de 41,8 % contre 44,2 % pour le degré d’importance élevé ; pour les compétences mathématiques-informatiques, l’écart est encore plus grand (de 42,7 % à 47,7 %), tandis que pour les compétences 4.0, la difficulté varie de 43,7 % à 47,1 %. Afin de gérer les défis technologiques et de gestion auxquels les entreprises sont confrontées, il est stratégique de posséder compétences électroniques combinées entre elles. En 2022, la demande de mélange de compétences électroniques (c’est-à-dire la maîtrise d’au moins deux des trois compétences numériques) concerne 823 mille postes (646 mille l’année dernière) : le e-skill mix est exigé des diplômés universitaires pour 49,9% des recrutements, notamment dans les disciplines Stem telles que l’ingénierie électronique et informatique (87,5%) et les sciences mathématiques et physiques et l’informatique (87,2%). Le pourcentage le plus élevé (54,1 %) de la demande de mix de compétences électroniques concerne toutefois les diplômés de l’Its Academy, ce qui démontre la centralité de ces formations dans les processus de transformation numérique et leur lien étroit avec les besoins du tissu entrepreneurial et productif. Pour les profils possédant de tels skill mix, les difficultés à les trouver atteignent 47,3% de la demande (+7,1% par rapport à 2021), et se concentrent particulièrement dans le domaine des professions spécialisées liées à la mise en œuvre des processus de digitalisation, telles que les mathématiciens, les statisticiens et les professions assimilées (par exemple). les statisticiens et professions assimilées (82,7% des entrées pour lesquelles le skill mix est considéré comme stratégique sont difficiles à trouver), les ingénieurs électriciens (80,8%), les ingénieurs électrotechniques (71,3%), les analystes et concepteurs de logiciels (64,7%) et les concepteurs et administrateurs de systèmes informatiques (64,2%). Au niveau territorial, ce sont les provinces de Milan avec plus de 113 000 recrutements, de Turin avec près de 44 000, de Bologne avec plus de 23 000 et de Brescia avec près de 22 000 qui enregistrent le plus grand nombre de recrutements en raison de la demande de capacité à utiliser des langages et des méthodes mathématiques et informatiques avec un degré d’importance élevé. Quant aux compétences numériques de base, elles sont très importantes, dans cet ordre, pour environ 168 mille travailleurs recherchés dans la province de Milan, 126 mille à Rome, près de 57 mille à Turin et plus de 55 mille dans la province de Naples. Les mêmes provinces occupent les quatre premières places dans le classement des territoires où la possession de compétences 4.0 est importante, respectivement pour 80 mille recrutements prévus dans la province de Milan, près de 56 mille dans la province de Rome, plus de 30 mille à Naples et environ 29 mille à Turin. Mais comment lutter contre le chômage dû au manque de compétences numériques ? C’est ce que soulignent Luca Mastella, fondateur de Learnn,  plateforme de streaming pour le développement des compétences numériques,  créée dans le but de remplacer les programmes de formation des entreprises par un modèle de prestation de cours qui fait un clin d’œil à Netflix. E n 2025, plus de 50 % des travailleurs devront mettre à jour ou réinitialiser leurs compétences pour ne pas risquer de perdre leur emploi :  « Dans les années à venir, nous nous formerons aussi facilement que nous regardons des séries télévisées. Pour lutter contre ce phénomène, Learnn a lancé sur son application une section dédiée aux offres d’emploi et à la formation continue. 200 cours et ateliers totalisant plus de 400 heures sur le marketing, la tech, le design et le business développés par des experts d’entreprises telles que Meta, Binance, Serenis, NeN, Canva, NearForm, NotJustAnalytics, Chef In Camicia. Merci également au lancement du cours AI et ChatGPTLearnn a atteint 110 000 utilisateurs, 35 000 abonnements et des clients tels que RDS, Decathlon, Treatwell, xFarm, Will Media’. Alors que po accélérer le développement des compétences professionnelles et des parcours de carrière dans les domaines de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage automatique – et suivre le rythme de la demande croissante de services. – Oracle  propose des formations et des tests de certification gratuits dans le monde entier. Le nouveau programme comprend des cours de formation et de certification sur les compétences les plus demandées pour Oracle Cloud Infrastructure, l’IA et l’apprentissage automatique, la gestion des données et les applications Fusion Cloud d’Oracle (dans des domaines tels que l’Erp, les ressources humaines, la chaîne d’approvisionnement, l’expérience client, etc.) Le cursus gratuit d’Oracle est accessible à tous, quel que soit le niveau de compétences, pour diverses fonctions informatiques. Disponible en 13 langues, le programme vise à vous aider à acquérir les compétences les plus demandées, notamment dans la conception et la mise en œuvre de solutions utilisant Oracle Cloud Infrastructure, AI/Machine Learning and Data Management et Oracle Fusion Cloud Applications. Le cursus se compose de parcours d’apprentissage numériques et à la demande qui comprennent des cours préparatoires, des examens pratiques, des tests et des certifications. Ici   le lien pour commencer la formation gratuite.

Les points de facilitation numérique arrivent 

Gérer son identité numérique, surfer sur le net, reconnaître les fake newspasser des appels ou des appels vidéo, faire des achats en ligne, utiliser leurs services bancaires, l’application IO ou accéder au registre de la population résidente : voilà quelques-unes des activités qui mobiliseront des  » facilitateurs numériques  » dans toute l’Italie grâce au Réseau national des points de facilitation, l’initiative promue par le département de la transformation numérique des services du Premier ministre pour améliorer les compétences numériques et l’inclusion d’au moins deux millions de citoyens d’ici à 2026. I Le projet s’inscrit dans le cadre de la mission 1 du PNR et vise à soutenir les groupes de population les plus exposés à la fracture numérique culturelle.  qui éloigne actuellement l’Italie de la moyenne européenne et fait que seulement 46 % de la population possède des compétences numériques de base, contre 54 % pour la moyenne de l’UE. Avec le soutien du département de la transformation numérique, toutes les régions ont signé des plans opérationnels. Les autorités locales, le secteur tertiaire et les municipalités vont maintenant participer à des appels d’offres régionaux, avec le soutien d’organisations internes, pour ouvrir des points de facilitation dans toute l’Italie. « Avec la signature des plans opérationnels par toutes les régions, nous entrons dans le vif d’un projet fondamental pour la numérisation du pays. Grâce aux ressources du PNR, qui met 135 millions d’euros à disposition pour cette mesure, l’objectif est de créer 3 000 presidia physiques et itinérants dans toute l’Italie, afin de diffuser la culture numérique, de lutter contre la pauvreté et d’améliorer la qualité de vie des citoyens. fracture numérique et favoriser l’inclusion des groupes les plus fragiles. De l’utilisation de l’application IO au registre numérique, mais aussi la conformité fiscale ou les achats en ligne. Grâce au travail des facilitateurs, nous visons à augmenter les compétences numériques de base de deux millions de citoyens d’ici 2026″, commente le sous-secrétaire en charge de l’innovation technologique. Alessio Butti. 

Les entrepreneurs demandent plus de simplification 

Les entreprises italiennes sont désormais bien conscientes des avantages apportés par la transformation numérique, qu’elles considèrent comme la clé de la compétitivité future du pays sur l’échiquier mondial. Cependant, la possibilité d’accéder à des incitations pour investir dans la technologie d’une manière simplifiée et sans bureaucratie reste cruciale. Plus de 40 % des entrepreneurs qui ont profité des incitations les ont jugées décisives pour leur décision d’investir dans la technologie, et dans la même mesure (40 %), les incitations ont été jugées utiles pour renforcer l’ensemble de la chaîne de valeur de leurs entreprises. C’est ce qui ressort d’une enquête réalisée par Kantar – en collaboration avec TeamSystem  – qui s’est penchée sur les priorités des entrepreneurs concernant des sujets particulièrement d’actualité tels que la réforme des incitants à l’industrie 4.0 (Plan Transition 4.0) et la propension aux investissements stratégiques dans le numérique et l’innovation. Dans ce cadre, les obstacles ne manquent pas et l’étude fournit des indications importantes sur ce qu’il reste à faire. 42 % des entreprises interrogées demandent aux institutions une plus grande simplification et un soutien fiscal plus important pour ceux qui décident d’investir dans la numérisation, 18 % des entrepreneurs soulignant la nécessité d’inclure des investissements pour l’achat de plateformes Cloud dans le plan Transition 4.0, et 17 % suggérant la création d’une « Silicon Valley » italienne, en supprimant les taxes sur les start-ups et les entreprises innovantes. Environ 70 % des entreprises déclarent avoir entendu parler de la quatrième révolution industrielle et la moitié d’entre elles connaissent le plan Transition 4.0. Les entreprises comptant au moins 10 employés sont mieux informées que celles qui en comptent moins, tandis que le secteur du commerce affiche un niveau de connaissance plus faible. En ce qui concerne l’ESG, en revanche, l’étude montre que le sujet est encore peu connu, en particulier par les petites et moyennes entreprises (15 %), tout comme la législation européenne qui prévoit l’établissement d’un rapport dans les années à venir. Les entreprises d’au moins 10 employés sont plus sensibilisées à ces questions que les petites entreprises. Dans ce contexte, moins d’une entreprise sur cinq a déjà pris des initiatives pour améliorer sa notation ESG, ce qui témoigne d’une connaissance limitée du sujet. Parmi celles qui sont sensibilisées, la proportion de celles qui ont lancé des initiatives est plus élevée et l’intention d’en lancer de nouvelles atteint 64 % dans les entreprises de plus de dix employés. « Les institutions ont un rôle important à jouer pour soutenir l’innovation dans le système entrepreneurial italien, comme le démontrent des initiatives telles que les incitations dites Industria 4.0, qui se sont révélées efficaces et ont eu un impact positif sur la trajectoire de numérisation et de compétitivité des entreprises », conclut le rapport. Federico Leproux PDG de TeamSystem -. Nous pensons aujourd’hui qu’il est crucial de faire évoluer cette approche, principalement dédiée aux biens d’équipement, et de compléter les actions réglementaires et le soutien à l’économie numérique par des mesures qui stimulent la diffusion du Cloud, des plateformes logicielles et de l’IA dans tous les secteurs industriels et dédiées à toutes les entreprises de la chaîne d’approvisionnement, quelle que soit leur taille, des grands acteurs aux PME. Le numérique rend nos entreprises plus productives, génère de nouvelles compétences et professions, et aide sur la voie de la durabilité ».

Recrutement dans les Abruzzes et en Espagne 

Vingt-cinq nouveaux employés pour l’usine Irplast, fabricant de films en polypropylène dans la zone industrielle d’Atessa (Chieti).  Ils seront formés par l’Its Mechatronics de Lanciano. C’est ce qu’a annoncé le conseiller régional pour le développement économique Daniele D’Amario ; l’administrateur délégué d’Irplast Fausto Cosi  et le président de l’Académie Its de Lanciano Paolo Raschiatore . La naissance d’une collaboration pour la formation des employés entre l’entreprise et l’Its », lit-on dans une note de la Région Abruzzes, « s’accompagne d’une autre nouvelle : l’investissement d’environ 50 millions d’euros d’Irplast, qui double sa capacité de production dans le Val di Sangro et a donc besoin de former des techniciens hautement spécialisés qui travailleront sur la nouvelle ligne de production ». L’affaire Irplast », déclare M. D’Amario, « confirme la nécessité d’une confrontation continue entre les entreprises et la Région, afin de faciliter les processus de développement économique sur le territoire. Dans cette situation, la Région a su être attractive en mettant à la disposition d’une importante entreprise comme Irplast des services de formation qui ont permis à l’entreprise de libérer des ressources pour un important investissement sur le site d’Atessa », ajoute-t-il. L’investissement est d’une importance historique pour nous », souligne M. Cosi, « car il nous permettra d’affronter les nouveaux défis du marché, qui demande de plus en plus d’emballages mono-matériaux éco-durables ». L’entreprise continue d’investir dans l’innovation technologique et de processus. Mais surtout d’être présente avec autorité sur le territoire et cette collaboration avec l’Académie Its de Lanciano le confirme ». Le président d’Its Mechatronics parle de « preuve de maturité et d’exemple de croissance » : « L’accord renforce le cadre de collaborations déjà actives avec des entreprises opérant dans les Abruzzes et permettra de former des techniciens spécialisés « sur mesure » pour l’entreprise, prêts à occuper des postes de travail spécifiques. C’est un défi que nous relevons avec beaucoup d’enthousiasme car il créera de nouvelles opportunités d’emploi pour nos jeunes ».

La croissance de Cosmique , une société qui met en relation les talents du monde numérique avec les plus grandes entreprises internationales, agences, cabinets de conseil et start-ups. Le premier semestre 2023 s’est clôturé avec un chiffre d’affaires de plus de deux millions d’euros, soit le même chiffre que l’ensemble du chiffre d’affaires de 2022, qui a lui-même doublé. La part des talents augmente également, atteignant 10 000 entre 2022 et 2023, soit le double du chiffre d’affaires de l’année précédente. designers, développeurs, marketeurs, indépendants ou petites agences, font partie de la communauté.  En mars 2023, Cosmico a clôturé son premier tour d’investissement de 1,85 million d’euros et a également participé à A-Road, le programme d’accélération et de collecte de fonds de Growth Capital destiné aux start-ups les plus prometteuses. La société, basée à Milan, a déjà travaillé au cours des six premiers mois de 2023 avec plus de 50 clients, dont des sociétés de conseil, de grandes agences numériques, des entreprises et des scale-ups, avec une équipe qui compte aujourd’hui 16 ressources. L’aventure de Cosmico ne s’arrête pas là : la start-up, leader en Italie en termes de chiffre d’affaires sur le segment Talent-As-A-Service, vise désormais à devenir le plus grand acteur en Europe avec l’ouverture de son premier bureau en Espagne. L’entreprise travaille déjà à la création d’une équipe espagnole, avec une recherche ad hoc d’un country manager qui dirigera le projet.  Plus d’informations ici : wearecosmic.com .

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *