mar. Avr 23rd, 2024

En juin, l'État a collecté 63,9 milliards d'euros

En juin, l’État a collecté 63,9 milliards d’euros – Archive

Des fiches de paie plus lourdes à partir d’aujourd’hui. Entre les prélèvements Irpef, la TVA, l’Ires, l’Imu, l’Irap, les taxes additionnelles, etc., le Bureau d’études de la Cgia a estimé à 63,9 milliards d’euros le montant total des impôts qui, hier, avaient été versés en juin dans les caisses de l’Etat. . Non seulement nous payons beaucoup – et cela peut être affirmé par tous ceux qui sont « connus » de l’administration financière – mais, comme l’a rappelé récemment le ministre de la Justice, Carlo Nordio Le paiement des impôts est également extrêmement difficile. La complexité et la lourdeur de notre système fiscal créent malheureusement de grandes difficultés d’interprétation, même pour les professionnels, tels que les comptables, les experts fiscaux des associations professionnelles ou des Cafés. Sans parler des entrepreneurs, surtout les plus petits, qui sont soumis à 80 échéances fiscales et contributives chaque année. Débordés par ce labyrinthe fiscal, avec le ralentissement économique, les liquidités disponibles pour honorer ces engagements ont diminué, notamment parce que les donneurs d’ordre ont allongé leurs délais de paiement et que les banques ont recommencé à accorder des crédits au compte-gouttes.

Le précompte mobilier, la TVA et l’IRES sont les impôts les plus élevés 

En analysant les résultats, le Bureau d’études de la Cgia signale qu’au mois de juin dernier, l’engagement économique le plus lourd a concerné le paiement des retenues à la source de l’Irpef des employés et des collaborateurs, qui s’est élevé à 13,9 milliards d’euros. Pour les contribuables à échéance mensuelle (entreprises et travailleurs indépendants), le paiement de la TVA pour le mois de mai s’est élevé à 13 milliards d’euros. Le paiement du solde 2022 et de l’acompte 2023 de l’IRES (impôt sur les sociétés) a été tout aussi lourd. Les entreprises ont versé au Trésor 12,7 milliards d’euros. Le paiement de la première tranche de l’Imu-Tasi sur les résidences secondaires/troisièmes, les entrepôts, les bureaux et les commerces a coûté 9,8 milliards d’euros. Le solde 2022 et l’acompte 2023 de l’IRAP ont quant à eux « ponctionné » 4,9 milliards d’euros sur les activités productives. La taxe Irpef sur tous les travailleurs indépendants (numéros de TVA) et sur les autres revenus (loyers, autres revenus, etc.) a coûté 3,7 milliards, tandis que la collecte et l’élimination des déchets (Tari) a permis aux multi-services publics qui gèrent ce service de collecter 2,6 milliards d’euros. Le Bureau d’études de la Cgia précise que les recettes de chaque impôt rapportées dans cette élaboration ont été estimées sur la base de la tendance enregistrée au cours des dernières années. En outre, les effets économiques des changements législatifs intervenus au cours de la dernière période ont également été pris en compte.

Des salaires plus élevés à partir d’aujourd’hui 

Grâce au décret sur le travail définitivement approuvé avant-hier, la réduction du coin fiscal pour les salariés dont les revenus ne dépassent pas 35 000 euros bruts augmente de 4 points de pourcentage. La mesure est toutefois temporaire. Elle entre en vigueur aujourd’hui et prendra fin le 31 décembre prochain. En détail :

– pour les salaires allant jusqu’à 25 000 euros bruts, la réduction du coin passera de 3 à 7 %. Cela se traduira par une augmentation hypothétique du salaire d’environ 70 euros par mois ;

– pour les salaires de 25 à 35.000 euros bruts, la réduction passe de 2 à 6 pour cent. L’hypothèse retenue est celle d’une augmentation du paquet salarial d’environ 90 euros par mois.

Si l’on exclut les travailleurs agricoles et domestiques, un peu plus de 13,5 millions de salariés du secteur privé de notre pays sont concernés par cette mesure, ce qui représente environ 86,3 % du nombre total de salariés employés dans le secteur privé.

Evasion fiscale : toujours trop importante, mais en baisse 

En 2022, le fisc a récupéré plus de 20 milliards d’euros grâce à la lutte contre la fraude. Ce chiffre, annoncé par le Mef-Ministère de l’Economie et des Finances, démontre une nouvelle fois que la lutte contre l’infidélité fiscale porte ses fruits depuis quelques années. Bien que l’année 2020 ait été une année très particulière en raison de la pandémie, le chiffre d’affaires de la lutte contre l’évasion fiscale s’élève à 20 milliards d’euros. écart fiscal estimé par le MEF est tombé à 89,8 milliards d’euros ; dont 78,9 milliards sont attribuables à la perte de recettes fiscales et les 10,8 milliards restants sont le « fruit » de l’évasion fiscale. Bien que près de 79 milliards d’euros d’impôts ne soient pas perçus chaque année, un montant qui reste malheureusement extraordinairement élevé, l’administration financière italienne semble avoir réussi à prendre la bonne voie pour combattre efficacement ce fléau social et économique qui a toujours caractérisé négativement notre pays. Entre le conformité taxe, lo paiement fractionnéGrâce à la facturation électronique et à la transmission télématique des reçus, un certain nombre de contribuables – y compris des fraudeurs fiscaux endurcis, ceux qui ont reçu des paiements de l’État pour un service ou un travail rendu et qui ont ensuite omis de payer la TVA et, enfin, les adeptes de la fraude dite « carrousel » – ont été incités à réclamer leur argent. Mais ce n’est pas tout. La légère diminution de la charge fiscale au cours des dernières années a certainement eu un effet positif sur les recettes. Bien qu’elle soit encore tout à fait insuffisante, la réduction de la pression fiscale a contribué à réduire en partie la fraude, en particulier la fraude dite « de survie ». Malheureusement, ceux qui sont totalement inconnus du fisc continuent à s’en sortir sans se décourager, tout comme les organisations criminelles mafieuses qui continuent à cultiver leur commerce illégal avec toujours plus d’acharnement. Peu « sensibles » à la loyauté fiscale, les multinationales et les géants du web qui, en Italie, réalisent des millions de bénéfices, mais dont la grande majorité des impôts est payée dans des pays où les avantages fiscaux sont élevés. Selon l’étude Study Area de Mediobanca, par exemple, en 2021, environ 30 % des bénéfices avant impôts des 25 plus grandes entreprises technologiques de notre pays ont été imposés dans des pays où la fiscalité est avantageuse. Cette forme d’évitement a permis à ces entreprises d’économiser 12,4 milliards d’euros d’impôts ; si l’on considère la période triennale 2019-2021, ce montant est passé à 36,3 milliards d’euros.

Seules la France et la Belgique paient plus d’impôts que nous 

Dans l’UE, seules la France et la Belgique ont une charge fiscale supérieure à la nôtre. Alors qu’à Paris, la charge fiscale s’élevait en 2022 à 47,7 % du PIB, à Bruxelles, elle atteignait 45,1 %. Dans notre pays, en revanche, elle touchait le seuil record de 43,5 %. Au sein de l’UE-27, l’Italie occupe la troisième place. L’Allemagne, en revanche, occupe la neuvième place avec une charge fiscale de 41,9 %, tandis que l’Espagne se situe à la douzième place avec 38,5 %. La moyenne des pays de la zone euro est de 41,9 %. En plus d’avoir l’une des charges fiscales les plus élevées d’Europe, l’Italie est, avec le Portugal, le pays où il est le plus difficile de payer ses impôts, en particulier pour les entreprises. Selon les dernières statistiques compilées par la Banque mondiale (Doing Business 2020), nos entrepreneurs « perdent » 30 jours par an (soit 238 heures) pour collecter toutes les informations nécessaires au calcul des impôts dus, pour remplir toutes les déclarations fiscales et les soumettre aux autorités fiscales, et pour effectuer les paiements en ligne ou auprès des autorités compétentes. En France, il ne faut que 17 jours (139 heures) pour accomplir les tâches administratives liées au paiement des impôts, en Espagne 18 (143 heures) et en Allemagne 27 (218 heures), alors que la moyenne de la zone euro est de 18 jours (147 heures). Les données concernent une entreprise de taille moyenne (société à responsabilité limitée), dans sa deuxième année d’existence et employant environ 60 personnes.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *