mar. Avr 16th, 2024

Pour l’instant, la démondialisation semble plus une théorie qu’une réalité. L’idée que le processus d’ouverture des marchés internationaux et de développement des relations commerciales et financières entre États qui a caractérisé les quatre dernières décennies s’arrête est fascinante. La pandémie, partie de Chine, puis l’invasion de l’Ukraine, qui a démontré le manque de fiabilité de la Russie, avaient tout pour accélérer ce processus, qui briserait de nombreuses « chaînes de valeur mondiales » et rapprocherait la production des lieux de consommation. Retrouvaillesde la journaliste américaine Rana Foroohar, a été l’un des livres d’économie les plus vendus en 2022 : il s’agit d’un essai sur les limites de l’économie mondiale, de plus en plus dominée par de grandes multinationales et des nations, comme la Chine, qui surfent sur l’ouverture des marchés tout en détruisant des emplois aux États-Unis et en Europe. Le retour à des chaînes d’approvisionnement plus courtes, éventuellement limitées à des pays amis (ce qu’on appelle le friendshoring) ou construit à l’échelle nationale, pourrait être la réponse naturelle à ce déclin.

En d’autres termes, la démondialisation semble avoir commencé. Cette semaine, le gouvernement allemand a publié sa stratégie visant à réduire la dépendance vis-à-vis de la Chine dans des secteurs stratégiques, à commencer par les médicaments, les batteries et les puces électroniques. De son côté, Janet Yellen, secrétaire au Trésor américain, a répété lors de son voyage à Pékin que les États-Unis avaient l’intention de diversifier davantage leurs approvisionnements, tout en évitant soigneusement de parler de « découplage » des relations entre les États-Unis et la Chine.

Lire aussi:  Les actions Eiffage sont en hausse de 5,13 %, investissez maintenant !

Les chiffres, cependant, indiquent que la mondialisation, après la pause de Covid, est de nouveau en pleine forme. Les exportations de biens et de services représentent à nouveau 30,7 % du PIB mondial en 2022, après être tombées à 26,4 % en 2021. Il s’agit du niveau le plus élevé depuis 2008, année du record historique de 31 %. Même au premier trimestre 2023, selon les derniers chiffres de la CNUCED, l’organe de l’ONU chargé du commerce, les échanges internationaux ont progressé de 150 milliards de dollars par rapport au trimestre précédent. En valeur, ils dépassent de 30 % les niveaux de 2019, en volume, l’augmentation est d’environ 8 %. L’Europe connaît également une reprise du commerce. Au cours des cinq premiers mois de l’année, les exportations vers les pays non membres de l’UE ont augmenté de 3,7 %, tandis que les importations ont diminué de 5,1 % en raison, toutefois, de la baisse des coûts des matières premières énergétiques.

L’Organisation mondiale du commerce (OMC) estime que l’année 2023 se terminera par une augmentation de 1,7 % des échanges commerciaux et qu’elle s’accélérera pour atteindre 3,2 % en 2024. Eurostat a créé il y a quelques jours une section spéciale consacrée à la mondialisation des entreprises, mais une grande partie des données se réfère encore à 2021, lorsque l’activité internationale était encore lourdement grevée par les restrictions liées à la pandémie. Pour l’instant, les analyses confirment que la démondialisation ne semble pas être une tendance forte. « Les chiffres indiquent qu’il n’y a pas eu de réponse forte en termes de relocalisation (c’est-à-dire le retour, ndlr) de la production au sein de l’Union européenne », ont écrit trois économistes de la BCE sur le blog de la banque centrale, par exemple. Les entreprises poursuivent d’autres stratégies, notamment la diversification des fournisseurs et le stockage stratégique ».

Lire aussi:  Finance. La BCE n'en démord pas : taux à 4%.

Alors que le Global Connectivity Index, compilé par le géant de la logistique Dhl, montre que les flux de trafic de marchandises en 2022 sont déjà revenus au-dessus des niveaux d’avant la pandémie, et même si les investissements directs étrangers sont pour l’instant inférieurs aux records historiques, les paiements pour l’utilisation de la propriété intellectuelle étrangère, les transactions internationales de fusion et d’acquisition et la part du PIB générée par l’activité des entreprises dans des pays autres que ceux où elles ont leur siège continuent de croître. Jusqu’à ce que les marchés se démondialisent », a averti Steven A. Altman, économiste à l’université de New York et directeur de l’initiative Dhl sur la mondialisation, « les entreprises qui se retirent de la mondialisation pourraient mettre leur compétitivité en péril ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *