ven. Mai 24th, 2024

La longue vague de l’après-Covid, de la guerre en Ukraine, du changement climatique et de l’inflation continue de peser sur le budget de l’UE. 735 millions de personnes  sous la ligne de flottaison de l’insécurité alimentaire. La comparaison entre 2019 et 2022 est claire : par rapport à l’année pré-pandémique, 122 millions de personnes supplémentaires souffrent de la faim dans le monde en particulier en Afrique, la région la plus touchée.

C’est ce que soulignent les travaux d’organismes internationaux tels que la FAO, l’Ifad, l’UNICEF, le PAM et l’OMS dans le rapport annuel sur l’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition (Sofi), publié hier, selon lequel, si les dynamiques internationales restent inchangées, il ne sera pas possible d’atteindre les Objectifs de développement durable énoncés dans l’Agenda 2030. Il y a toutefois au moins une raison d’être « optimiste » : en 2021, encore plus de personnes souffraient de la faim . Le même rapport de la Sofi évalue le nombre de personnes souffrant de la faim à 828 millions, soit 93 millions de plus qu’en 2022. C’est un chiffre qu’il faut prendre en compte, peut-être un signe que l’on peut encore faire quelque chose, avec les bonnes politiques et l’attention de la communauté internationale, pour tracer une autre voie.

Dans le dernier rapport, parmi les facteurs à l’origine des plus grandes difficultés, sont cités les pandémie  de Covid-19 et le conflit armé en cours dans l’Union européenne. Ukraine . Les experts de l’ONU soulignent que l’évolution de la lutte contre la faim n’a pas été la même dans toutes les régions du monde. Des progrès ont été observés à la fois dans Asie  qui en Amérique  Amérique latine. Des détériorations se sont produites dans le domaine de la Caraïbes  et plusieurs régions de l’Union européenneAfrique . Ce continent est de loin le plus menacé, avec une personne sur cinq souffrant de la faim, soit deux fois plus que la moyenne mondiale.

« Il est nécessaire de renforcer la résilience face aux crises et aux chocs à l’origine de l’insécurité alimentaire, des conflits à la crise climatique », a souligné le Secrétaire général des Nations unies, António Guterres . Les agences de l’ONU prévoient que près de 600 millions de personnes souffriront encore de la faim en 2030. Les principaux facteurs de l’insécurité alimentaire et de la malnutrition sont notre « nouvelle normalité ». Nous n’avons donc pas d’autre choix que de redoubler d’efforts pour transformer les systèmes alimentaires et les utiliser pour atteindre les objectifs de développement durable », peut-on lire dans l’avant-propos du rapport.

Selon le document, environ 29,6 % de la population mondiale, soit 2,4 milliards de personnes, n’ont pas un accès constant à la nourriture. Cela indique la prévalence d’une insécurité alimentaire modérée à sévère. Parmi elles, environ 900 millions de personnes étaient exposées à une insécurité alimentaire grave. Des millions d’enfants de moins de cinq ans continuent également de souffrir de malnutrition : en 2022, 148 millions d’enfants de moins de cinq ans (22,3 %) présentaient un retard de croissance, 45 millions (6,8 %) montraient des signes de maigreur excessive et 37 millions (5,6 %) étaient en surpoids.

Le rapport examine également l’augmentation desl’urbanisation  comme une « mégatendance » affectant la qualité et le type d’aliments consommés. Étant donné que près de sept personnes sur dix devraient vivre dans des villes d’ici 2050, les gouvernements et autres acteurs engagés dans la lutte contre la faim, l’insécurité alimentaire et la malnutrition devraient s’efforcer de comprendre ces processus d’urbanisation et d’en tenir compte dans l’élaboration de leurs politiques.

En particulier, la simple notion de « fossé urbain-rural » n’est plus suffisante pour comprendre comment l’urbanisation affecte les systèmes agroalimentaires. Une perspective plus complexe est nécessaire, étendue au continuum urbain-rural, qui prend en compte la relation entre les zones urbaines et rurales. Malheureusement, elles subsistent, les inégalités au niveau géographique . L’insécurité alimentaire touche davantage les personnes vivant dans les zones rurales. Parmi les adultes vivant en milieu rural, 33 % sont en situation d’insécurité alimentaire modérée ou grave, contre 26 % en milieu urbain.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *